Magazine Culture

L'Académie Mallarmé a son historien

Par Spiritus
L'Académie Mallarmé a son historienOn sait combien l'aventure de l'Académie Mallarmé, de son vagissement dans les premières semaines de 1937 à la libération, nous a retenu. Nous lui avons consacré une vingtaine de billets qui composent une sorte de journal où se lisent, de coupure de presse en coupure de presse, péripéties et moments glorieux de cette institution. C'était offrir, toutefois, faute de mieux, une lecture fragmentaire. Il manquait un récit. Il lui manquait un historien. Or, le voici, qui nous donne dans le n°152 la revue Décharge, en attendant le volume, un abrégé de ses recherches. Bernard Fournier est poète ; il est aussi membre de l'Académie Mallarmé depuis 2009, voilà qui le rendait doublement légitime pour entreprendre la rédaction de cette histoire.
Il serait trop long de commenter les quatorze pages que compte l'article, et qui retracent l'historique des deux premières "Académies" (celui de la troisième devant paraître dans le numéro suivant). Je préfère renvoyer le lecteur à la source pour les découvrir en détails. Je m'attarderai plutôt sur ce point qui ne manquera pas d'étonner qui suivit notre "journal" mallarmacadémique : il y eut, bien avant l'officielle et statutaire Académie, une Société Mallarmé. L'initiateur en était déjà Édouard Dujardin. Avec le Dr Bonniot, gendre du Maître, il réunit quelques-uns qui fréquentèrent rue de Rome, afin de célébrer son œuvre et sa mémoire. Parmi les membres fondateurs - outre les deux déjà cités - Bernard Fournier donne les noms d'André Fontainas, André-Ferdinand Hérold, Henri de Régnier, Francis Vielé-Griffin et Paul Valéry. La réunion constitutive eut lieu le 6 juin 1923, dans les locaux du Mercure de France. Bernard Fournier ne mentionne pas Saint-Pol-Roux dans les lignes qu'il consacre à cette "Société", pourtant il semblerait que le Magnifique fût pressenti pour en être. En effet, une lettre du 5 juin 1923, à Alfred Vallette, l'hôte accueillant, plaide en ce sens :
"Mon cher Vallette, c'est demain mercredi que, sur la convocation d’Édouard Dujardin, se réuniront au Mercure les fondateurs de la Société Mallarmé. Je vous prie de bien vouloir, auprès de Dujardin et de nos amis, excuser mon absence physique ; mais qu'ils sachent que moralement je serai tout à fait présent et de plein cœur avec eux."
Le Magnifique avait donc été, lui aussi, convié à cette réunion constitutive où siégèrent les fondateurs. L'absence physique le priva-t-il du statut ? Je l'ignore, et cela est de peu d'importance puisque la "Société Mallarmé" ne dura guère. Son grand événement fut la pose de la plaque commémorative sur la maison de Valvins le 14 octobre 1923. Ce fut à peu près le seul. Les dissensions entre les membres fondateurs eurent raison de son existence. Bernard Fournier rappelle que le Dr Bonniot ne pardonna pas à Valéry son absence à Valvins lors de la cérémonie du 14 octobre, que Gustave Kahn se brouilla avec Dujardin et Vielé-Griffin avec Henri de Régnier. Autant d'obstacles qui expliquent qu'il fallut attendre quatorze ans et le cinquantenaire du Symbolisme pour que Dujardin relançât l'idée et que l'idée devînt féconde.
Est-il besoin de préciser que l'article de Décharge m'a mis en appétit et que j'attends avec impatience la parution de l'Histoire de l'Académie Mallarmé ? En l'attendant, je remercie vivement Bernard Fournier de m'avoir adressé un exemplaire de cette livraison, que tous ceux que les aventures de la poésie intéressent ne manqueront pas de se procurer très prochainement.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Spiritus 452 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines