Magazine Humour

Les humoristes français actuels sont-ils vulgaires ?

Publié le 17 avril 2012 par Amaury Watremez @AmauryWat

Déjà sur Agoravox 

Pendant très longtemps, je n'ai pas regardé les émissions des Monty Pythons, ou leurs films, par esprit de contradiction, je suppose.

image prise ici

sillywalks.jpg
En effet, tous les beaux esprits, les arbitres des élégances morales et politiques en chantaient tellement les louanges que ça avait fini par me dégoûter, car quand j'observais ces belles consciences face à l'écran regarder d'un air sinistre « Dead parrot », « Holy Grail », « Ministry of silly walks », écouter « Lumberjack song », ou les ritournelles de « The meaning of life », les commentant d'un air docte et sombre, ça n'incitait pas à la franche rigolade.

 En France, le rire c'est mal, ce n'est pas bien de rire, la dérision est un grave péché aux yeux des braves gens qui n'aiment pas que l'on tourne en dérision leurs certitudes stupides, je ne parle pas ici de la pseudo-dérision à la mode qui au font ne change rien, consistant à se moquer platement des personnes en somme, ou qui fait dans l'humour politique sottement partisan (voir l'article excellent de « Marianne » sur la question).

 Les pseudo arbitres des élégances morales z-et politiques détestent également la dérision, car elle remet en cause le rôle de phares de sagesse et d'éducation de l'humanité qu'ils se sont arrogés en toute humilité.

Cependant, les ayant redécouvert plus tard, je suis tombé en extase, ou quasiment, devant cet humour absurde et totalement délirant, ne respectant rien ni personne y compris les beaux esprits comme dans le sketch sur la compétition de citations.

 L'humour anglais, quand il est bon, doté de cette faculté extraordinaire qu'est le sens de la dérision, ou « understatement » (car comme le dit Jules Renard : « Bienheureux ceux qui savent rire d'eux mêmes ils n'ont pas fini de s'amuser »), se rit de l'absurdité de l'existence et des vanités, se moque des prétentions et de la nullité des aspirations médiocres.

 Ce genre de dérision en France, il n'y eut guère, pour les plus brillants, que Eugène Ionesco, Alexandre Vialatte, Jules Renard ou Marcel Aymé pour le pratiquer en littérature, Desproges comme humoriste, Roland Topor, ou Zouc (voir sketch ci-dessous), voire un belge comme Benoît Poolvaerde, mais pour les belges, l'humour un peu plus surréaliste c'est facile car l'ambiance de leur pays l'est en elle-même, Jacques Tati et aussi Pierre Étaix que l'on oublie toujours, au cinéma.

 L'humour français dans le même temps, comme disait Desproges, parle de ma belle-mère et fait toujours dans le Vermot « avec des poils » autour, au mieux, restant bloqué la plupart du temps au stade sado-anal, pipicaca, prout, tout ça.

 Comme le dit John Cleese :

 « French humour is more funny than a tumour »

 Soyons bien clairs tout de suite, je ne suis pas exactement du genre ancien pensionnaire du « couvent des oiseaux », je n'ai rien contre un peu de gouaille, de la verdeur de langage, voire même d'être carrément gaulois ou vulgaire mais pas grossier, cependant dans le cas présent, les humoristes français actuels ne sont pas carrément vulgaires mais lourdement vulgaires, non pas chaussés de gros sabots mais de semelles orthopédiques.

 Ils sont le reflet de leur époque, qui trouve drôle qu'un beauf satisfait, (c'est le personnage, nous prévient-on), raconte sa vie de beauf satisfait pendant une heure et demie, il faut lui pardonner car en plus il est tellement émouvant, selon la formule consacrée.

 Et puis il est tellement simple.

 Le spectateur parfois crétin lambda aime bien ça, car en plus il comprend tout. Il n'y a pas besoin qu'on lui explique car il n'aime pas ça réfléchir.

 Il ne se sent pas largué, et comme il a très peur aussi que l'humour en face remette en question son confort intellectuel, ça le rassure, rentré chez lui il pourra se remettre à penser en droite ligne du troupeau sans aucun souci ni scrupules. Il aime bien les plaisanteries bien grasses et bien lourdes qui ne font pas mal au cerveau, et en être conforté dans ses faiblesses.

Ci-dessous le sketch de Zouc "le téléphone" et  "Ministry of silly walks" des Monty Pythons


Ministry of silly walks - Monty Python par oOps-oOps


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines