Magazine Politique

François et les filles – le sitcom présidentiel

Publié le 13 juin 2012 par Amaury Watremez @AmauryWat

Feuilleton en syndication aussi sur Agoravox

Pour parler politique après l'épisode du « tweet » d'hier de Valérie Trierweiler, qui n'a aucun statut officiel, ni fonction d'élue ou de représentante légitime du peuple, j'ai décidé de me mettre à niveau et d'écrire un petit texte au même degré d'intelligence politique (sic) que cet imbroglio qui permettra peut-être de créer chez quelques électeurs une réflexion un peu politique et une remise en question de la comédie superficiellement politique qui se joue sur nos yeux.

image prise ici

segolene-royal-valerie-trierweiler-10694176vqwnj_2041.jpg?v=1
Finalement, c'est tout l'exercice de la présidence qui depuis Sarkozy, et maintenant sous Hollande, qui se transforme en sitcom à rallonge, sentimentalo-médiatique, en forme de rideau de fumée détournant les français des questions importantes. La politique ne tient plus dans des projets de société, des propositions d'idéaux, elle descend de plus en plus vers le trente-sixième dessous, se limitant à des questions de personnes, d'images, de « buzz » médiatique à très court terme.

Le « tweet » d'hier c'est à peu près le trois-cent vingt sixième épisode d'un sitcom présidentiel et politique interminable, la énième péripétie de la « pipeaulisation » de la vie politique française.

Résumé des épisodes précédents :

« François est sorti avec Ségo pendant vingt ans, il a eu des enfants avec elle, quatre. Il l'a ensuite trompé avec Valérie. Entre temps il a été élu président de la République, Valérie a cru que elle aussi. Valérie est très jalouse, car François aime bien Ségo encore en secret se dit-elle.

Et elle croit que si il soutient Ségo pour qu'elle soit élue députée c'est en fait pour se rapprocher d'elle.

Elle n'est vraiment pas gentille Ségo. Valérie ne l'aime pas beaucoup.

Et Ségo ne l'aime pas non plus tellement en retour.

Pour se venger, Valérie a décidé d'envoyer un « tweet » pour donner une bonne leçon à l'« ex » de François qui n'a qu'à se trouver un nouvel homme, non mais sans blagues !

François a dit qu'il voulait être un président normal et ne pas en mettre plein la vue aux français comme Nicolas qui était au même poste avant lui.

Mais Valérie elle trouve que ce serait dommage de ne pas en profiter, de tout les avantages du poste, et elle préfère qu'ils restent dans leur ancien appartement jusqu'à ce que son fils à elle ait passé son bac, car elle trouve que cela aurait traumatisé son garçon d'aller à l’Élysée, et puis elle trouve que des gendarmes dans le couloir, dans la cage d'escalier, dans le hall d'entrée, dans la rue et aux carrefours c'est quand même plus sécurisant pour le quartier.

Elle trouve que François, enfin le peuple français et ses impôts, lui doit bien ça car il a quand même exagéré en parlant de nouveau à Ségo, et même en lui écrivant un petit mot pour l'aider à se faire élire à la Rochelle.

François, c'est son problème, il est trop gentil, il dit oui à tout le monde. Jean-Marc, un copain de François, a défendu Ségo lui aussi, pour aider François, et Martine aussi, et aussi Cécile, une nouvelle copine de François qui parle très fort.

Martine, elle est un peu hypocrite, car elle n'aime pas beaucoup Ségo et elle est amoureuse de François en secret.

Elle n'a pas bon caractère Martine, ce n'est pas facile pour elle de rester calme. Et elle est un peu triste car tout le monde dit que son mari ressemble à Benny Hill, ce qui n'est pas vrai se dit-elle souvent, car il ne tapote pas la tête des petits vieux quand il est énervé, et il ne court pas après les filles en accéléré dans la rue.

Elle a fait semblant d'être la copine de Ségo, elle est même allé la défendre à la Rochelle, mais elle ne l'aime pas beaucoup non plus. Il faut dire que Ségo est un peu crâneuse sur les bords.

La plupart des femmes, qui ne sont pas tendres entre elles, n'aiment pas beaucoup Ségo, qui en plus, est une belle femme qui reste chic même si elle a un peu le genre maîtresse d'école.

Elle trouve bizarre que Ségo ne s'habille pas à la CAMIF comme une militante de gôche normale. »

La suite au prochain épisode...

A savoir, dimanche soir où l'on verra si oui ou non cet épisode a eu des répercussions sur le vote au deuxième tour, ce que j'ai du mal à croire.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines