Magazine

Refiscalisation des classes moyennes

Publié le 21 juillet 2012 par Amaury Watremez @AmauryWat

sur Agoravox aussi

Ce texte est dédié à tous les électeurs de François Hollande d'où qu'ils viennent, ceux qui sont cocius et contents et les autres...

Pré scriptum :

De quoi se plaignent-ils ces gros gâtés  encore salariés ? Au moins eux ont un boulot, n'est-ce pas ? Qu'est-ce qui les gène ?

image prise ici, site de closermag

francois-hollande-1-abaca.jpg
Ce n'est pas que l'auteur de ce texte soit franchement un adepte des théories de Sophie de Menthon et autres thuriféraires du libéralisme concernant l'impôt qui sert en principe à financer une Education Nationale, des services publics efficaces, les transports en commun dans chaque ville, une poste digne de ce nom, une sécurité sociale équitable, des allocations familiales justes, service public d'ailleurs en bien mauvais état depuis les débuts sous le dernier gouvernement Jospin en 2002 de la RGPP ou Révision Générale des Politiques Publiques, soient des mesures de dé-tricotage de tous ces services cités le tout au nom de la baisse des déficits ceci pour convenir aux critères monétaristes de convergence imposés par la BCE.

Pendant la campagne du nouveau président, monsieur Hollande (que le Tout Puissant, le Très Haut, le Miséricordieux l'ait en sa Sainte Garde!), plusieurs fois, il a été asséné qu'on allait faire payer les riches, qu'il y aurait des impôts sur les produits financiers et plus de justice globalement.

Quelques rodomontades plus tard, en particulier après le voyage à Berlin de la première journée de Hollande dans la fonction, on s'aperçoit malheureusement qu'il y avait loin de la coupe aux lèvres. Beaucoup feignent, j'espère, encore de croire que Hollande est de gauche, or être plyus de gauche qu'Hollande, ça ne se peut pas, c'est comme être plus rocker que Céline Dion (pour pasticher une formule de Desproges sur Mitterrand)

Les électeurs l'ont choisi aussi pour cette raison, en plus de leur détestation quasi générale de Sarkozy après cinq ans d'omniprésence médiatique il est vrai.

Avec la mesure qui met fin à la défiscalisation des heures supplémentaires, il est donc avéré que pour la nouvelle majorité, des professeurs, infirmières, médecins, policiers, cadres, entre autres, et j'en passe qui travaillent sans compter leurs heures sont des riches, que les parents qui ont plus de deux enfants, avec toutes les dépenses que cela implique, et qui sont obligés d'avoir deux salaires pour faire vivre leur famille sont des riches, d'affreux bourgeois favorisés, des privilégiés vous dit-on.

Ce n'est donc pas le revenu du capital qui est ici touché mais le revenu du travail, ce qui n'est pas exactement dans une logique de gauche qui favorise normalement le deuxième, sans parler de l'infidélité manifeste que cela représente quant à la théorie marxiste.

François Hollande ne serait donc pas du tout de gauche en fait ? Mon Dieu quelle surprise, cela ne se peut pas !

J'évoquerai aussi ces parents qui travaillent toute leur vie pour acheter une maison pour leurs vieux jours, ou un pied-à-terre à la campagne, pour assurer après leurs morts la sécurité matérielle de leurs enfants ce qui est une préoccupation légitime me semble-t-il.

Des riches aussi ! D'affreux bourgeois !

Il faut qu'ils aient peur quant à la situation de plus en plus précaire de leurs enfants et petits enfants jusqu'à leur dernier souffle ! Hors de question qu'ils se rassurent et qu'ils bénéficient de l'ascenseur social.

Tous, visiblement, selon les nouvelles dispositions concernant les lois de succession. Ces parents qui espèrent que leurs enfants héritent ou des personnes qui leurs sont chères, ce sont loin d'être tous des Bettencourt, des Peugeot ou Michelin, en puissance pourtant.

C'est aussi le revenu du travail, du travail de toute une vie, qui est taxé, et ce là encore au nom de la justice sociale et de l'égalité, des fameux critères de convergence européens, en prenant comme alibis des familles d'ultra-riches, la réputée sagesse populaire des français assimilant de toutes façons les héritages au loto, tout en rêvant de faire pareil pour leurs enfants en combinant avec loi ce qui fait que ces mesures passent comme lettre à la poste.

Remarquons d'ailleurs que c'est toujours l'autre le favorisé pour les français qui raisonnent ainsi.

On ne le dira jamais assez, mais on ne se méfie jamais suffisamment des « Robins des bois » (voir photo ci-dessus) électoraux, surtout les sociaux-démocrates !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog