Magazine Culture

Le Journal d’Anne Frank au théâtre Rive Gauche

Publié le 30 août 2012 par Bouquinovore @bouquinovore

Le Journal d’Anne Frank au théâtre Rive Gauche Du 5 septembre 2012 au 20 décembre 2012, Eric-Emmanuel Schmitt nous offre une nouvelle adaptation du Journal d’Anne Frank, avec l’autorisation du Fonds Anne Frank (Bâle). Avant d’être l’auteur de roman que nous connaissons tous Eric-Emmanuel Schmitt écrit pour le théâtre et il nous propose ici une adaptation de ce livre devenu culte Le journal d’Anne Frank. Alors si vous êtes sur Paris, il ne faut absolument pas hésiter une seconde.  Du 5 septembre au 9 septembre 2012 inclus les places sont à demi tarif. Je n’ai qu’une chose à dire courrez réservez vos place !

Avec par ordre d’entrée en scène :

Francis HUSTER Gaïa WEISS Roxane DURÁN Odile COHEN Katia MIRAN Charlotte KADY Yann BABILEE KEOGH Bertrand USCLAT Yann GOVEN
Mise en Scène : Steve SUISSA Collaboratrice artistique : Céline BILLÈS-IZAC Décors : Stéfanie JARRE Lumières : Jérôme ALMERAS Son : Alexandre LESSERTISSEUR Costumes : Sylvie PENSA Casting : Agathe HASSENFORDER Le Journal d’Anne Frank au théâtre Rive Gauche

Synopsis

En 1945, Otto Frank, revenu des camps, attend tous les jours ses deux filles sur le quai de la gare d’Amsterdam. Lorsqu’on lui apprend qu’Anne et Margot ne reviendront pas, il ose ouvrir le journal intime de la cadette, Anne, et découvre avec stupeur qu’il ne connaissait pas vraiment sa fille. Racontée par Anne, l’étrange clandestinité qui enferma neuf personnes – trois familles - si différentes dans l’annexe de son entreprise devient drôle, piquante, pleine de moments de crainte mais de moments de joie aussi. À la grande surprise de son père, Anne est plus profonde, plus spirituelle, plus sexuée aussi qu’il ne la croyait. Et parfois plus révoltée… L’histoire d’amour entre un père et sa fille continue.

Note de l’AUTEUR

Le Journal d’Anne Frank au théâtre Rive Gauche
Plusieurs fois au cours de ma vie, j’ai lu Le Journal d’Anne Frank. Ce texte lumineux s’avère davantage qu’un document, il constitue une véritable œuvre littéraire, celle d’une romancière de 14 ans, qui a le don de créer une proximité, une intimité troublante avec ses personnages enfermés dans l’Annexe. Preuve de sa grandeur ? Je ne suis jamais ému ou touché par les mêmes passages : ce qui m’agaçait à quinze ans – la fille avec des soucis de fille, cette énergie inépuisable – me bouleverse aujourd’hui. En parcourant Le Journal d’Anne Frank, j’assiste désormais à la naissance d’une femme et à la naissance d’un écrivain. Je remercie le Fonds Anne Frank de m’avoir permis d’écrire cette nouvelle version théâtrale car le monde entier sait avec quels scrupules exigeants ses membres perpétuent la mémoire d’Anne Frank et interdisent tant de projets qu’ils trouvent indignes. Le point du vue adopté ici est le point de vue d’Otto Frank, le père d’Anne, celui qui aménagea l’annexe, y installa sa famille puis ses amis, le seul –malheureusement - qui revint des camps. Après la guerre, Otto Frank fut surpris en lisant ce journal, une surprise doublée d’une douleur intense : sa fille avait disparu mais son journal la rendait infiniment vivante,  il découvrait ses pensées, sa profondeur, sa joie intense – parfois insoutenable. Un père apprend à connaître sa fille au-delà de la mort, gêné par les pages sur sa sexualité naissante, contrarié par le conflit qu’Anne entretenait avec sa mère, mais toujours touché, amusé, ébloui… Otto Frank s’est battu pour réaliser le rêve d’Anne : devenir écrivain. Contre les obstacles, l’indifférence, la frénésie d’oublier, il parviendra à faire publier Le Journal d’Anne Frank en 1948, la transformera en l’auteur de 14 ans le plus lu au monde, et, jusqu’en 1980, consacrera sa vie à sa mémoire, devant parfois - par des procès - fermer le bec aux négationnistes qui prétendaient qu’Anne n’avait pas écrit ce journal. Désormais, sur les planches du Théâtre Rive Gauche, Anne et les clandestins de l’annexe reprennent vie, voix et corps. Neuf acteurs passionnés, de Francis Huster à Roxane Duran – la révélation du Ruban blanc de Michael Haneke – vont brûler les planches, sous la direction de Steve Suissa et nous rendre, j’espère, le sens de la gravité comme le goût de la joie.  Eric-Emmanuel Schmitt

Note du metteur en scène

Le Journal d’Anne Frank au théâtre Rive Gauche
Le pire monstre de l’histoire du XXème siècle, Adolf Hitler, a écrit en lettres de sang Mein Kampf, la bible du diable que des millions de nazis ont vénérée et servie pour anéantir le peuple juif, dominer un monde en ruines. Une petite martyre juive de 13 ans, cachée dans un grenier d’Amsterdam durant trois années a répondu avec une plume, de l’encre, un simple cahier et la force des mots aux bombes, aux tanks, aux bombardements, aux viols, aux tortures, aux massacres, aux fours d’incinération de l’holocauste et du fascisme criminel. Anne Frank a vaincu Hitler et  Le journal d’Anne Frank, en millions d’exemplaires, en cinquante langues, est célébré par des jeunes à travers le monde qui se reconnaissent dans cette pureté, cette générosité ,cette dignité, cette tendresse, cette innocence qui s’en dégagent. L’humanité profonde et universelle qui l’imprègne a fait du texte d’Anne Frank le plus beau cri d’espoir et d’amour de notre temps. Porter à la scène Le journal d’Anne Frank est donc un devoir de mémoire, bien sûr, et une mission car aujourd’hui encore, qu’elles soient d’une autre religion, d’une autre nation, il y a encore - et c’est déchirant d’y être impuissant - d’autres Anne Frank. La pièce n’est donc pas seulement bouleversante et vraie comme son héroïne qui s’éveille avec ses rires et sa grâce aux émois de l’adolescence mais elle résonne d’autant plus fort qu’après ce souffle de tolérance, ce cri de vie, elle parlera à la jeunesse d’aujourd’hui de la seule façon qui puisse l’atteindre : à nu. Sur la scène du Théâtre Rive Gauche, mon devoir est de faire en sorte que chaque spectateur se retrouve lui aussi dans cette annexe où trois familles se cachaient pour échapper aux nazis et, que ce soit sur son épaule qu’Anne Frank parle, sourit, existe de nouveau. J’y mettrai ma vie pour être digne de cette si belle âme.  Steve Suissa

Note de l’acteur

Le Journal d’Anne Frank au théâtre Rive Gauche
Il y a seulement une poignée de rôles qui collent à la peau d’un acteur au cours de sa carrière. Et de façon très inattendue parfois. Certains d’entre eux tuent même le comédien qui ne s’en détache jamais. Otto Frank est de ceux-là. En lisant la pièce d’Eric-Emmanuel Schmitt dont j’avais admiré d’autres œuvres sur cette période nazie, « Le visiteur », « La part de l’autre », « L’enfant de Noé », j’ai eu l’impression immédiate d’avoir déjà joué ce rôle. Dans une autre vie. En vrai. J’avais été Otto Frank. Ce papa bouleversé, ce juif traqué, ce rescapé des camps, cet homme brisé et qui, toute sa vie, fera preuve d’une dignité exemplaire et d’une humanité tolérante refusant la haine et la vengeance. Je suis juif, j’ai deux filles, je suis né au moment où est né le journal d’Anne Frank, Otto Frank était le sosie de mon père, et bien entendu les nazis ont gazé une partie de ma famille à Auschwitz. Mais se voir soi-même dans le rôle en le lisant ne suffit pas. Il faut que le public lui-même y croit. La reconnaissance que je porte à ceux qui ont fait aboutir ce projet est totale, pour mes partenaires, toute l’équipe du théâtre, pour le public et pour les héros de cette tragique et magnifique pièce, je vais, soyez-en sûrs, répéter, et jouer de toute mon âme ce si beau rôle : le papa d’Anne Frank.  Francis Huster




Retour à La Une de Logo Paperblog
Par Julie Giannetti
posté le 16 septembre à 19:38

Merveilleux moment de théâtre,tout est juste de l interprétation des acteurs a la mise en scène .la musique tout a fait en phase d ailleurs j aimerais connaître les titres que l on entend dans la pièce

A propos de l’auteur


Bouquinovore 20707 partages Voir son blog

Magazines