Magazine Cinéma

The Browning Version - Anthony Asquith (1951)

Par Just1 @JustinKwedi
The Browning Version - Anthony Asquith (1951)
Contraint de prendre sa retraite d’une école publique britannique, un professeur de grec austère doit faire face à ses échecs en tant que professeur, époux, et en tant qu’homme…
Au cinéma pour ce qui est de la description du métier d'enseignant, plusieurs visions sont possibles et ont déjà été exploitées. Celle rêvée du professeur charismatique et exalté, surhomme capable de susciter l'éveil d'une classe fascinée (Le Cercle des poètes disparus de Peter Weir l'archétype de cette approche), le vieil enseignant ennuyeux et bourré de tics moqués par ses élèves plutôt prétexte à grosse comédie et celle plus réaliste qui tente de retranscrire la relation élève/professeur avec justesse et sans forcer le trait mais pas forcément la plus dramatiquement intéressante (Derrière les murs). The Browning Version s'essaie courageusement à la deuxième solution pour un tirer un drame bouleversant.
The Browning Version - Anthony Asquith (1951)Anthony Asquith adapte ici la pièce éponyme de Terence Rattigan qui en signe également le scénario. On assiste ici au portrait quelque peu pathétique d'Andrew Crocker-Harris (Michael Redgraves) un homme usé par la vie et son métier qu'il pratique sans aucune flamme ni passion, son attitude éteinte déteignant sur ses élèves qu'ils ennuient, ses collègues qui ne le respectent pas et surtout sa femme (Jean Kent) qui le méprise. Anthony Asquith souligne cet aspect dès les premières minutes où il retarde longuement la première apparition de Crocker-Harris.
The Browning Version - Anthony Asquith (1951)Son nom n'est évoqué que par moquerie (The Crock) ou consternation par les élèves et différents protagonistes tandis que défilent des figures séduisantes de professeurs le cours de science enjoué du personnage de Nigel Patrick ou le jeune successeur interprété par Ronald Howard. Quand arrive effectivement Crocker-Harris, le fossé est d'autant plus cruel par rapport à ce qui a précédé. Tout dans l'attitude de ce dernier concourt à créer un mur infranchissable entre lui et ses élèves avec son attitude austère, son phrasé ennuyeux, son approche sans attrait de sa discipline pourtant si riche (les lettres classiques) et au final le plus important (ce qu'une réplique appuiera) le manque d'humanité.
The Browning Version - Anthony Asquith (1951)Crocker-Harris vit ses dernières heures dans cet établissement pour cause de santé et va alors se confronter à ses échecs. Brutalement mis face au mépris et à la piètre opinion que les autres ont de lui par diverses humiliations (notamment le déplacement de son discours d'adieu aux élèves) cet homme que les ans ont rendu indifférent à son environnement va devoir douloureusement se remettre en question. Crocker-Harris est en quelque sorte un Mr Chips n'ayant pas réussi à changer, quand dans le film de Sam Woods (1939) Robert Donat réussissait à surmonter les mêmes défauts en en faisant une excentricité qui amusait et le rapprochait finalement de ses élèves en l'humanisant.
The Browning Version - Anthony Asquith (1951)Crocker-Harris n'a plus cette force là tant son foyer le ramène également à son échec (au contraire de Mr Chips dont le renouveau correspond à une rencontre amoureuse) avec une épouse qui le déteste et le trompe ouvertement. Michael Redgraves donne une interprétation fabuleuse de ce personnage éteint, le pas lourd et le regard sans vie derrière ses épaisses lunettes. Tous les procédés narratifs et la mise en scène d'Asquith n'auront eu de cesse à souligner l'isolement auquel est condamné Crocker-Harris par ce caractère, par cette absence du début, la manière de le détacher de son interlocuteur dans l'échelle de plan (et la profondeur de champ), les champs contre champs lourd de sens de lui seul face à une entité collective (le discours final, les scènes de classe) ou son monologue face à son successeur.
The Browning Version - Anthony Asquith (1951)Derrière la pitié que suscite Crocker-Harris, quelques motifs d'espoirs sont néanmoins amorcés avec la manière dont le bouscule Nigel Patrick et surtout les tentatives d'un élève de susciter son attention. C'est ce dernier point qui donne les moments les plus poignants, ceux où Crocker-Harris laisse enfin ses sentiments plus que la simple fonction s'exprimer derrière son attitude. Son visage s'illumine pour la première fois lorsqu'il raconte la traduction qu'il fit d'Agamemnon dans sa jeunesse et craque même totalement après toutes les contrariétés qui ont précédés lorsque son élève lui en offre une traduction, cette Browning Version qui donne son titre au film.
The Browning Version - Anthony Asquith (1951)Si le chemin de la rédemption semble encore long, Terence Rattigan semble tout de même faire preuve de plus d'optimisme à travers les changements qu'il apporte au film par rapport à la pièce. Celle-ci s'achevait avant le discours final de Crocker-Harris qui nous est cette fois montré en forme de poignante catharsis et une ultime entrevue avec le jeune Taplow peut nous laisser croire que peut-être notre héros saura enfin partager son savoir avec l'étincelle indispensable à son noble métier.
Sorti en dvd zone 2 français chez Carlotta et pour les anglophones une belle édition Criterion existe également (sous-tritée anglais) avec de nombreux bonus intéressant pour qui souhaite en savoir plus.
Extrait


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Cannes 2012 vu par… Anthony Boscher

    Sous la couverture d’un pas-blog, Anthony Boscher dissimule quand même un vrai blog pour vivre de l’intérieur le quotidien d’un attaché de presse, qui débarquai... Lire la suite

    Par  Mg
    CINÉMA, CULTURE
  • I Like version geek !

    Like version geek

    On ne présente plus le célèbre logo du “I Like” de Facebook. Matteo Bergami a décidé de revisiter ce logo en jouant les grands enfants un brin geek.... Lire la suite

    Par  Geeklymentvotre
    CINÉMA, CULTURE
  • Two O'Clock Courage - Anthony Mann (1945)

    O'Clock Courage Anthony Mann (1945)

    Patty Mitchell renverse un homme qui se déclare frappé d'amnésie. Alors qu'elle l'aide à retrouver son identité, elle s'implique de plus en plus... Lire la suite

    Par  Just1
    CINÉMA, CULTURE
  • Igor - Anthony Leondis (2008)

    Igor Anthony Leondis (2008)

    A Malaria, pays plongé dans la pluie et l'obscurité, les Inventions Maléfiques assurent la prospérité, sous le règne autoritaire du roi Malbert. Lire la suite

    Par  Just1
    CINÉMA, CULTURE
  • Cinéma : Tarzan, nouvelle version

    Cinéma Tarzan, nouvelle version

    David Yates, réalisateur des quatre derniers volets de la saga Harry Potter, va diriger une nouvelle version des aventures de Tarzan. Le projet est en... Lire la suite

    Par  Framboise32
    CINÉMA, CULTURE
  • Hitchcock - Anthony Hopkins, Helen Mirren et Scarlett Johansson

    Hitchcock Anthony Hopkins, Helen Mirren Scarlett Johansson

    HITCHCOCK, de Sacha Gervasi, avec Anthony Hopkins, Helen Mirren et Scarlett Johansson, Sortie en salles le 6 Février 2013. Alfred Hitchcock, réalisateur... Lire la suite

    Par  Redac Cinéstarsnews
    CINÉMA, CULTURE
  • Maniac (version 2012)

    Maniac (version 2012)

    Genre : HorreurAnnée : 2012Durée : 1h30L'histoire : Un tueur en série traque des jeunes femmes et les assassine avant de les scalper et orner des mannequins... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Just1 4556 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines