Magazine Cinéma

Culte du dimanche : the Virgin Suicides

Publié le 02 septembre 2012 par Fredp @FredMyscreens

Culte du dimanche : the Virgin Suicides

Aujourd’hui, intéressons-nous au premier film d’une auteure qui a su développer un ton et un univers personnel en échappant à l’ombre de son père pour se faire un vrai prénom et devenir l’une des chantres de mouvement « indie»  américain : Virgin Suicides de Sofia Coppola.

Culte du dimanche : the Virgin Suicides
Si elle ne réalise son premier film qu’en 1999, Sofia Coppola n’a jamais été très loin des plateaux. La fille du légendaire Francis Ford a en effet toujours été dans les pas de son père qui lui a même confié quelques petits rôles dès Le Parrain. Il faut dire qu’avec une famille qui baigne dans le cinéma, son destin était presque tout tracé. Sans jamais renier son héritage, elle va alors tenter de montrer qu’elle a toute sa place dans la lignée Coppola. Son premier film sera donc l’essence même de son cinéma, que ce soit dans les thèmes ou dans l’esthétique.

En effet, après un court-métrage, Sofia Coppola choisit pour son premier film d’adapter le roman de Jeffrey Eugenides, The Virgin Suicides. Dans l’Amérique puritaine des années 70, la benjamine des sœurs Lisbon fait une tentative de suicide. Après cet événement, la famille va se replier sur elle-même alors que les filles connaissent leurs premiers émois et que des garçons du voisinage tombent désespérément amoureux d’elles.

Culte du dimanche : the Virgin Suicides

Les premières images du film nous plongent tout de suite dans l’ambiance. Sur la musique atmosphérique des frenchies de Air, Sofia Coppola nous présente les 5 sœurs Lisbon, adolescente virginales qui font rêver tous les garçons du quartier. Elles les font d’autant plus rêver que, placées sous la surveillance d’une mère possessive, elles font un peu figure d’interdit. Un statut et un isolement que les jeunes filles ont du mal a accepter. Avec the Virgin Suicides, la réalisatrice peint le portrait d’une adolescence difficile qui, sous couvert d’une certaine chaleur mais aussi d’un recul nécessaire, se révèle horrible. Du suicide de la jeune Cecilia aux dérives de Lux, jusqu’au terrible final, Sofia Coppola n’hésite pas à montrer la pression qu’ont vécu ces jeunes filles mais ne va pas non plus forcer le trait, préférant rester dans une certaine retenue, prenant le point de vue des jeunes amoureux transis d’en face pour donner une touche poétique à  ces destins tragiques.

Culte du dimanche : the Virgin Suicides

D’une certaine manière, Sofia Coppola réalise avec Virgin Suicides un portrait de l’Amérique qu’elle a vu à travers les films de son père en replongeant dans les années 70 et d’un autre, la réalisatrice a du retrouver un peu de son histoire en s’intéressant à cette famille renfermée un peu sur elle-même comme le clan Coppola l’est un peu vis-à-vis d’Hollywood. Une manière pour elle de s’affranchir du nom de son père pour se faire un prénom tout en poursuivant sur la même voie.

Culte du dimanche : the Virgin Suicides

Mais Virgin Suicides marque aussi les thèmes que va aborder Sofia Coppola par la suite. La solitude, l’ennui, l’adolescence trop encadrée mais aussi cette impression d’être un éternel adolescent sont certains des thèmes que l’on retrouvera dans Lost in Translation, Marie-Antoinette ou Somewhere qui auront toujours pour héros des personnages légèrement perdus, en plein spleen. Le spleen est d’ailleurs l’essence même du cinéma de Sofia Coppola qui, avec Virgin Suicides compose déjà des plans dégageant une beauté éthérée et aérienne, d’une légèreté apparente toujours renforcée par une musique planante 100% indé. Tout de suite, ces thèmes et ces choix plastiques ont fait de la réalisatrice une icône de la culture indépendant américaine.

Culte du dimanche : the Virgin Suicides

Il ne faudrait pas non plus oublier la révélation du film qu’est Kirsten Dunst. Car si la jeune actrice était déjà connue après Entretien avec un Vampire et avait fait quelques films pour enfants (Jumanji et Small Soldiers) lui permettant d’être la girl next door idéale (image qu’elle cultivera en incarnant Mary-Jane Watson dans la trilogie Spider-Man de Sam Raimi, seuls blockbusters à son actif), Virgin Suicides oriente clairement sa carrière vers un cinéma indépendant affirmé qui culminera avec son interprétation récompensée à Cannes pour Melancholia.

Culte du dimanche : the Virgin Suicides

Confirmation d’une actrice de talent, révélation d’une cinéaste en passe de faire honneur au talent familial, The Virgin Suicides est donc aussi le film iconique d’une nouvelle vague du cinéma indépendant américain qui marque les ados de l’aube des années 2000 pour qu’aujourd’hui, Kirsten, Sofia et le film soient cultes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fredp 9140 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines