Magazine Cinéma

The Undying Monster - John Brahm (1942)

Par Just1 @JustinKwedi
The Undying Monster - John Brahm (1942)
Suite à l’agression d’un châtelain et d’une jeune femme dans une contrée reculée d’Angleterre, un scientifique enquêtant pour le compte de Scotland Yard et son assistante se rendent sur les lieux et tentent de résoudre le mystère qui se cache derrière la malédiction familiale.
The Undying Monster est l'œuvre qui entame la formidable trilogie de thriller gothique de John Brahm dont les plus renommés seront les deux films suivant avec The Lodger et Hangover Square. Le projet naît de la volonté de Darryl Zanuck de ranimer au sein de la Fox la veine fantastique et gothique initiée par Universal au début des années 30 avec entre autres les classiques de James Whale Frankenstein/ La Fiancée de Frankenstein, L'homme invisible ou le plus tardif Le loup-garou (1941) qui entretient pas mal de similitude avec The Undying Monster.
The Undying Monster - John Brahm (1942)Pour ce faire Zanuck va faire appel à John Brahm, émigrant allemand qui a déjà démontré son savoir-faire avec son remake du Broken Blossoms de D.W. Griffiths (1936), s'étant déjà essayé au thriller avec Let Us Live (1939). C'est vraiment durant cette période à la Fox qu'il donnera son meilleur et dans ce registre de suspense qu'il montrera son grand talent avec d'autre grande réussite encore comme Le Médaillon (1946) au sein de la RKO.
The Undying Monster - John Brahm (1942)The Undying Monster n'est pas le plus réussi des trois films car tirant moins ouvertement vers l'angoisse. Ici c'est le mélange des genres qui prime avec un ton oscillant entre l'épouvante gothique la plus prononcée, le thriller psychologique et l'enquête à mystère. Si le film est des plus agréable à suivre du début à la fin, on peut néanmoins regretter que le potentiel horrifique ne soit pas plus exploité tant la mise en scène de Brahm s'avère prodigieuse pour créer la tension.
The Undying Monster - John Brahm (1942) L'ouverture donne le ton avec une vue aussi majestueuse qu'angoissante sur ce manoir situé sur les hauteurs d'une falaise tandis qu'une voix off au ton lourd de menace narre le mystère de la malédiction qui hante ses habitants, les Hammond.
The Undying Monster - John Brahm (1942)Après avoir saisi l'agitation de la nature environnante, nous pénétrons à l'intérieur, Brahm arpentant la demeure dans un somptueux plan séquence où par ses cadrages il rend macabre ce qui s'avérera des éléments tout à fait anodins et instaure une ambiance criminelle dans une scène qui en est totalement dénuée. Tout le film est dans cet esprit, alternant frayeur et légèreté. On a ainsi une attaque nocturne d'une jeune infirmière par une créature sauvage inconnue dont Brahm adopte une vue subjective lors de l'assaut et dont sera victime aussi l'ainé des Hammond.
The Undying Monster - John Brahm (1942)Le réalisateur déploie une mise en scène tout aussi maîtrisée lorsque la sœur Hammond arpentera la lande pour sauver son frère suite aux hurlements avec un usage brillant de son budget limité qui accentue l'artificialité de cet extérieur pour le rendre d'autant plus étrange et angoissant et s'attarde toujours un peu plus sur certains détails macabres comme ce chien déchiqueté par la bête.
The Undying Monster - John Brahm (1942)Toute cette tension retombe pourtant un peu lorsqu'arrive le héros à la Sherlock Holmes interprété par John Howard, son assistante pleine d'humour jouée par Heather Thatcher faisant office de Watson charmant et amenant son lot d'échange piquant. Le scénario pêche un peu à vouloir entretenir le doute sur la nature surnaturelle de la menace, l'affiche présentant ouvertement un loup-garou et les indices lourdement amenés ne laissant aucun doute sur l'identité et le caractère de ce qui est pourchassé.
The Undying Monster - John Brahm (1942)L'enquête n'est jamais ennuyeuse grâce au charisme de John Howard et au sens de l'atmosphère de Brahm (ainsi qu'une intrigue très voir trop resserrée d'une heure à peine) mais distille un faux mystère alors que l'on a assez vite déjà tout deviné. A nouveau c'est la virtuosité de Brahm qui rehaussera l'ensemble avec une mémorable conclusion où le loup-garou se révèle enfin dans toute sa fureur pour une longue traque finale où si la surprise voulue lors de la révélation tombe à plat, le suspense fonctionne lui formidablement.
The Undying Monster - John Brahm (1942)Un épilogue léger et sur explicatif viendra pourtant à nouveau atténuer ce sommet, symbole d'un script convenu et timoré transcendé par la réussite plastique (superbe photo ténébreuse de Lucien Ballard que retrouvera Brahm sur The Lodger). Très bon film néanmoins plein de promesses confirmées avec The Lodger à suivre et où Brahm plus libre offrira un spectacle autrement plus dérangeant.
The Undying Monster - John Brahm (1942)Sorti en dvd zone 1 chez Fox dans un excellent coffret comprenant les deux autres thrillers de Brahm les fameux "The Lodger" et "Hangover Square" tout les films comportant des sous-titres français.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Le Médaillon - The Locket, John Brahm (1946)

    Médaillon Locket, John Brahm (1946)

    Au cours d'une réception donnée en l'honneur de sa future femme Nancy (Laraine Day), John (Gene Raymond) reçoit la visite impromptue du docteur Blair (Brian... Lire la suite

    Par  Just1
    CINÉMA, CULTURE
  • « Lawless » de John Hillcoat

    Lawless John Hillcoat

    Titre original : Lawless Titre français : Des hommes sans loi Une film de : John Hillcoat Avec : Guy Pearce, Tom Hardy, Jessica Chastain, Gary Oldman, Jason... Lire la suite

    Par  Cannes En Live !
    CINÉMA, CONCERTS & FESTIVALS, CULTURE, SORTIR
  • Cinéma : Monster Butler (tournage)

    Cinéma Monster Butler (tournage)

    Monster Butler, réalisé par Doug Rath, va réunir à l’écran, dans le rôle principal Malcom McDowell, Gary Oldman, et Dominic Monaghan Monster Butler (le majordom... Lire la suite

    Par  Framboise32
    CINÉMA, CULTURE
  • John Wayne et les Cowboys

    John Wayne Cowboys

    genre: westernannée: 1972durée: 2h10l'histoire: Will Andersens, un fermier, est contraint d'employer 11 gosses pour convoyer son troupeau à travers 600... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • Christine (1983) de John Carpenter

    Christine (1983) John Carpenter

    Christine.(réalisé par John Carpenter) Société tu m'auras pas! Retour sur un Carpenter moins connu mais pourtant tout à fait intéressant pour la filmographie... Lire la suite

    Par  Flow
    CINÉMA, CULTURE
  • The Monster Squad

    Monster Squad

    genre: horreur, épouvanteannée: 1987durée: 1h20l'histoire: Echouant dans sa tentative de supprimer les forces du mal, Van Helsing perd son combat contre Dracula. Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique] JOHN RAMBO

    [Critique] JOHN RAMBO

    Titre original : RamboNote: Origine : États-Unis Réalisateur : Sylvester Stallone Distribution : Sylvester Stallone, Julie Benz, Paul Schulze, Graham McTavish,... Lire la suite

    Par  Onrembobine
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Just1 4556 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines