Magazine Cinéma

La falaise mystérieuse - The Uninvited, Lewis Allen (1944)

Par Just1 @JustinKwedi
La falaise mystérieuse - The Uninvited,  Lewis Allen (1944)
Dans les Cornouailles, Roderick Fitzgerald et sa sœur Pamela achètent, pour une somme dérisoire, une maison surplombant une falaise. Ils ont emménagés depuis peu quand ils s'aperçoivent que la demeure est hantée. La nuit venue, on y entend en effet les sanglots d'une femme...
Classique semble-il oublié de l'épouvante gothique, The Uninvited marquait l'incursion de la Paramount dans le genre plutôt investi alors par Universal et Fox. Le film adapte le roman éponyme de Dorothy Macardle mais à l'écran, on fait forcément le rapprochement avec le Rebecca d'Alfred Hitchcock dont on retrouve l'argument et de nombreuses reprises visuelles : demeure située sur les hauteurs d'une falaise et étant hantée par l'influence malfaisante de son ancienne maîtresse. Roderick Fitzgerald (Ray Milland) et sa sœur Pamela (Ruth Hussey) en vacances tombent pourtant sous le charme du cadre et de la demeure et s'étonneront du prix dérisoire qu’ils en obtiendront lorsqu'ils voudront l'acheter.
La falaise mystérieuse - The Uninvited,  Lewis Allen (1944) La mise en place est parfaite en isolant discrètement la menace surnaturelle sous-jacente dans une pièce, ancien atelier de peinture de l'ancien propriétaire et où les signes avants coureur instaure l'angoisse avec un espace glacial en plein été, qui fane les fleur fraîchement cueilli et éveille la mélancolie de celui qui y reste trop longtemps (Milland qui joue un air romantique au piano qui devient peu à peu très triste). Plus tard, ce seront les sanglots nocturnes d'une femme qui viendront perturber les nuits des nouveaux habitants.
La falaise mystérieuse - The Uninvited,  Lewis Allen (1944) Le mystère ambiant de ces manifestations est également fort bien amené avec un lien qui se fait avec la jeune Stella (Gail Russell) fille de l'ancienne propriétaire suicidée des lieux et qui y a vécu dans son enfance. Attirée par la demeure, sa présence en accentue les actions surnaturelles et suggérant que son destin y est intrinsèquement lié. On navigue ainsi entre le murder mystery et l'épouvante plus prononcée sans choisir réellement.
La falaise mystérieuse - The Uninvited,  Lewis Allen (1944) Cela ne pose pas de problème au départ tant le tout semble bien construit et surtout grâce à la direction artistique impeccable. Entre Peter Ibbetson et le postérieur L'Aventure de Madame Muir (auquel on pense beaucoup avec ce décor de l'atelier offrant une vue sur la mer) le brio de Charles Lang à la photo pour poser une ambiance surnaturelle n'est plus à démontrer et ici les jeux d'ombres opaque offre des moments fort angoissant et les effets spéciaux s'avère très inventifs pour illustrer les apparitions spectrale ou les phénomènes étranges toujours inattendus.
La falaise mystérieuse - The Uninvited,  Lewis Allen (1944) Le problème du film est de ne pas avoir de réelle montée en puissance dans l'angoisse. On accepte la désinvolture de Ray Milland au départ, les échanges piquants avec sa sœur et la romance naissante avec un Gail Russell qui dégage mystère et fragilité. Mais finalement ces incursions d'humour demeure dans le ton du film et finalement entrecoupée seulement par les scènes horrifiques pourtant réussies mais schizophrène avec la légèreté du reste : une séquence de spiritisme qui tourne court, l'appel maléfique vers la falaise et surtout cette belle idée qui relance le film avec la présence de non pas un mais deux fantômes aux intentions différentes.
La falaise mystérieuse - The Uninvited,  Lewis Allen (1944) Ce refus de franchir le pas de la terreur pure handicape un peu le film qui privilégie l'aspect enquête, le mystère se résolvant plus par des dialogues trop explicatif (le lien entre Stella et le fantôme) qui maintiennent finalement l'ensemble surtout à une réussite visuelle. L'ultime face à face entre Ray Milland et le fantôme malfaisant, fascinant à l'image mais frustrant par son ton presque comique est un peu à l'image du grand écart malheureux que propose le film et c'est dommage. Quand on voit les très dérangeants films d'épouvante réalisés à la même époque par John Brahm à la Fox (même le plus léger The Undying Monster est autrement plus inquiétant) c'est un peu du gâchis vu les qualités plastiques évidentes.
La falaise mystérieuse - The Uninvited,  Lewis Allen (1944)
Longtemps invisible, le film est ressorti récemment dans une belle édition en dvd zone 2 anglais et doté de sous-titres anglais.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Just1 4635 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines