Magazine Asie

Hara-Kiri: Mort d'un samouraï - Ichimei, Takashi Miike (2011)

Par Just1 @JustinKwedi
Hara-Kiri: Mort d'un samouraï - Ichimei, Takashi Miike (2011)
Voulant mourir dignement, Hanshiro, un samouraï sans ressources, demande à accomplir un suicide rituel dans la résidence du clan Li, dirigé par le chef Kageyu. Essayant de décourager Hanshiro, Kageyu lui conte l’histoire tragique d’un jeune ronin, Motome, venu récemment avec la même requête. Hanshiro est traumatisé par les détails horrifiants du sort qui fut réservé à Motome mais il persévère dans sa décision de mourir dans l’honneur. Au moment de se faire hara-kiri, il présente une ultime requête : il désire être assisté dans son acte par trois lieutenants de Kageyu, qui sont absents tous les trois, par une étrange coïncidence. Méfiant et furieux, Kageyu demande à Hanshiro de s’expliquer. Ce dernier révèle ses liens avec Motome et livre le récit doux-amer de leurs vies. Kageyu comprendra bientôt que Hanshiro s’est lancé dans une épreuve de force. 
 Les craintes étaient grandes à voir le touche à tout stakhanoviste et déjanté Takashi Miike s’attaquer à un monument tel que Hara-Kiri. Si elles sont confirmées, ce n’est étrangement pas forcément sur les aspects attendus. Il est assez injuste mais obligatoire pour qui connaît l’original de donner plusieurs fois dans la comparaison, constamment au désavantage de Miike. Le film de Masaki Kobayashi tenait une partie de sa force par l’écho contemporain de son intrigue. Le réalisateur y remettait en cause la gloire et la prospérité associée par les Japonais à l’ère Edo, et, en soulignant l’autoritarisme du Shogun à cette période, évoquait le régime totalitaire qui mena le pays à sa perte durant la Deuxième Guerre Mondiale. User d’un contexte historique lointain pour traiter d’errance plus proche était l’objectif de Kobayashi qui avait déjà abordé le sujet frontalement dans La Condition de L’Homme.
Hara-Kiri: Mort d'un samouraï - Ichimei, Takashi Miike (2011) Miike, on ne peut l’en blâmer, ne bénéficie bien évidemment pas d’un cadre aussi fort. Une approche neuve du sujet (adapté du roman de Yatsushiro Takiguchi) aurait donc été bienvenue mais Miike, au lieu d’affirmer sa patte quitte à hérisser les amateurs du Kobayashi, ne fait que le singer lourdement. Le pesant générique d’ouverture sur l’armure du fief est ici repris avec une rare platitude là où la force de l’image faisait passer tout l’autoritarisme d’un univers qu’on s’apprêtait à découvrir.
Hara-Kiri: Mort d'un samouraï - Ichimei, Takashi Miike (2011) L’intrigue est bien sûr similaire : un vieux rônin se rend chez un seigneur afin d’effectuer un seppuku mais lorsqu’il raconte la terrible histoire qui l’a mené là on comprend que son objectif tient plus de la terrible vengeance. Miike ajoute quelques séquences intimistes et bénéficie d’une excellente interprétation mais le non connaisseur de l’original y verra un mélodrame bien trop appuyé et fort longuet. Pour les autres, le fossé se ressentira par une subtilité totalement disparue entre le film de 1962 et celui de 2011.
Hara-Kiri: Mort d'un samouraï - Ichimei, Takashi Miike (2011) Le contexte historique sans doute moins parlant pour un spectateur contemporain (japonais ou non) donne dans un sur-explicatif lassant et il en va de même dans les moments dramatiques. Le seul visage fiévreux de Tatsuya Nakadai faisait passer toute une gamme d’expressions retenues lorsque Miike a recours à de long tunnels de dialogues ou de séquences lourdes de sens (l’interminable suicide de la fille face aux corps de son époux et de son fils mort) pour un bien moindre impact. Globalement une relecture assez ratée donc, manquant d’inspiration pour trouver sa propre voie et de talent  lorsqu’elle cherche à calquer son modèle
Sorti en dvd zone 2 français chez Bodega Films

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Just1 4635 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines