Magazine Cyclisme

10km "Circuit de la Hardt" à Mulhouse 2012: "Moi, j'roule et j'cours en Peugeot"

Publié le 28 octobre 2012 par Marathonien67
10km "Circuit de la Hardt" à Mulhouse
MOI, J'ROULE ET J'COURS EN PEUGEOT
 
Un fois de plus, le 10 km espérait attirer les foules ce dimanche, route de Chalampé. Il faut dire que le parcours 100 % plat du fameux « Circuit de la Hardt », est idéal pour dérouler la foulée et que les meilleurs coureurs à pied de la région et des alentours aiment venir sur le site pour accrocher un bon chrono. Quelle que soit la météo, les fans les plus fervents de cette course - le seul 10 km de France homologué à traverser un site industriel -font toujours tout pour être de la partie. Ce circuit atypique presque entièrement macadamisé et plat emprunte en effet les larges avenues du site Peugeot. 
 
10km
Si vous vous rendez à Mulhouse, je vous conseille d'aller faire un tour dans son centre-historique. Sur la place de la réunion, qui est un véritable joyau, vous pourrez admirer le temple St Etienne, le Klapperstein, la fontaine Stockbrunner surmontée de la statue d'un Hallebardier, et l'hôtel de ville, une bâtisse du XVI siècle, qui vaut vraiment le coup d'œil. Ensuite, vous pourrez faire vos emplettes, juste à côté, au Centre commercial de la Porte Jeune, avant de passer devant le Campus de la fonderie. Du célèbre parc zoologique et botanique aux berges de l'Ill en passant par le jardin des Senteurs, visitez Mulhouse côté nature et découvrez ces nombreux parcs et jardins. Fondée selon la légende autour d'un moulin à eau, Mulhouse (en alsacien Milhüsa) est la capitale des musées techniques. Si vous aimez les voitures d'exceptions, les véhicules de collection, passez au Musée de l'automobile. En sortant, un p'tit tour de tramway plus loin, vous apercevrez la tour du Bollwerk, vestige des anciennes fortifications de la ville. Enfin pour finir cette visite éclair,  pourquoi ne pas visiter le site de production de l'usine PSA Peugeot Citroën en courant ?
 
C'est ce que proposait à tous ce dimanche 21 octobre, l'Association sportive de l'usine Peugeot Mulhouse : visiter le site baskets aux pieds, en prenant le départ d'une course qui se distingue dans la France entière : une occasion unique de courir un 10 km en traversant un site industriel.
« Vroum ! Vroum ! »
 
À 10 h près du complexe sportif de l'ACS Peugeot-Citroën Mulhouse, il y a foule sur la grille de départ. Près du parking, les combinaisons fluo et les baskets customisées sont alignées comme des bolides au festival du tuning. Devant, près d'la ligne blanche, y'a rien qu'des chauffards comme Dave Marshall Coulthard. « Vroum ! Vroum ! » ça ronronne dans les cages thoracique. Sous un soleil radieux, le directeur du site libère un peloton qui démarre sur les chapeaux d'roues. C'est parti, mon kiki ! J' fonce en écrasant du doigt la pédale d'accélérateur et l'afficheur à cristaux liquides s'enclenche. Pas de tour de chauffe, ni de drapeau à damiers qui virevolte. Pieds aux planchers, j'agis avant d'réfléchir, sans calculs préalable:
« Vas y allume, fume le bitume !!! ». « Mets la gomme, au risque de tomber dans les pommes ». La gomme en caoutchouc des semelles chauffe l'asphalte. Les champions appuient sur le champignon sans respect pour les limitations d'vitesse. Tout de suite, je me retrouve en pôle position avec le sympathique Damte Taye Kuashu, un athlète éthiopien avec lequel j'ai déjà eu l'occasion d'échanger quelques mots à l'occasion d'une épreuve disputée outre-rhin à Sarrebruck le 06 mai dernier, et avec Kader (Mahmoudi), qui est le vainqueur sortant de ce 10km. Dans cette course, je prends le risque de suivre les AS du volant. J'me dis « Allez, on verra bien si ça passe». Je profite de l'aspiration pour forcer un peu l'inspiration. Aujourd'hui, j'me jette dans la fosse de la marque au Lion. Dans la base du constructeur automobile, j'entame ma dernière sortie avant le France de marathon, c'est le dernier petit tour à l'atelier pour les ultimes réglables. Et avec un 1er km en moins de 2mn50sec, le train est soutenu, les radars s'affolent, les organismes tournent à plein régime. Je sens qu'ça va laisser des traces dans le joint d'culasse. La défaillance peut survenir à tout instant. Surtout que je ne carbure pas à l'ovomaltine, ni au kérosène...
 
« Hopla, j'débraye »
Très vite, je dois me résoudre à laisser filer les grosses cylindrées pour assurer ma place sur le podium, car Anthony (Da Silva) suit à quelques encablures. En jetant un coup d'œil dans le rétroviseur, je le vois qui colle mes pare-chocs. Alors, plutôt que de rétrograder de position, je préfère rétrograder de vitesse, et gérer mon effort. Sans hésitation « Hopla, j'débraye ». Freiner un p'tit coup c'est mieux que d'être obligé d'mettre un coup de clignotant à mi-parcours juste à cause d'une mauvaise gestion de course. Surtout qu'il reste encore neuf bornes à couvrir sur ce circuit.
  
10km Yemine (Beghoul) qui a choisit de ne courir que quelques bornes avec les premiers aujourd'hui, m'accompagne jusqu'aux abords du 3ème kilomètre. J'suis pas Sébastien Loeb mais lorsqu' il coupe son effort, j'ai un peu l'impression de perdre Daniel Helena... Et pourtant, même sans copilote, il va bien falloir le finir ce rallye Citroën-Peugeot...  Alors je tâche de maintenir l'allure du mieux que je peux jusqu'au bout. Pas question de faire une pause chez le mécano. Je desserre les boulons et je serre les dents. J'me dis : « Allez, bon sang, faut débrider un peu l'engin !!!». Sous l'capot, le moteur tourne à près de 170 pulses/ minute. C'est un V8 compact et robuste. Alimenté par un gros réservoir diesel et tracté par une foulée rasante, économique, il consomme peu ( juste une poignet d'glucides histoire de rester lucide). Qu'il pleuve ou qu'il vente, il tourne à l'eau minérale, à coup de 2, 3 litres par jour seulement, pas plus. L'arbre à cames fait danser les soupapes en souplesse sur un p'tit air bien Fast and Furious. L'ensemble bielle-piston-vilebrequin, bien que soumit à rude épreuve, assure sa rotation. C'est la routine à l'usine/ Pendant qu'Jacky trottine, moi j'tartine/ Pourtant, même à fond les turbines/ ça va, j'ai encore bonne mine.
 
Comme Bashung, écrire des rimes ça m'amouze/ Ca m'fait décoller comme Soyouz/ Demande à Eddy, il te l'dira, Mulhouse n'est pas Vera Cruz**/ Et pourtant chaque fois que j'me barre, j'ai l'Elsass blues...***

Le passage sur un petit chemin de terre parsemé de cailloux qui survient peu après le 8ème kilomètre, cause de fortes vibrations dans le bas d'caisse. Mes jantes 20 pouces « Black Dragon » de chez Adicar en prennent pour leurs grades. Quelques précieuses secondes s'envolent dans un nuage de poussière crade. Heureusement la semelle « Continental »  fait son job à merveille. Son accroche de haute-qualité fait qu'il n'y a quasiment aucune perte de rendement et ce quelque soit le revêtement. D'ailleurs même sur chaussée humide elle se comporte bien, avec les picots placés sous l'avant pied, aucun risque d'aquaplaning. (Un grand merci aux ingénieurs de chez Continental pour cette technologie innovante).
 
Un p'tit coup d'frein à main dans l'paddock
La banderole d'arrivée apparait enfin dans mon champ de vision. Un dernier tour de piste, un p'tit coup d'frein à main dans l'paddock, un dérapage contrôlé, et hop, je chope un gobelet au vol. Pas le moindre dégât matériel à déplorer, je rentre au stand bon troisième. Finalement, je ne m'en tire pas trop mal vu que les bornes de la prépa-marathon commencent à tirer un p'tit peu sur la carrosserie en titane. Dans l'ensemble, la caisse s'est plutôt bien comportée. Le petit contrôle technique s'est déroulé avec succès. Avec une meilleure gestion d'efforts, je pouvais même je pense grappiller encore quelques petits millièmes, mais l'essentiel est d'avoir bien encaissé le boulot effectué en prévision du marathon afin de ne pas subir la panne sèche le jour où il faudra avaler 42km d'une traite.
 
Maintenant, j'arrive bientôt au bout de ma préparation. Il ne reste plus qu'à entretenir le diesel cardiovasculaire et à recharger les batteries dans la dernière ligne droite. Parce que le 04 novembre prochain à Nice, même une fois sous réserve, il faudra continuer d'avancer, continuer d'être performant. Ce jour là, au bout de l'épreuve, il n'y aura que des gagnants. Cependant, il faudra le mériter: « Il n'y a qu'à l'arrivée ( à Cannes) qu'les cannes auront la vie belle/ Avant, certains couleront des jours heureux, pendant que d'autres couleront une bielle ».
 
 10km
RESULTATS 10 Km Peugeot Mulhouse 2012 
 
1 29:54 DAMTE KUASHU Taye (Eth)  
2 30:28 MAHMOUDI Abdelkader Lille Metropole  
3 31:10 BAALA Samir Saint-louis Running Club  
4 31:26 DA SILVA Anthony A.s.l. La Robertsau  
5 33:42 SIEGEL Patrice Ana-fch  
6 33:47 MADSEN Peter (Sui)  
7 34:07 PERNOT Sylvain Eha  
8 34:15 DE NEF Sylvain A.c.huningue  
9 34:27 REITZIG Damien Eha / Uspa  
10 34:49 KOLACZEWITZ Axel (Ger)  
11 35:07 HAMBLI Yassin Mba 
12 35:09 TALBOT Darren (Sui)  
13 35:17 KUHK Thomas (68) Soultz  
14 35:20 ZEHLER Christophe (68) Soultzeren  
15 35:23 LECRAS Denis Acs Peugeot Ferrage  
16 35:29 EL HARDOUZ Taha Egma Fc Mulhouse  
17 35:29 REBISCHUNG William Egma  
18 35:37 ZIEGLER Fabien  
19 35:50 RUFER Beat (Sui) Lc Basel  
20 36:02 MAGNUS Lars Old Boys Basel  
21 36:02 GENEWE Valentin Trimoval Molsheim  
22 36:07 MCCOMBIE Gregor (Sui) Lc Basel  
23 36:22 LATASTE Pierre Ibal  
24 36:27 WIDMER Fabrice Acsp  
25 36:33 TOURNIER Nicolas Aoste  
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ajouter cette vidéo à mon blog


 
 ( Dédicacé à mes cheries, p'tit Boub's et Gros Boub's. Une petite pensée pour  Ryan " The Driver" Gosling. Merci au pape de la soupape ( Peugeot ). "T'en a marre? Prends un Malabar". Merci à "Jo" pour les photos qui figurent dans l'article. "Allez, tchao, j'me barre à Barr au concert de Bénabar..." )
 
 
**  Clin d'oeil aux paroles du titre  " Rio grande" d'Eddy Mitchell.
*** "Elsass blues" est un titre d'Alain Bashung sorti en 1979. Chanson N°3 de l'album "Roulette Russe"

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marathonien67 142 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines