Magazine Cinéma

“Jack Reacher” de Christopher McQuarrie

Publié le 30 décembre 2012 par Boustoune

L’avantage, quand on est à la fois acteur et producteur, c’est qu’on peut facilement s’octroyer un rôle sur mesure, du genre héros irrésistible qui impose les règles du jeu et domine complètement tous les autres personnages.
Tom Cruise en donne la parfaite illustration dans Jack Reacher, un thriller musclé qui repose essentiellement sur son personnage-titre, voyou chic et enquêteur de choc.

Jack Reacher - 2

L’intrigue, tirée d’un roman de Lee Child (1), tourne autour d’un massacre perpétré par un tireur fou dans un parc sur les rives de l’Ohio, à Pittsburgh. Cinq personnes n’ayant apparemment aucun lien entre elles tombent sous les balles du meurtrier, posté dans un immeuble sur la rive opposée. La police arrête rapidement un suspect, James Mark Barr. Hormis le fait que le bonhomme a un nom à coucher avec des dauphins (2), son passé ne plaide pas en sa faveur. Ancien G.I. et tireur d’élite, il a été viré de l’armée pour avoir tiré sur des civils en Irak et n’a échappé à la prison que parce que les victimes n’étaient pas si innocentes que cela. Il n’en serait donc pas à son coup d’essai…
Par ailleurs, la présence chez lui d’un véritable atelier d’artillerie amateur laisse bien à penser qu’il est encore totalement obsédé par les armes à feu.
Comme on a retrouvé une de ses balles sur le lieu du massacre et que ses empreintes ont été retrouvées sur une pièce de parcmètre à proximité de la zone de tir, sa culpabilité ne fait aucun doute pour le procureur Alex Rodin (Richard Jenkins) et son adjoint Emerson (David Oyelowo) qui n’attendent plus que ses aveux pour décider de son sort : l’injection létale ou la prison à vie…
Mais contre toute attente, le suspect garde le silence et se contente de leur demander de trouver Jack Reacher…

Jack Reacher - 4

Reacher (Tom Cruise) est un ancien enquêteur de la police militaire, réputé pour ses talents de déduction autant que pour ses méthodes expéditives, qui s’est volontairement retiré des affaires quelques années plus tôt. Il accepte de sortir de sa retraite pour s’occuper du cas de Barr, qu’il n’avait pas pu coincer à l’époque de ses frasques irakiennes. Son objectif, à priori, est semblable à celui du procureur – obtenir la condamnation du suspect.  Mais face à l’hostilité de Rodin et Emerson, il finit par rallier le camp de l’avocate de Barr, Helen (Rosamund Pike), qui se trouve aussi être… la fille du procureur, toujours pour prouver la culpabilité de l’ancien G.I..
Mais son enquête va le mener vers une vérité bien différente, et bien moins évidente que ce que laissent à penser tous les éléments du dossier…

Si on avait dû se contenter de juger le scénario, on aurait probablement déclaré ce récit coupable. Coupable de certaines situations trop énormes pour être acceptées en l’état (la rivalité entre le père procureur et la fille avocate, l’ampleur de la conspiration par rapport au mobile du crime, le décalage entre le professionnalisme des vrais tueurs et l’amateurisme de leurs acolytes…), coupable de certaines facilités scénaristiques (les fausses pistes éculées), coupable d’une certaine complaisance à l’égard de la violence. Des défauts pas vraiment acceptables de la part du scénariste de Usual suspects
Seulement voilà, si Christopher McQuarrie s’avère moins inspiré que de coutume à l’écrit, il faut bien reconnaître que sa mise en scène est suffisamment efficace et suffisamment rythmée pour que l’on n’ait pas trop le temps de s’appesantir sur les failles de son histoire.

Jack Reacher - 6

Le film offre son pesant de scènes d’action joliment exécutées : une poursuite en voiture spectaculaire, une bagarre entre le héros et les deux gros bras les plus crétins que l’on ait vus depuis des lustres à l’écran, une fusillade finale truffée d’humour…
Mais, et c’est en cela qu’il est réussi, il ne se contente pas d’un enchaînement de morceaux de bravoures plus tape-à-l’oeil les uns que les autres. Mc Quarrie laisse à ses personnages le temps d’exister. Enfin… à son personnage principal, surtout, incarné avec gourmandise par Tom Cruise.
On comprend qu’il se soit attaché à ce Jack Reacher. C’est un personnage ambigu, à la fois chevalier blanc, de par sa défense acharnée de la justice, et chevalier noir, n’hésitant pas à recourir à des méthodes non-règlementaires pour arriver à ses fins. Un type charmeur, rusé et pugnace, qui fait mouche aussi bien avec ses poings et ses balles qu’avec ses répliques assassines. Un peu dans la lignée de Ethan Hunt, l’espion d’élite de Mission : Impossible ou du Roy Miller de Knight and day. Du pain béni pour Tom Cruise, qui peut ainsi voler la vedette à ses partenaires. Ou presque…

Jack Reacher - 5

Car heureusement, malgré la faible densité de leur rôles, certains d’entre eux parviennent à exister quand même, voire à se mettre en valeur.
On pense à Werner Herzog, qui, bien qu’habitué à être plutôt derrière la caméra, campe un méchant convaincant. Et aussi à Rosamund Pike, qui montre qu’elle n’est pas seulement qu’une jolie blonde sexy mais un parfait contrepoint féminin au personnage un brin macho de Jack Reacher. Et enfin à Robert Duvall, assez irrésistible en vétéran de l’armée, suffisamment affûté pour venir prêter main forte au héros dans sa périlleuse mission.

Jack Reacher - 3

Grâce à cette belle brochette d’acteurs, visiblement complices, on passe plutôt un bon moment, à condition de passer outre les invraisemblance du récit et de prendre le film pour ce qu’il est, un blockbuster purement divertissant. Car c’est sûr que si on commence à chercher des résonnances entre le film et l’actualité récente – le massacre de Newtown, notamment (3) – on risque de voir dans son final violent un manifeste pro-NRA (4). Ce serait fâcheux, car totalement involontaire, le film et le livre dont il a été tiré ayant été réalisés bien avant la tragédie qui a frappé l’école Sandy Hook…
Non, il ne faut voir en Jack Reacher qu’un simple thriller, un film d’action spectaculaire qui ne prend pas la tête et ne fatigue pas les méninges… Parfait pour les lendemains de fêtes difficiles…
(1) : “Folie furieuse” de Lee Child – éd. Fleuve Noir
(2) : Oui, la référence à Jean-Marc Barr et au Grand Bleu est vraiment tirée par les cheveux… Promis, c’est le dernier mauvais jeu de mots de l’année…
(3) : Le 14 décembre dernier, un homme armé a tué 28 personnes dont 20 enfants dans l’école de Sandy Hook, à Newtown, dans le Connecticut.  Ce massacre a relancé la polémique sur le droit constitutionnel des citoyens américains à posséder librement des armes à feu.
(4) : La National Riffle Association milite pour le droit à posséder une arme à feu et a affirmé que la meilleure façon d’éviter ces massacres est d’armer les enseignants pour qu’ils puissent répliquer en cas d’attaque… Michael Moore, reviens s’il-te-plaît! Ils sont plus fous que jamais…

_______________________________________________________________________________

Jack Reacher
Jack Reacher
Jack Reacher 

Réalisateur : Christopher McQuarrie
Avec : Tom Cruise, Rosamund Pike, Richard Jenkins, Werner Herzog, Robert Duvall, David Oyelowo
Origine : Etats-Unis
Genre : thriller d’élite
Durée : 2h11
Date de sortie France : 26/12/2012
Note pour ce film : ●●●●○○
Contrepoint critique : L’Humanité

______________________________________________________________________________


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Boustoune 2984 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines