Magazine

Ode à Najat Vallaud-Belkacem

Publié le 07 janvier 2013 par Amaury Watremez @AmauryWat

Cet article publié aussi sur Agoravox a été en "Une" de "Google News" un quart d'heure, il semble que les modérateurs de "Google News" n'ait d'abord pas saisi les intentions ironiques des premières lignes...

Najat Vallaud-Belkacem est une jeune femme moderne et libre, qui a fait une belle carrière, la preuve la plupart du temps elle porte des minijupes et des robes moulantes et elle est pour le « mariage pour tous », ce sont donc bien des signes qui ne trompe pas...

politique, société, sexualité, christianisme
Elle a pour elle plusieurs atouts comme porte-parole du gouvernement, elle est jolie et très photogénique, elle est issue « de la diversité » (TM°) et plaît aux bobos urbains ou ruraux ce qui implique qu'elle représente donc parfaitement le nouvel électorat du PS, celui que « Terra Nova » lui recommandait, à défaut d'attirer les voix du peuple parti sous d'autres cieux de droite ou de gauche.

Dire que Najat-Vallaud Belkacem est représentative de la pensée de gauche c'est un peu comme annoncer une reprise d'Yves Duteil par « Sepultura », assez fortement improbable diront les mauvais esprits dont je ne suis bien évidemment pas. Elle porte donc en avant toutes les revendications sociétales qui sont fondamentales aux yeux de ces nouveaux électeurs pour qui la lutte des classes c'est du passé.

Cependant, et c'est là que le bât blesse, sa fonction lui demande de rester neutre quant aux sujets de société, à respecter le débat démocratique et la parole de ses adversaires au moins un minimum, car on sait très bien qu'aucun responsable politique n'est jamais, n'a jamais été et ne sera réellement tout à fait neutre.

Que dit-elle alors qu'elle est interviewée sur « BFM-TV » hier soir ?

Que les arguments des opposants au « mariage gay » ne sont pas recevables.

Les a-t-elle écoutés ?

Visiblement pas, car un peu plus tard, elle reconnaît face au père de la Morandais dans la suite de cette interview qu'elle n'a pas lu ne serait-ce que le texte pourtant dépassionné du rabbin Bernheim ou les recommandations très prudentes des évêques de France après le 15 Août 2012.

Ainsi qu'on peut l'entendre dans la vidéo d'un reportage, où on la voit faire la promotion du mariage « gay », qu'elle a tenté de faire interdire d'ailleurs, ses arguments à elle sont que c'est un progrès car cela impliquera plus d'égalité et de liberté, mais pourquoi le « mariage gay » implique tout cela, sur quelles bases réfléchies, quels arguments, elle ne précise pas.

C'est bien parce que c'est bien en somme, et parce que certains homosexuels en ont envie.

Mais pourquoi c'est bien ?

Mystère ?

Un de ses collègues, Vincent Peillon, tout comme elle, demande la neutralité de l'Enseignement Catholique sur la question, suite à une proposition de débat dans les établissements catholiques faite par son directeur, Éric Delabarre, craignant des dérapages homophobes. Peillon se justifie en indiquant qu'à ses yeux c'est un débat plus politique que religieux, qui n'aurait donc pas sa place à l'école, mais donc quand Najat Vallaud-Belkacem le promeut ce n'est plus politique ?

Elle se justifie d'ailleurs, quant à sa défense du « mariage gay » dans un collège en invoquant l'homophobie elle aussi, et son plan de lutte contre, ce qui indique donc qu'à ses yeux être contre le « mariage pour tous » c'est être plus ou moins homophobe, ce qui bloque toute possibilité de discussion réelle ou de débat démocratique sain, et ce qui sous-entend que ceux proposant cette loi, la promouvant, détiennent donc la vérité.

Puisque l'on soupçonne avant même que celui-ci n'ait simplement commencé que l'adversaire, l'interlocuteur; qu'il soit catholique ou pas, car il n'y a pas que des catholiques contre le « mariage pour tous », de droite ou non, hétérosexuel ou non (car il y a des homosexuels totalement opposés au mariage gay), est a priori haineux. Là, les promoteurs du « mariage pour tous » ne font aucune différence entre des catholiques qui auraient à leurs yeux un discours encore acceptable et des cathos qu'ils considèreraient comme rétrogrades, un bon « catho » est pour eux un catho qui ferme sa gueule.

Elle a de la chance en un sens que ce soit madame Boutin, catho de service réac aux yeux des belles consciences de gauche, repoussoir habituel des beaux esprits, qui ait fait naitre la polémique.

En parlant d'homophobie, rappelons donc que cette loi est une loi qui clairement distinguera les homosexuels comme tels, ne se basant que sur leur identité sexuelle pour définir des citoyens et rien d'autres, alors que celle-ci est une chose parmi d'autres me semble-t-il, qui définissent la citoyenneté.

D'aucuns invoquent le fait que ce « mariage pour tous » serait en somme un bout de papier comme un autre, que cela n'aurait pas plus de conséquences que cela. Dans l'absolu, c'est le cas, mais alors pourquoi tant d'acharnement à défendre ce bout de papier ?

C'est de fait beaucoup plus que ça, c'est une remise en question de la conception traditionnelle de la famille, le tout basée en grande partie sur les théories du « Gender » qui font fureur ces temps-ci parmi les belles consciences.

Et c'est aussi un rideau de fumée du gouvernement afin de masquer, comme le précédent, son incapacité chronique à faire quoi que ce soit pour endiguer les méfaits de la Crise en France.

illustration prise ici


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog