Magazine Culture

Nos dernières acquisitions

Par Librairiecamillesourget @CamilleSourget

Livres semaine Malebranche Lacroix web 500x142 Nos dernières acquisitions

Édition originale du Traité de morale de Nicolas Malebranche.
Exemplaire très pur conservé dans sa reliure en vélin de l’époque.

[MALEBRANCHE, Nicolas]. Traité de morale, par l’Auteur De la Recherche de la Vérité.
Rotterdam, Reinier Leers, 1684.

Malebranche Traité titre 170x300 Nos dernières acquisitions
Deux parties reliées en 1 volume in-12 de : (5) ff., 237 pp., (1) f. bl., 218 pp., (3) ff. de table. Relié en plein vélin ivoire de l’époque à recouvrement, dos lisse avec titre à l’encre. Reliure de l’époque.

155 x 91 mm.

Édition originale de ce traité majeur du philosophe Nicolas Malebranche dans lequel il expose sa théorie de la morale.
Brunet, III, 1336 ; Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, IV, 772.

Une autre édition du Traite de morale, portant la date fictive de 1683, figure dans certaines bibliographies, mais il s’agit en réalité d’une contrefaçon de notre édition.
« Ecrit en 1683, sans doute à la prière de ses amis, le ‘Traité de Morale’ fut terminé vers octobre de la même année. L’édition parue sous l’adresse de Cologne semble être une contrefaçon de la 1ère édition, d’après J. Lelong, ‘Mémoire pour la vie de Malebranche’. Elle serait rouennaise. »
(A. Sauvy, Livres saisis à Paris entre 1678 et 1701, p. 85).

Malebranche fonde la morale sur l’idée d’ordre, et dans le présent traité, l’amour de l’ordre apparaît comme la source de toutes les vertus.

« La première [partie], sur la “Vertu”, pose comme fondement de la morale la vertu essentielle : “l’amour habituel et dominant de l’ordre immuable”. L’ordre est la hiérarchie de l’Etre, la loi que Dieu lui-même suit dans l’exécution de ses projets. Les qualités de l’esprit nécessaires pour acquérir la vertu sont : la force, qui nous commande d’être attentifs à la vérité et nous empêche de nous distraire du travail méritoire de l’intellect, et la liberté qui nous permet de nous éloigner des biens finis pour ne regarder que vers l’Infini lui-même. Malebranche considère ensuite les causes occasionnelles des bons sentiments, sans lesquels on ne saurait acquérir l’amour de l’ordre, puis les causes occasionnelles de certains sentiments contraires à la grâce, et qui en diminuent l’efficacité, afin de permettre qu’on puisse mieux les éviter. La seconde partie, étroitement liée à la première, traite des “Devoirs”. Ceux-ci sont subordonnés à l’objet de l’obligation : ceux envers Dieu et ses attributs, puissance, sagesse et amour, viennent en premier. La règle pour bien les satisfaire est de se conformer à la loi, à la structure, à l’action divines, de suivre les raisons mêmes de la Trinité. On passe ensuite aux devoirs envers la société humaine, dont il ne faut considérer que la destinée éternelle des membres. Le livre s’achève sur la considération des devoirs qu’on a envers soi-même ; ceux-là consistent à travailler à son perfectionnement et à son bonheur propres.

Malebranche Traité rel 190x300 Nos dernières acquisitions
Issue du rationalisme cartésien, la morale de Malebranche reprend la dualité science-vertu, pour la transposer dans la vision totale de la réalité transcendante, en orientant toutes les exigences humaines vers leur fin éternelle. L’œuvre fait ressortir l’aspect le plus authentique de l’intellectualisme de Malebranche : l’obéissance à la loi et l’amour de l’ordre conçus comme un hommage à la raison [...] Les corps sont faits pour les esprits, pour les servir ou pour les mettre à l’épreuve en vue de biens d’un ordre supérieur ; les esprits sont faits pour Dieu, la vie présente pour la vie future ; la société temporelle pour la société éternelle qui la suivra. L’ordre exige que les intérêts actuels soient subordonnés et souvent sacrifiés à ceux de la vie future. […] L’ordre de la morale repose sur une immobilité d’être, une clarté de raison, qui en constituent la première et la plus authentique valeur. » (Dictionnaire des œuvres, VI, p. 486).

Après avoir étudié la théologie à La Sorbonne pendant trois ans, Nicolas Malebranche (1638-1715) entre à l’Oratoire en 1660 et se consacre dès lors à la philosophie.
Héritier à la fois de Descartes et de Saint-Augustin, il se distinguera par la publication de son premier ouvrage en 1674, De la Recherche de la vérité. En conflit avec de nombreux auteurs et philosophes de son temps, notamment Antoine Arnauld, Louis de la Ville, ou encore Bossuet, Malebranche recevra néanmoins le soutien de grandes personnalités de son époque ; parmi elles le Prince de Condé et la Princesse Palatine.
« Pendant que le P. Malebranche composait à Raroy son ‘Traité de morale’, il semble que Dieu le voulut encourager par une marque sensible de sa protection, car dans le temps même que M. de Meaux et M. Arnauld lui suscitaient tant d’ennemis de toutes parts par l’autorité qu’ils s’étaient acquise dans le monde, il eut la consolation de trouver, sans l’avoir cherché, un appui considérable. M. le prince, le grand Condé, qui était un génie universel et aussi héros en matière de science qu’en matière de guerre. » (La vie du R. P. Malebranche, p. 107).
Considéré par Pierre Bayle comme « le premier philosophe du siècle », Malebranche fut reçu membre honoraire de l’Académie royale des sciences en 1699.

Le présent Traité fut mis à l’Index par l’Eglise catholique en 1690.

Bel exemplaire très pur conservé dans son vélin à recouvrement de l’époque.

Provenance : Ex-libris manuscrit du « Monasterii B. Mariӕ de Bernayo. »

Prix : 1 500 €

****

L’Histoire de Louis XII ornée de 29 superbes illustrations à pleine page.
Précieux exemplaire du tirage de tête sur papier du Japon.

Lacroix illb 180x300 Nos dernières acquisitions

LACROIX, Paul. Louis XII et Anne de Bretagne. Chronique de l’Histoire de France. Ouvrage illustré de 14 chromolithographies, 15 grandes gravures hors texte et d’environ 200 dessins dans le texte d’après les originaux de l’époque.
Paris, Georges Hurtrel, 1882.

In-4 de (3) ff., 1 portrait, iv pp., (2), 642, 29 planches hors texte dont 14 en couleurs et 1 sur double-page. Relié en demi-maroquin havane à coins, dos à nerfs finement orné, non rogné. Reliure de l’époque.

290 x 198 mm.

Edition originale de ce très beau volume consacré à l’histoire du roi Louis XII.
Catalogue Pichon, n°4068.

Exemplaire n°3, l’un des 30 de tête tirés sur papier du Japon.

Lacroix ill3b 214x300 Nos dernières acquisitions
Lacroix ill2b 197x300 Nos dernières acquisitions

« Publié à 30 fr. Il a été tiré, en outre, 200 ex. sur pap. Vélin à la cuve, à 60 fr. ; et 30 ex. sur pap. du Japon, à 200 fr. » (Vicaire, Manuel de l’amateur de livres du XIXe siècle, IV, 858)

Paul Lacroix avait commencé à écrire une Histoire du seizième siècle en France qui devait comporter 34 volumes, et dont les 4 premiers volumes in-8 furent imprimés en 1834-1835. Malheureusement, ces 4 volumes, qui comprenaient seulement le règne de Louis XII, furent détruits dans l’incendie des magasins de la rue du Pot-de-Fer, et l’ouvrage se trouva donc suspendu.

« Ces 34 volumes, il eût fallu neuf ou dix ans pour les faire, dix ans de labeur assidu et infatigable. J’avais vu tout ce qui existe de documents originaux, relatifs aux sept règnes qui replissent le siècle que je me proposais de décrire et de dépeindre : livres, manuscrits, miniatures, estampes, monuments, … Après avoir achevé 5 ou 6 volumes de cette ‘Histoire’, je m’étais mis en mesure de la publier ; j’avais même fait imprimer les 3 ou 4 premiers volumes… et j’étais plein d’ardeur, de courage, de dévouement, pour continuer mon œuvre, lorsque l’édition des volumes déjà imprimés fut détruite tout entière dans un incendie. Ces volumes, les seuls qui aient vu le jour, sont devenus si rares, que personne de la génération actuelle ne connait, ne soupçonne même leur existence.
Ce sont ces volumes, ce sont les manuscrits de mon ouvrage, que je crois bon de mettre en lumière, après un silence, après un oubli de 45 ans, d’autant plus que ces manuscrits et ces volumes contiennent toute la vie, tout le règne de Louis XII, un des règnes les moins connus et les plus curieux de l’histoire de France. C’est l’histoire, c’est la chronique du bon roi Louis XII, Père du Peuple, et de la bonne reine Anne de Bretagne. » (Paul Lacroix, Préface).

Lacroix rel2 267x300 Nos dernières acquisitions
Lacroix titreB 189x300 Nos dernières acquisitions

« Paul Lacroix (1807-1884), polygraphe français, connu sous le pseudonyme de P.-L. Jacob bibliophile, était déjà littérateur sur les bancs de l’école. Menant de front la littérature facile et la littérature difficile, comme on disait alors, il composa d’un côté des romans et de l’autre des livres d’histoire, puis il mêla les deux genres dans plusieurs publications. Ses premiers romans eurent du succès et firent école. En 1842 il fonda avec M. Thoré ‘L’Alliance des Arts’, dans le but de faire connaitre, par de bons catalogues, les trésors artistiques et littéraires que possédaient les collections particulières, et de servir ainsi les intérêts des amateurs de livres et d’objets d’art. En 1848 il fut appelé à faire partie de la commission des monuments historiques créée près du ministère de l’intérieur. Pendant plus de dix ans il poursuivit la réforme de la Bibliothèque du Roi, et proposa un plan de réorganisation de ce grand établissement. En 1855 il a été nommé conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal. » (Nouvelle biographie générale, XXVIII, 595-602)

L’illustration superbe se compose d’un portrait de Paul Lacroix gravé à l’eau-forte par A. Lalauze, de 29 planches hors texte (14 chromolithographies et 15 grandes gravures) et d’environ 200 dessins dans le texte d’après les originaux de l’époque.

Superbe exemplaire du tirage de luxe sur papier du Japon parfaitement conservé.

Prix : 2 500 €


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Librairiecamillesourget 372 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines