Magazine Cinéma

Critique Cinéma : Vic + Flo ont vu un ours

Publié le 23 juillet 2013 par Nivrae @nivrae

Critique Cinéma : Vic + Flo ont vu un ours

Vic + Flo ont vu un ours est un film de Denis Côté présenté au Festival Paris Cinéma. Il sortira en salle le 4 septembre 2013.

Le film a obtenu le Prix Alfred-Bauer aux Berlinale 2013.

Synopsis : Victoria est en libération conditionnelle. Florence a terminé de purger sa peine et retrouve celle avec qui elle a partagé plus de dix ans d’intimité en cellule. Recluses dans une cabane à sucre en forêt, elles réapprennent à vivre et à apprivoiser leur liberté. Guillaume est agent de libération conditionnelle. Il écoute et observe la réinsertion des deux femmes aux ambitions et tempéraments de plus en plus différents. Traquée par des fantômes du passé, la liberté des deux femmes est gravement mise en péril.

Casting : Marc-André Grondin, Romane Bohringer, Pierrette Robitaille, Marie Brassard, Olivier Aubin, Guy Thauvette, Pier-Luc Funk

Critique Cinéma : Vic + Flo ont vu un ours

« Vic + Flo ont vu un ours » est le nouveau film du réalisateur québécois Denis Côté.

Fraîchement libérée de prison, Vic, la soixantaine bien sonnée, s’installe dans la vieille maison de son oncle dans les bois où elle y retrouve son amante, Flo. Pendant que le couple s’y déchire et s’y reconstruit, il recevra les visites régulières d’un surveillant pénitentiaire et d’une étrange femme.

Ce drame est construit comme un conte de fées. Il se déroule dans une atmosphère irréelle au milieu d’une galerie de personnages très stéréotypés et n’ayant rien en commun.

Critique Cinéma : Vic + Flo ont vu un ours

Les tensions de la relation entre les deux femmes et leur rapport à ce surveillant qui vient les voir très régulièrement sont intéressants, laissant les liens se construire petit à petit, les femmes se laissant petit à petit apprivoiser par l’inconnu et inversement. Mais l’autre histoire greffée sur celle-ci ne servira finalement qu’à ajouter de l’étrangeté et à terminer le film d’une manière particulièrement brutale. Si le choc qu’elle procure est un effet réussi, on ne peut s’empêcher de se dire que tout cela n’allait peut-être nulle part et que cette fin est la seule qui permette de clore une histoire qui commençait à tourner en rond. Comme une solution de facilité plutôt que de se plonger plus profondément dans les émotions et les passions des deux, voire des trois, personnages principaux.

Quelques touches d’humour viennent par rares moments briser le désespoir qui se dégage du film, mais ces moments en cassent également la tension et le rythme.

Au nom de l’irrespect envers les convenances, le réalisateur nous présente ici un film qui certes est loin d’être conventionnel, mais dont les lacunes proviennent au moins en partie de ce mépris. Et de façon étonnante la fin abrupte qui empêche la suite du développement de la relation en fait un triangle finalement assez convenu.

Note : 3,5/10 Un film étrange, irréel et lent sur la relation entre deux femmes. La fin, qui vient trancher avec le rythme très lent, est son principal intérêt


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nivrae 3273 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines