Magazine

Les pauvres sont-ils cons ?

Publié le 26 juillet 2013 par Amaury Watremez @AmauryWat

G_170_6.JPGJ'écris cet article de ma somptueuse propriété d'Evreux à côté de laquelle les richesses de Tyr et Ninive, tout leur or, sont de la blague. La question du titre mérite d'être posée clairement, mais même en notre époque de darwinisme social avancé et de progrès progressiste en marche, certains ont encore d'étranges pudeurs hypocrites à le faire. J'attends avec une impatience non dissimulée les réactions les plus réjouissantes qui ne manqueront pas de tomber j'en suis certain quant à cet article sur ce blog, sur mon mail ou les réseaux dits sociaux...

Pour se débarrasser des pauvres une bonne fois pour toutes, au moins des plus pauvres, nous avons une solution, nous pouvons les envoyer dans l'espace, nous en avons les moyens techniques. Le pauvre, du moins celui des pays en développement, ne pèse pas lourd, à compter une centaine par navette et une fréquence de tirs régulière, ce serait vite réglé. Hélas, du fait d'un pseudo humanisme dégoulinant persistant encore au cœur de certains êtres humains, y compris dans celui d'un « bankster » cynique, cette solution radicale est malheureusement encore inenvisageable.

C'est dommage car le pauvre est désespérément d'une connerie affligeante, en effet, en été au lieu de passer ses vacances à la Costa del Sol, aux Barbades ou dans l'archipel hellène, voire de faire du tourisme « citoyen » ou « équitable », il préfère aller s'entasser avec ses enfants et sa femme, et parfois ses beaux-parents dans des campings ou dans des locations minuscules de la côte atlantique ou d'ailleurs. C'est alors une foule sordide de misérables qui envahit les plages, attifée de maillots de bain qui se sortent même pas des grandes maisons de couture française.

N'ont-ils pas honte ? Ils ne sont même pas patriotes....

Le pauvre a des ambitions navrantes, il voudrait avoir plus d'argent et ne plus avoir peur des fins de mois, il voudrait consommer exactement comme les riches. On me dira, en utilisant ce travers, des riches ont pu continuer à s'enrichir en faisant acheter aux pauvres des ersatz des voitures, des cuisines, des maison des populations aisées. Et même, des producteurs télévisuels, en faisant miroiter aux pauvres qu'ils pourraient devenir célèbres malgré leur affligeante banalité en leur montrant des crétins se faisant connaître pour aucun autre motif que l'on a vu leur bobine à la télévision.

De grandes institutions se soucient du pauvre, ainsi l'Eglise et les représentants des autres grandes religions. A la messe catholique, le paroissien ayant les moyens entend parfois qu'il est plus facile à un riche de passer par le chas d'une aiguille que d'entrer dans le Royaume des Cieux, il écoute cela de l'oreille distraite qu'il convient car il sait très bien que c'est une sorte de consolation pour les pauvres.

Le paroissien aisé prie souvent pour les pauvres, il lui est d'ailleurs facile de prier pour les pauvres qui sont loin, dans des pays exotiques, de souhaiter également beaucoup de bien pour ceux qui lui sont proches, ce qui ne signifie pas une seconde bien entendu qu'il est obligé de les aider. Le temps du riche est précieux, il n'a pas que ça à faire, et que connait de la vie moderne ce semi-clochard palestinien qui faisait souvent la fête avec ses amis ainsi qu'en témoignent les livres qui parlent de lui...

Tout le monde sait bien que le pauvre est d'une exigence très souvent excentrique, on leur donne la main, et voilà qu'ils dévoreraient tout le bras, et il faut dire quand même qu'en France, les riches paient déjà bien assez d'impôts pour les pauvres, il ne faudrait quand même pas exagérer. La foi chrétienne, le paroissien catholique le sait bien, est en France une affaire privée, sorti de l'église, le bâtiment, il n'a aucune obligation « de facto » envers son prochain. Il a d'ailleurs été très content de l'élection du pape François qui fera le boulot à sa place car lui n'a pas que ça à faire.

r-THE-CRITIC-PREDICTED-THE-FUTURE-large570.jpg?6
Même à gauche, les politiques et les militants se sont lassés de se consacrer aux pauvres. On comprend cette lassitude, les pauvres n'écoutent pas les leçons de sagesse et d'équité sociale que les riches, de gauche, ce qui change tout, leur dispensent non sans générosité, et ne votent même pas comme il conviendrait. Quand on leur rappelle, ces ingrats, qu'il y a plus pauvre qu'eux, à savoir les pauvres « issus de la diversité » (TM°), ils s'en fichent, et quand des progrès sociétaux fondamentaux, comme le mariage homosexuel sont enfin proposés aux masses laborieuses, elles défilent dans le rue, soyons sérieux !

Le pauvre est réellement pétri d'ingratitude....

Il est donc normal que pour se protéger de cette ingratitude qui pousse le pauvre ou l'ancien pauvre à l'aigreur voire à un désir de revanche qu'il confond avec celui de justice, le riche se protège en confiant les postes importantes à ses enfants ou ses proches, d'aventure à ses conquêtes sexuelles s'il est bon prince, et ne mette pas ses enfants dans n'importe quelle école, ou ne leur fasse faire n'importe quelles études. Le riche oublie alors ses convictions car il sait très bien qu'il n'y a qu'une seule chose respectable en ces bas-monde moderne, avoir de l'argent et savoir le dépenser. Dieu du ciel, la plupart des gens, y compris les pauvres par extraordinaire, sont d'accord sur ce point...

illustration du haut prise dans "les Poissart" de Tronchet sur ce site

illustrations du bas prise sur ce site, et extraite de "profession critique", excellent sitcom animé des années 90

Ce texte n'aurait pas été complet sans la réplique ci-dessous


LA TRAVERSEE..."SALAUDS DE PAUVRES" par richardanthony


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog