Magazine Culture

Elysium. Où Matt Damon prouve encore qu'il est le plus fort.

Par Feedbackbaby
Elysium. Où Matt Damon prouve encore qu'il est le plus fort.
Je change de registre pour cette fin de mois avec une série de chroniques sans-prétention-aucune dans le registre cinématographique. C'est temporaire, bien sûr. Juste le temps d'une semaine et demie. Le temps d'un festival. Comme je suis férue de films qui décollent la rétine, je me suis ruée dans mon cinéma (situé à 50 mètres de chez moi, c'est bon de le préciser)(du coup je suis constamment en retard) pour assister à une séance du film de Neill Blomkamp, Elysium.
J'étais au courant pour le speech de base qui donne dans la dystopie pure : dans un monde dévasté par la bêtise humaine qui n'est pas capable de prendre soin de sa planète, un monsieur se révolte. Il regarde constamment vers le ciel, là où scintille Elysium, cette station orbitale où vivent gaiement ses semblables plus riches que lui. Là-haut, nul besoin de trimer à l'usine pour payer le loyer d'un appart' aussi grand qu'un pot de yaourt. La vie y est éternelle, brillante, et la santé y est bonne pour l'éternité. Le monsieur, c'est Max (Matt Damon pour les intimes). Il survit dans une humanité pauvre et sujette aux crimes les plus horribles. Nous sommes en 2154 et le monde est semblable à un pot puant. Mais un jour, le drame. Son destin bascule. Pour survivre, Max doit rejoindre Elysium. Ce qu'il ignore, c'est qu'il est le seul en mesure de pouvoir rétablir l'équilibre dans ce monde de fous.
Elysium. Où Matt Damon prouve encore qu'il est le plus fort.
On connaît le réalisateur pour son fameux District 9, tourné façon documentaire avec des extraterrestres parqués dans des bidonvilles en Afrique du Sud (Oui.) Dans Elysium, on retrouve le même type de paysage chaud et poussiéreux dans lequel on respire mal, avec des maisonnettes en tôle froissée où une eau saumâtre suinte des robinets. C'est dans cet univers délabré que Matt Damon dépote. Il a laissé tomber sa peau sans mémoire pour endosser un exo-squelette impressionnant, une arme de guerre idéale pour désosser les méchants riches d'Elysium. Matt a la tête d'un taulard à qui on ne la fait pas, et pourtant, on ne peut s'empêcher de le regarder avec intérêt (beaucoup)(énormément). C'est qu'il a de beaux yeux, le monsieur. Quant à l'interprétation de Jodie Foster, elle surprend. Bouche pincée et sourcil relevé, l'actrice a été transformée en ministre dénuée de bons sentiments. La grande dame excelle par ses mimiques de femme dure qui n'hésite pas à tirer dans le tas à la moindre entourloupe. Stupéfiant.
Le brave Neill Blomkamp nous offre également des scènes de violence vraies et pures, avec des plans qui montrent précisément comment, pourquoi et où ça fait mal. De la baston, oui. Mais de la baston de qualité. Si la caméra bouge en tous sens, c'est tant mieux : les coups partent à grande vitesse et vous évite d'avoir à hurler de douleur à la place des protagonistes.
Elysium. Où Matt Damon prouve encore qu'il est le plus fort.
EN BREF : 3 bonnes raisons d'aller voir Elysium
** Pour l'histoire post-apocalyptique (et futuriste) mettant en scène un monde divisant brutalement les pauvres des riches (notre cauchemar à tous). ** Pour Matt Damon et son apparente fragilité aussitôt démentie par ses forces décuplées par un squelette en métal. ** Pour le bonheur de voir des scènes promptes à vous emplir le sang d'adrénaline au point de vous en crisper le corps sur votre siège.
Et vous, avez-vous déjà vu Elysium ?

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Feedbackbaby 266 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines