Magazine Cyclisme

Coaching marathon de berlin 2013: 2h 58mn 15s record perso pour jonathan

Publié le 01 octobre 2013 par Marathonien67
COACHING SPORTIF: MARATHON DE BERLIN 2013
 
Lors de la 40 édition du marathon de Berlin marquée par un nouveau record du monde établi par le Kényan Wilson Kipsang dans le temps officiel de 2 h 03 min 23 sec, Jonathan, un coureur que je coache, est passé sous la barre des 3h. Dans un petit compte rendu, il explique comment s'est déroulée sa course.  
 
 
2H 58MN 15S "RECORD PERSO" POUR JONATHAN
 
Nous sommes le 29 septembre 2013 il fait beau et froid ( à peine 3 degrés) sur Berlin alors que je quitte mon hôtel à 7h30. J'éprouve une sensation bizarre alors qu'il me faut parcourir 3 km pour rejoindre le départ, je trottine, j'ai peur, je respecte tellement la distance que la motivation n'est pas au beau fixe. Une idée trotte dans ma tête: battre mon record (3h10 Barcelone 2012). Pourtant, je ne m'en sens  absolument pas capable à ce moment précis, à seulement quelques minutes du départ, je doute beaucoup. C'est simple, si un gars vient me dire tu signes en bas à droite 3h07 pour ton troisième marathon, j'aurai signé direct. Il faut dire que j'ai eu pas mal de pépins physique depuis janvier, rien de grave, mais des blessures longues et dont les douleurs lancinantes font beaucoup de dégâts notamment au niveau psychologique.
COACHING MARATHON DE BERLIN 2013: 2H 58MN 15S RECORD PERSO POUR JONATHAN
Bon, ça y est, je suis là, à quelques mètres du SAS D qui me tend les bras, à quelques 200 mètres de la ligne de départ. Il est temps d'y aller, on verra bien. Le bonjour de "Gebre" à l'ensemble des coureurs avant la course me remonte le moral et je sens enfin cette pression positive monter en moi. Aujourd'hui c'est sur, je serai très prudent, malgré des conditions météos idéales. Je vois au loin les ballons moins de 3 h à 150 mètres, je n'ose même pas espérer les revoir avant l'arrivée. Start !!! Je passe 1 min 15 après le futur recordman du monde, je suis très raisonnable premier kilo en 4,10. Puis ma course se lance tranquillement avec un passage au 5km en 21mn10s. Je me sens un peu lourd, j'ai mangé comme un ogre hier soir et ce matin, j'ai beaucoup de réserves, j'ai même bu une bière hier soir, au milieu de marathoniens me regardant comme un extraterrestre. Je suis bien, premier gel au 8ème comme prévu, les kilomètres s'enchaînent et je suis de mieux en mieux passage au 10ème en 41mn15s je suis très régulier. Je m'alimente bien jusqu'au semi que j'atteins sans problème en 1h28mn50s. Je suis sur des bases de 3h02, dans ma tête en tous cas, en tenant compte d'un naturel relâchement lors de la 2eme moitié du parcours. Je n'imagine toujours pas être sous les 3heures. Impossible, pas aujourd'hui. Je passe au 22ème, en me disant mince, il ne reste "que 20 bornes". Je suis très positif.  Je passe au 30ème, toujours bien, le ballon des 3h se rapproche à quelques mètres de moi. Je commence à comprendre que c'est faisable, en sachant que si je le rattrape j'aurai 1min de marge, ce dernier étant partis bien avant moi. Je m'accroche, j'accélère, enfin non... mais je ne décélère pas en tout cas. Je rattrape le ballon au 32ème. Entre temps, j'ai pris soin de manger une banane au 25ème. J'enchaîne les gobelets d'eau glacés ... (je vais d'ailleurs finir ce marathon en buvant que de l'eau). Ma montre sonne le 35ème en 4mn09s, je suis toujours dans le tempo... Mais non... je finirai en 3H02, je le sais. Je ne pense pas pouvoir finir à cette allure, je vais forcément faiblir a un moment donné .... Passage au 40ème. Cette fois j'y crois vraiment. Un kilo en 4,22 (le plus lent de ma course), je me rassure comme je peux lorsque dans un ultime effort je vois le meneur d'allure (- 3h) juste devant moi. Il commence également à être marquer par l'effort. Il finira d'ailleurs la course le ballon en main pour ne plus être freiné dans les dernières longues lignes droites menant à la porte de Brandebourg.
Finalement on peut valoir moins de 2h30, un marathon dans les derniers hectomètres n'est pas toujours une partie de plaisir. Il me reste quelques centaines de mètres à couvrir. Je vais le faire !!!!!! J'ai tellement peur de ne pas y arriver que je sème le ballon pour réaliser un dernier kilo en 3,58 et je franchi la ligne en 2h58 min et 15 s. (j'ai couru le deuxième semi en 1h29mn15). J'ai du mal à y croire... du coup j'oublie de rendre ma puce, j'oublie de prendre mon tee-shirt de finisher (dommage..). Je suis dans ma bulle, je viens d'exploser mon record de presque 12 min. Je repense brièvement aux efforts endurés pour entrer enfin dans le cercle fermé des moins de 3 heures sur marathon. Des années d'attente ... Et maintenant, on fait quoi ????  Je me rends compte au lendemain de cette course que j'ai encore une marge de progression. J'ai fait une course intelligente. Le marathon c'est les jambes et surtout la tête. Si tu y va comme un bourrin, sans réfléchir, t'es mort ! J'ai fait une prépa très qualitative élaboré par mon coach Samir Baala. Pour info n'ai jamais dépassé les 85 km par semaine, comme quoi en s'entraînant sérieusement sans enchaîner trop de kilomètres, en gardant du jus pour le jour J, en étant patient et en respectant le programme à la lettre, c'est jouable.
Ps: lorsque j'ai couru en 3h10 à Barcelone, il y a 18 mois, j'étais passé au semi 2 minutes plus vite qu'à Berlin. Le marathon ça se mérite !!! 
Jonathan
( Photo prise cet été lors de la corrida de Seebach: Jonathan porte un maillot jaune. ) 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marathonien67 142 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines