Magazine Humeur

Le Marquis de l’Iceberg et la ploucmania par Samir BAALA

Publié le 08 octobre 2013 par Marathonien67
Le Marquis de l'Iceberg et la ploucmania

Un jour, le marquis de l'Iceberg a eu une idée de génie : réunir tous les ploucs de la terre sous une seule et même  bannière. En 2004, à l'université de Star Wars, avec trois de ses potes étudiants, des fumeurs d'herbes un peu hackers sur les bords, il a inventé la plus belle histoire du wouaib. Il a créé le réseau Faceplouc. Et depuis grâce à lui, on vit presque tous dans un monde virtuel... Enfin, ça c'est l'histoire officielle, celle qui ressemble à un conte de fée. Parce qu'en réalité, le marquis, il a carotté les jumeaux Winklemachinchose. Il leur a chouré le concept. Heureusement les frangins, ils n'ont pas porté l'affaire devant le juge. Le contentieux s'est réglé avec un petit dédommagement. Et depuis, tout le monde il a sa petite villa avec piscine. Et tout le monde il est content. 
Le Marquis de l’Iceberg et la ploucmania par Samir BAALA
Le marquis de l'Iceberg, il est plus riche que le baron Louis von Rothschild, mais il ne le montre pas. Il est milliardaire en dollar, mais se ballade avec un vieux jean troué et des tongs. Pour lui, Berluti est un marchand de glace italienne. Le look trader, très peu pour lui. Son sweat à capuche surprend, dans la cour des chemises-cravates. Les barons et les ducs de la vallée du Silicone, s'en offusquent. Mais jusqu'à preuve du contraire, l'habit ne fait pas le moine. Vaut mieux être riche et mal s'habiller, qu'être pauvre et claquer toute sa thune dans les fringues. Mieux vaut être riche en guenille qu'être pauvre en costard Armani. Le mec il s'en foutait de la mode, il est devenu riche, et il s'en fout toujours. Franchement, moi je dis respect !!! T'imagines, le type, il est entré à Wall Street en tongs (et dire que Morsay se vante de rentrer en boite en jogging-baskets. Trop facile ça.).
Le marquis, il a su garder les pieds sur terre. À l'inverse de ses amis faceplouquien. En leurs offrant la possibilité d'être sur le réseau ce qu'ils ne sont pas dans la vraie vie, il leurs a vendu une part de rêve. Et beaucoup d'entre eux se sont vite vu plus grand qu'ils ne sont. C'est la magie du monde virtuel. Pouvoir devenir sur la toile ce qu'on ne sera jamais en réalité.
Le marquis de l'Iceberg, il est daltonien. Mais il a su voir juste, en offrant à tous les ploucs de la terre un endroit rien qu'à eux. Un parc pour se défouler. Aujourd'hui le site Faceplouc est le site le plus visité au monde juste derrière le géant Gogole. Plus d'un milliard de Ploucs sont déjà inscrits. Le bébé est côté en bourse. C'est l'endroit où il faut absolument être, pour être « in ». Même Jeanne Mas est membre du réseau (Et Desireless aussi). Avoue que ça en jette ! Hein gros ? Et ben mon vieux. Dis-toi que si tu chantes comme un pied et que t'as toujours rêvé d'avoir un fan-club rien qu'à toi, tu le trouveras sur Faceplouc.
Le marquis de l'Iceberg, il a fait construire un énorme château, avec tout plein de « murs », pourkekommeça les ploucs y peuvent écrire des choses dessus. Bientavu #. Le truc est simple comme bonjour. Tu demandes à des gens d'être leur ami... Et tu racontes ta vie. Sur un mur. Le principe du système c'est de toujours cliquer sur « j'aime ». Il faut toujours lever le pouce pour être un bon plouc. Faut toujours avoir l'air optimiste, même quand dans ta vie c'est l'souk. Notre monde est entré dans l'ère de l'hypocrisie informatique. Les gens s'appellent entre eux « amis ». Genre: « Ouais, moi j'ai 2000 amis sur Faceplouc ! » Au final, dans la vraie vie, ils se suicident lorsqu'ils se rendent compte qu'ils n'en fréquentent que deux ! La dépression post-net à raison d'eux. Sur Faceplouc, tu peux pas cliquer sur « j'aime pas » (Merci Youtube). T'as juste le droit de cliquer sur « j'aime ». Le marquis de l'Iceberg, il a compris que pour attirer un max de people sur son joujou, fallait que tout le monde s'y sente aimé, entouré par des gens aimant. Sur faceplouc la définition du mot « ami » perd tout son sens. Dans la vraie vie, « un ami » c'est quelqu'un de proche. Quelqu'un qui vient la nuit avec une pelle et une pioche pour te filer un coup d'main en cas de coup dur. Un ami, c'est quelqu'un qui te prévient quand tu perds les pédales. À l'inverse, sur Faceplouc « un ami », c'est souvent quelqu'un que tu connais ni d'Adam ni d'Ève. Quelqu'un à qui tu donne accès à ton profil juste parce qu'il kiffe « la pêche à la mouche » et toi aussi. Quelqu'un qui clique sur « j'aime » même quand tu pars en cacahuète. Quelqu'un qui te « like » même quand tu prends le melon. Bref, faudrait revoir cette notion d'amis en lui injectant une dose d'intelligence. Cliquer sur un bouton dans un réseau social ne suffit pas pour lier une amitié. Il y a une légère différence étymologique entre le mot « friend » et le mot « ami ». Certains l'ont compris mais d'autres pas.
Le marquis de l'Iceberg, il n'a pas hésité à comparer son invention à celle de l'électricité. Mais quand on voit les « crimes orthographiques » qui garnissent les murs. On est en droit de se dire que l'utilisateur type n'est pas une lumière. Quand la culture française saigne, la langue de Molière pleure ses mots. Et vu le succès du réseau, les « fauteurs en série » ont de beaux jours devant leurs museaux. Sans déc. Les coms qu'on trouve sur FP, c'est du niveau CP.
Avec ce réseau social, les nombrils éléphantesques à l'égo surdimensionné, ont trouvés un emplacement où planter leurs tentes pour faire leurs promos. Et les pleurnicheuses ont à leurs dispositions des outils pour se construire un « mur des lamentations ». Sur Faceplouc, on trouve aussi des philosophes en herbe, des pervers, des groupuscules identitaire, des nudistes, des zoophiles, des sportifs jet-setters... ou des jet-setters sportifs ???, etc.  Souvent, la photo illustrant le profil de cet outil mégalocybernétique, annonce la couleur. L'avatar suffit pour savoir à quel énergumène t'as à faire. On pourrait dresser une liste de tout ce qu'on ne voit jamais sur une photo de profil Faceplouc (des yeux qui louchent par exemple). Mais le plus drôle reste encore ce qu'on y voit. C'est pas compliqué: Les uns s'exhibent, les autres font du voyeurisme. Les « clampins » revendiquant le plus d'amis dans leur réseau sont devenu des individus attractifs en générant le « buzz » autour d'eux, pas pour des raisons liées à l'exemplarité de leur travail ou leur charisme. Ils sont si doués dans le marketing foireux, qu'ils devraient revendiquer le titre de « Roi des ploucs » (officiel). On bascule dans une société plus pathétique que jamais dans laquelle la notion d'amitié est rationnalisée. Les nouveaux esclaves narcissiques de l'économie marchande donnent d'eux-mêmes toutes les informations imaginables sur leurs amis, leurs amours, leurs emmerdes. Age, taille, poids, situation familiale, orientation sexuelle, convictions religieuses... Les annonceurs peuvent cibler leur public avec une précision redoutable. Grâce à Faceplouc ils savent tout sur les gouts des consommateurs. Et vu que ce que tu aimes, il y a de fortes chances que tes 130 « amis » l'aiment aussi, ben, c'est banco pour les boites de pubs.
Le marquis de l'Iceberg, il aspire à un « monde plus ouvert ». « Plus ouvert » ? Plus surveillé, aussi. Notamment par les directeurs de ressources humaines, qui y trouvent des raisons de licencier leurs employés.  Et par la police, qui se frotte les mains. Si t'es du genre tagueur rebelle. Que tu kiffes les graffitis mais que t'en a marre de te faire courser par les « Schmitt » les soirs d'hivers. Largues tes bombes de peinture sur la route, et lâche-toi sur les murs Faceplouc. Mais attention. Fais gaffe quand même ! Quand les gendarmes ne trouvent pas le type qu'ils recherchent dehors, généralement ils le découvrent sur Faceplouc. Y'a toujours un débile pour se filmer en train de rouler à 200km/h sur une route limité à 90. Pensant agir en toute impunité, fier de lui, il ira ensuite poster la vidéo de ses exploits sur son mur. Et un tas de virtuels-ploucs, viendront lâcher des « coms » et des « likes » dessus. Seulement son mur, il n'y a pas que ses « fans » qui viennent le contempler. Ce bel espace de liberté est aussi un espace fliqué. Et quand on sait ce que tu manges, on sait aussi à quelle sauce te manger. « Big Brother » tu connais ?
     
Faceplouc a une véritable influence sur la vie de ses utilisateurs, qui peuvent par son biais satisfaire leur avidité de contact et fuir ce qu'ils redoutent le plus : la solitude. De nos jours, de plus en plus de gens se sentent seuls et paumés. En se connectant, ils créent des liens qu'ils imaginent sacrés. Quelque soit l'heure du jour où de la nuit, la « confrérie des gens qui ont le pouce levé », leurs offre une personne avec qui parler, une personne à laquelle se confier. Maintenant, plus besoin d'aller voir un psy. T'arrives « in the place », tu te connecte, et tu vides ton sac pour te soulager. Les possibilités sont multiples : Parler en temps réel à d'autres personnes, savoir tout de leur vie, déballer la tienne, approuver ce que les autres disent, etc. En somme, c'est comme une réunion d'alcoolique anonyme. La forte odeur de beuverie en moins. Mais attention ! À force de cliquer sur tout ce qui bouge comme à la chasse au canard, gaffe de pas choper la Faceplouc-addiction. Les centres adaptés pour la soigner, n'existe pas encore. Même si ça ne saurait tarder !
Faceplouc offre une part de magie à tous ses membres. Avec Faceplouc, on peut s'inventer la vie de rêve qu'on n'a pas, et qu'on aura jamais. Un coup d'baguette magique, et la citrouille devient carrosse. La Cendrillon du ghetto se transforme en princesse (avec la complicité de Photoshop). « Si tu crèches dans un HLM et que t'en a marre d'être un paria. Rien de plus fastoche : Domicilie-toi avenue Foch ». C'est un peu comme quand Clark Kent enfile sa panoplie de Superman: « Si t'es une tête à claques, Faceplouc est fait pour toi. Cesse d'être celui que tu n'es pas au fond de toi. Cesse d'être Anthony Patatra. Deviens Tony Castagna!!! ». Sur Faceplouc, tout le monde te dit tout le temps que t'es beau. C'est le premier réseau social d'hypocrites ! J'ai jamais vu autant de lèche-culs sur un même site. Tout le monde il aime tout le monde. Y'a un truc infaillible pour reconnaitre un type non-intégré à la confrérie : Quand tu lui dis qu'il y a un commentaire bizarre sur son mur, il fait le tour de sa villa. 
Quand tu satures. Quand t'en a marre de lever le pouce virtuellement. Tu peux toujours aller filer des graines à l'oiseau bleu d'malheur. Twitteur fonctionne un peu de la même façon que Faceplouc. Sauf que là, faut abréger. C'est du microblogging. Faut que tu racontes ta vie en 140 caractères, pas plus. En clair, faut que tu cesse de penser avec la tête, pour penser avec le Twitte ! Chaque fois que tu fais quelque chose d'intéressant, mets un coup d'hashtag. Exemple avec Gaspard Frichouille du 6.2, un Twittos averti : 17h12: #g bu 1 coca 0 ! 19h02 #g manger d'la blanquette 23h47: #discofever au Shogun 01h28 : #saacréé cuiteee ! 03h12 : #g vomi dan picasso a Jean-Noëeel 

Pour conclure, Faceplouc est un formidable outil lorsqu'il est utilisé à bon escient. C'est un véritable socialisateur mais aussi un gros danger pour l'utilisateur qui ne réfléchit pas aux conséquences avant de publier ses données perso. La télé, internet et l'électricité ont changés notre quotidien durablement. Comparer ces inventions révolutionnaires avec Faceplouc, semble totalement absurde. Faceplouc n'est rien de plus qu'un phénomène de mode comme le Rubik's Cube, le Sudoku, la Tecktonic et les Pokémon's. La révolution Faceplouc n'aura pas lieu. N'en déplaise au marquis de l'Iceberg. Comme Netscape fut dépassé en son temps par Internet Explorer, comme Yahoo! le fut par Google, comme MySpace le fut par Faceplouc. Faceplouc sera bientôt dépassé à son tour... (Certainement par un truc encore plus farfelu). Pour prédire ça, pas b'soin de s'appeler Nostradamus.

Samir BAALA 



« Toute ressemblance avec un réseau social existant ou ayant existé n'est pas for-tweet. »
« Les personnages et les situations de ce récit étant purement virtuels, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes n'est pas une coïncidence. »
 
 
 
Et Paul Van Haver alias Stromae, il en pense quoi???  http://www.youtube.com/watch?v=wdpXyI3_Qpk
 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marathonien67 142 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte