Magazine Culture

Édition originale de ce classique de la littérature provençale

Par Librairiecamillesourget @CamilleSourget

Édition originale de l’épopée provençale de Nerte.

Mistral Nerte titre 408x300 Édition originale de ce classique de la littérature provençale

MISTRAL, Frédéric. Nerte. Nouvelle provençale, avec la traduction française en regard.
Paris, Librairie Hachette, 1884.

In-8 de (2) ff. pour le faux-titre et le titre, 381 pp., (3) pp. Relié en demi-percaline verte à la bradel, dos lisse orné d’un fleuron doré au centre, pièce de titre de maroquin rouge, non rogné. Gardes et contre-gardes brunies, inscription manuscrite à l’encre sur le titre. Reliure de l’époque.

203 x 130 mm.

Mistral Nerte rel 232x300 Édition originale de ce classique de la littérature provençale
Édition originale de ce classique de la littérature provençale.
Clouzot, p. 207 ; Carteret, II, 168 ; Vicaire, V, 907.

« Poème provençal de Frédéric Mistral (1830-1914), paru avec la traduction française en 1884, année du quatrième centenaire de la réunion de la Provence à la France. L’action se déroule au XVe siècle […]. Composé en plein essor du mouvement félibre et quand la popularité de Mistral était déjà considérable, ce poème s’efforce de ressusciter quelques-uns des fastes de l’ancienne Provence, selon la manière qu’affectionnaient les troubadours ou les conteurs épiques. Aussi, les épisodes tirés du folklore et de la légende, ou inventés de toutes pièces, sont-ils placés dans des lieux réels et particulièrement réputés : Avignon des papes, rives de la Durance, allée des Aliscamps, arènes d’Arles, ruines de la Laurade, qu’ils entourent d’une atmosphère poétique. Tout au fond se fait entendre la vieille philosophie cathare, d’où la poésie d’oc avait tiré ses meilleurs accents, et selon laquelle le véritable amour ne saurait s’accomplir charnellement ni trouver ici-bas son dénouement […] Cette œuvre a sa place dans un florilège des lettres provençales ». (Dictionnaire des Œuvres, IV, 729).

Troisième poème épique provençal de Frédéric Mistral, paru avec la traduction française en 1884, année du quatrième centenaire de la réunion de la Provence à la France, l’action se déroule au XVème siècle. Le baron Pons, seigneur de Chateaurenard, dont les violences défrayaient la contrée sent venir avec terreur son heure dernière. Un affreux souvenir l’accable. Un soir qu’au jeu, il avait perdu fortune, armes et château, le diable se présenta à lui et lui offrit en dédommagement une fantastique noria (machine à eau), dont les godets versèrent des monceaux d’or à ses pieds. Mais à ces dons, Satan avait mis une condition… Dans treize ans, la fille du châtelain, la douce et charmante Nerte, devrait appartenir à l’Enfer…

En 1904, ce poème épique fut couronné par le Prix Vitet de l’Académie Française.

Exemplaire conservé dans sa reliure de l’époque de ce classique de la littérature provençale.

Provenance : Marcel Loi avec ex-libris manuscrit à l’encre sur le faux-titre.

Prix : 500 €


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Librairiecamillesourget 372 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines