Magazine Culture

Un des chefs-d’œuvre de Diderot, le « neveu de Rameau »

Par Librairiecamillesourget @CamilleSourget

Véritable édition originale française du Neveu de Rameau.

En Français dans le texte, n° 153.

Diderot Rameau titre2 176x300 Un des chefs d’œuvre de Diderot, le « neveu de Rameau »

DIDEROT, Denis. Œuvres inédites de Diderot. Le Neveu de Rameau. Voyage de Hollande.
A Paris, chez J. L. J. Brière, 1821.

In-8 de (4) pp., (1) f., xxvii pp., 148 pp. (Le Neveu de Rameau), [149]-322 pp. (Voyage de Hollande), [323]- 383 pp. (Correspondance), [384]-388 pp. (Table). Exemplaire relié sans la Table des ouvrages de Diderot. Relié en percaline brune de la fin du XIXème siècle.

216 x 134 mm.

Véritable édition originale française de l’un des chefs-d’œuvre de Diderot, le « neveu de Rameau », établie d’après le manuscrit remis à l’éditeur par Madame de Vandeul, la fille de Diderot.
Tchemerzine ; Vicaire 255 ; Adams, Bibliographie des Œuvres de Diderot, A9.

Diderot Rameau rel2 221x300 Un des chefs d’œuvre de Diderot, le « neveu de Rameau »
« Ce volume est le n°21 des Œuvres éditées par Brière. Il parut en réalité en 1823 au mois d’août, mais l’éditeur maintint la date de 1821 sur toute l’édition. Condamné à la destruction par le Tribunal de la Seine à la fin 1823. » (Tchemerzine)

Bien qu’une édition française du Neveu de Rameau ait été publiée en 1821 chez Delaunay, celle-ci n’était qu’une retraduction en français par de Saur et de Saint-Geniès de la traduction allemande effectuée par Goethe.
La présente édition originale, faite à partir du manuscrit français, ne parut en réalité que deux ans plus tard, mais l’éditeur souhaitant l’intégrer en tant que dernier volume (tome 21) des Œuvres de Diderot publiées en 1821 choisit de conserver cette date.
Le Voyage de Hollande fut quant à lui d’abord publié chez Belin en 1818-1819 (Brunet II, 700).

« Le Neveu de Rameau est, à coup sûr, le grand chef-d’œuvre de Diderot, rédigé pour lui seul dans le secret le plus absolu à partir de 1762 et revu jusque vers 1773, “une œuvre dont la vie amalgame une actualité de vingt ans et, à partir du plus grand disparate, atteint le plus parfait naturel” (Jean Fabre). L’histoire même de ce texte fascinant est un vrai “roman bibliographique” : publié pour la première fois en 1805 dans une traduction allemande par Goethe (elle-même retraduite en français par De Saur et Saint Geniès), le texte est publié en 1821 au t. XXI des Œuvres de Diderot par Brière d’après une copie venant de la fille de Diderot ; en 1891, enfin, Georges Monval découvre dans une boîte de bouquiniste sur les quais le manuscrit autographe qui permet d’établir le texte correct.
Conte, dialogue, satire (le manuscrit porte le titre “Satyre 2de”), ‘Le Neveu de Rameau’ est tout cela à la fois, et bien davantage encore. Au Café de la Régence, près du Palais-Royal, Diderot (Moi) rencontre Jean-François Rameau (Lui), personnage authentique, neveu du grand musicien. Entre ce bohème et “M. le philosophe” va s’engager un dialogue plein d’esprit, souvent profond, amer, cocasse ou réaliste, sur les sujets les plus divers. Si Rameau reste très près de son modèle, il ressemble par bien des traits à Diderot lui-même, qui joue à merveille de la dialectique de ses deux personnages sans souci de conclure autrement que par ce “Rira bien qui rira le dernier” lancé par Rameau. Chaque ligne reflète une jubilation de l’écriture ; chaque lecture suscite de nouvelles réflexions et renforce l’admiration.
»
En Français dans le texte, n° 153.

Prix : 3 000 €


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Librairiecamillesourget 372 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines