Magazine Focus Emploi

Dénoncez l'anormal.

Publié le 13 janvier 2014 par Vanillette
Dénoncez l'anormal. Un dimanche à 6h50, un matin pas vraiment comme un autre, je prends le métro. Évidemment, tout est silence. Évidemment, tout est sommeil. S’éveille la ville phocéenne et sa gouaille pour l’instant chuchotante.
« Votre attention s’il vous plait, soyez vigilant, veuillez signaler tout événement qui vous paraîtrait suspect. Your attention please… ».
C’est souvent dans le plus grand des silences que s’entendent les plus infimes choses.
Parce que cette chose-là, en l’occurrence, je l’entends en boucle depuis des années que je vis à Marseille et que j’y prends son métro.
Mais cette chose-là, je ne l’avais jamais vraiment écouté.
Cette chose-là, comment pourrais-je la nommer ? La suspicion ? Ou l’injonction à suspicion ?
Cette chose-là, elle me choque beaucoup, ce dimanche matin pas comme les autres. Je me sens un peu bousculée dans le silence. J’entends qu’on veut me mettre à contribution de la sécurité civile. En fait, non, on m’intime gentiment l’ordre de participer à la surveillance de la société et de me livrer à la délation si nécessaire.
On me demande tous les jours, en boucle et à intervalles réguliers, sans que vraiment je n’y prenne garde de « signaler tout événement qui me paraîtrait suspect ».
Mais c’est quoi un « événement suspect » ?
Si je regarde la chose avec le prisme d’une réalité construite, je crois que ce qu’ils attendent de moi, dimanche matin et tous les autres jours de l’année, une multitude de fois par jour et depuis des années, c’est que je dénonce l’anormal. Le différent. Le suspect. Au regard de ma subjectivité ? Non, au regard d’une objectivité contruite par des élans médiatiques et politiques. Ils attendent de moi que je pense : colis piégé, terrorisme, délinquance, insécurité, groupe de jeunes… Ainsi, peut-être espèrent-ils boucler la boucle.
Sauf qu’à Marseille, n’en déplaise aux constructions sociales, je n’y ai vu que de l’entraide, des sourires et de l’insoumission.
Par contre, j’y ai aussi vu des militaires impassibles chargés de dissuader quelque voyageur trop « suspect », hommes et femmes armés jusqu’aux dents que regardent les enfants avec un mélange de crainte et de fascination.
Ca me paraît vachement suspect, moi, les armes et le silence en temps de paix.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vanillette 11392 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog