Magazine Côté Femmes

"Elle" et moi: le début de la fin.

Publié le 16 avril 2014 par Unechambreamoi


Je ne suis ni veggie (la vie sans viande saignante n'est pas une vie), ni adepte du selfie (après ou avant l'amour)
Je n'ai jamais mangé de chou kale, j'ai 3 kilos de trop mais c'est trop tard parce que l'été est déjà là à Nice. 
Je ne suis plus parisienne, mon mari n'est pas un hipster, je ne vais pas chez Colette.
Je ne fais pas de calculs savants Pi X 3,14/ XY-XX+50%= egalité stricte des tâches ménagères, je trouve Najat Vallaud Belkacem bête, encore plus que la mode du twerk à la Miley Cirus ou le come-back du crop-top.
J'en ai marre des anglicisme de la fashion. 

Je crois moyennement aux conseils beauté pour devenir PDGère ou conseils manucure-coiffure pour devenir une bonne gagneuse/manageuse, je me fous de savoir si mon tangerine aux doigts est assorti au blue-lagoon aux pieds, et je n'ai pas (fingers-crossed) de problématique de famille recomposée extrêmement épanouie, vivant dans un duplex dans le Marais redécoré par Sarah Lavoine, avec la fille de la maîtresse de mon mari qui sort avec la fille au pair de ma femme de ménage pendant mes cours de yoga ashtanga (heureusement grâce à la fellation tout s'est très vite réglé avec mon époux, ouf) ce qui pose un sacré problème pour l'organisation du camps d'été en Suisse pour mes kids et des bons-réducs chez Bonpoint et LittleMarcJacobs qu'il va falloir que je collectionne si je veux que mes gamins soient habillés décemment pour rentrer à Janson-de-sailly l'année prochaine.

Je n'ai pas spécialement envie de voter pour Ségolène Royal simplement parce que c'est une femme, ni d'aquiescer benoitement à TOUS les conseils de Benoite Groult simplement parce que c'est une féministe.
 D'ailleurs entre deux recettes de tian sauce Inès de la Fressange spécial "attraper un mari riche" et trois recettes de desserts Trish Desseine pour "garder son mari riche", faut pas que j'oublie d'aller acheter la dernière machine à laver vantée dans leur publi-communiqué de la page 53. Tout en attendant avec hâte la rubrique "divorcer d'un mari riche" de la semaine suivante (ce qui arrivera à coup sûr si j'ai foiré la sodomie de la paix ou si j'ai zappé l'épilation intégrale, voire si je n'ai toujours pas perdu mes 15 kilos de gras un mois après mon accouchement).
Le courrier des lectrices (sous prozac?), les conseils du psy pour TOUT (choisir le bon jean ou avoir un orgasme, mais aussi planter des carottes fanes bio sans recevoir de critiques de sa belle-mère) et la chronique ahurissante de Nicolas Bedos, qui nous raconte ses histoires de liquide séminal qu'il a déversé en spray sur toute la Rive-Gauche toute la semaine précédente me donnent envie de décéder de stupeur à chaque fois.
Je trouve épuisants les conseils, à chaque rentrée de septembre, des mamans people pour bien s'occuper de ses enfants (du genre: relâchez la pression, si votre nounou vous appelle:dérange quand vous êtes en meeting à NY parce qu'elle ne retrouve plus les indications sur les looks hebdomadaires de vos enfants, et les habille une fois en monop' au lieu de l'habituel Bonton ou Finger in the Nose, pressée en plus, parce qu'elle a un vernissage, vous êtes une bonne mère quand même, et d'ailleurs la qualité compte plus que la quantité, vous les rhabillerez mieux le mois prochain quand vous reviendrez de votre full-moon party à Goa).
Je suis fatiguée de lire des interviews de Julia Roberts à qui on demande comment elle fait pour conciler ses horaires de travail et l'éducation de ses enfants, ou de Léa Seydoux qui nous explique qu'elle a toujours peur de perdre son indépendance financière si elle ne travaille pas. 
J'en ai ma claque de lire que, selon Inès de la Fressange, rien n'est plus chic, en villégiature à Tarascon, de se déguiser en lavandière, habillée d'une simple chemise de travail dégottée à la brocante de Saint-Rémy de Provence en plein mois d'aout et de dormir sur un boutis en toile de matelas à la belle-étoile parceque Less Is More.
Je lis les conseils alimentaires des mannequins, et je les prends autant au sérieux que si un curé m'expliquait qu'il donnait des cours de tantra et de rééducation périnéale.
 Je passe d'une interview d'une grande écrivaine ou d'une grande scientifique respectable et intéressante, à une publicité, une page sur deux, pour acheter le it-bag à 1200€.
Je parcours un article vantant les grosses et les bourrelets (une fois par an, faut pas pousser), ou un coup de gueule sur les ravages de la maigreur sur l'esprit de nos adolescentes, et à la page suivante je comprends que si je rentre à nouveau, un jour, dans mon 36 d'avant-bébés, je ne serai rien qu'une vache obèse suante juste bonne à rouler du trottoir au caniveau.
 Je lis de la propagande pour que les filles aillent enfin faire des études d'ingénieur et je tombe sur "24h avec Kim Kardashian, les secrets de sa réussite", ou "Un week-end avec la jet-setteuse et muse bulgare topless Marija, 14 ans: comment faire la fête toute la nuit et se réveiller le lendemain après-midi avec une routine beauté assez efficace pour faire office de petit-déjeuner"
Je lis un article poussant les femmes du monde entier à adopter les valeurs supérieures du pays du siècle des Lumières et je tombe sur un hommage aux Femen qui pissent sur les cloches de Notre-Dame.

BREF. 

Est-ce qu'à 32 ans je commence à me faire vieille? ou alors plus assez intelligente (j'avoue qu'il y a des rubriques "buzz" que je ne comprends plus du tout). Est-ce le magazine que j'aimais qui a tant changé, ou est-ce moi qui suis, avec mes 3 enfants, mon mari et ma vie en province, devenue une pauvre loseuse?
Hormis les pages livres que j'aime encore beaucoup, je me sens plus instruite après avoir lu Voici... C'est un signal à prendre en compte.
J'ai donc pris une grande décision, un tout petit pas pour l'humanité, certes, mais un grand (premier) pas pour le féminisme: je vais (enfin) me désabonner de "Elle".
(il n'est jamais trop tard)
à lire aussi: 
un billet qui m'avait été inspiré par une chronique beauté dans Elle...
L'attachée de presse, tueuse des beaux quartiers

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Unechambreamoi 22397 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines