Magazine Focus Emploi

Les habitants voyageurs.

Publié le 13 mai 2014 par Vanillette
"Dans un voyage, on évolue, on change, on se transforme. Et souvent, on rentre et tout est annulé par le retour. Il faut essayer de garder des traces" Raymond Depardon, Errance, 2004
Chères lectrices, chers lecteurs, j'ai une super nouvelle à vous annoncer comme je le disais il y a quelques jours. A moins que vous suiviez mon espace Facebook, laissez-moi donc vous annoncer en exclusivité la sortie de mon nouvel ouvrage : Les habitants voyageurs. Chroniques de la folie en mouvement. Devrais-je plutôt parler de la sortie de NOTRE nouvel ouvrage puisque nous sommes deux à avoir écrit ce livre : Raphaël Bouloudnine, médecin psychiatre et moi-même.
Les habitants voyageurs. Se procurer l'ouvrage
Comment décrire cet ouvrage de manière succincte ? Difficile...
C'est un livre qui parle de la folie.
La folie des fous et des folles. Mais aussi la folie de professionnel-le-s qui ont osé détourner les pratiques usuelles du travail médico-social.
C'est un livre d'histoires.
Des histoires de vie, des récits, des bouts de pensée...
C'est un livre qui parle de voyage.
C'est un livre qui parle d'espaces de vie. D'espaces de soi.
D'espaces comme la rue, l'habitat collectif, le logement individuel.
Un livre qui parle des interstices aussi.
C'est un livre dans lequel on a eu envie de prendre des risques.
C'est un livre qui parle de travail social. De soin.
Mais pas que.
C'est un livre qui parle d'abord d'hommes et de femmes.
Les habitants voyageurs. Chroniques de la folie en mouvement. SOMMAIRE by Celia_blog
"Ici, nous avons évoqué la folie, cette indésirable folie qui rend l’autre si proche de soi et si loin à la fois. Cette folie qu’on fuit parfois en détournant les yeux ou qu’on affiche sans pudeur dans les médias de masse. Cette folie qui interroge, fascine, terrifie. 
Nous avons évoqué la folie. Mais pas la folie des fous qui font peur. Pas la folie des fous qui tuent. Pas la folie des fous qui, s’ils sont reconnus, le sont en tant que peintre ou photographe. Peut-être parce qu’ils n’existent pas, ces fous-là, ou peut-être parce que nous avons regardé ailleurs. 
Nous avons évoqué une folie en mouvement. Une folie qui nous a transformés, qui a transformé le monde autour de nous et le regard des uns et des autres. Une folie qui ne peut se définir tant elle est singulière et mouvante. Tant elle ne dit rien de ce qu’est l’autre. Nous avons parlé de femmes et d’hommes dont l’une des particularités avait été de rencontrer la maladie mentale mais qui avaient surtout de grandes choses à nous raconter. 
Ca a donné des histoires. Une histoire."
Extrait de l'avant-propos, p.16
Voici le résumé que vous pourrez trouver en quatrième de couverture :
Il y a ceux qui sont fous parce qu’ils sont dans la rue, ceux qui sont dans la rue parce qu’ils sont fous, ceux qui peuvent se mettre à l’abri, ceux qui choisissent de voyager aux interstices des espaces de vie communément empruntés…
Ce sont les histoires de Suzanne, Félicien, Sam et les autres que racontent ici Célia Carpaye, éducatrice spécialisée, et Raphaël Bouloudnine, médecin psychiatre ; des histoires ordinaires, des histoires de fous, des histoires qui affirment que le fou n’est pas toujours celui que l’on croit, des histoires qui parlent de frontières qu’on contourne pour mieux aller à la rencontre de l’autre.
Des histoires qui fabriquent une histoire ; celle d’une psychiatrie hors les murs qui valorise des pratiques professionnelles innovantes allant à l’encontre du misérabilisme usuel qui entoure la maladie mentale. Les auteurs tentent ici de regarder les personnes avec leurs compétences et leurs savoirs, de rire quand il y a lieu de rire, de parler d’émotions vraies... Ils se refusent à la conceptualisation qui empêche la vraie rencontre et acceptent l’inconfort et l’incertitude pour tenter la plus grande authenticité.
Des maraudes de rue au programme Un Chez-soi d’abord en passant par un hébergement collectif, les auteurs racontent ces espaces distincts - et si proches pourtant - qui questionnent les problématiques actuelles du logement, d’autant plus quand elles sont aggravées par la maladie mentale.
Dans ces expériences, et plus particulièrement dans le programme Un Chez-soi d’abord à l’œuvre dans quatre villes de France, il est question de se décaler des questions habituelles que sont les symptômes, les diagnostics et les traitements pour prendre à bras le corps la question de l’accès au logement pour tous, quels que soient le vécu et le degré d’exclusion des personnes concernées. Juste pour donner une place de citoyen à ceux et celles qui, au fil de l’histoire, ont été les plus exclus.

Un site dédié à l'ouvrage sera très prochainement en ligne, je vous tiens au courant !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vanillette 10517 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte