Magazine Livres

Nos dernières acquisitions

Par Librairiecamillesourget @CamilleSourget

Livres semaine Medina Entree web Nos dernières acquisitions

Première édition italienne de l’Art de naviguer de Medina.
Précieux exemplaire conservé dans son vélin souple de l’époque.

MEDINA, Pedro de. L’arte del Navegar, in laqual si contengono lere gole, dechiarationi, secreti, & avisi, alla bona navegatione necessarii. Composta per l’Eccel. Dottor M. Pietro da Medina, & tradotta de lingua Spagnola in vulgar Italiano, a beneficio, & utilita de ciascadum Navigante.
In Venetia, Gioanbattista Pedrezano, 1554.

In-4 de (12) ff. dont un blanc, 137 ff., (1) f.bl., nombreuses annotations manuscrites en marges, deux cachets d’appartenance sur le titre. Plein vélin souple de l’époque, charnières anciennement renforcées avec du papier cartonné. Reliure de l’époque.

207 x 150 mm.

Première édition italienne et premier tirage de ce « livre fort rare, orné de nombreuses figures dans le texte » (Chadenat, 6056), fondamental pour l’histoire de la navigation et de la cartographie.
Adams M-1025; Palau 159679; Sabin 47346; Mortimer, Italian, 300; Borba de Moraes, II, p. 549. Manque à Leclerc qui ne possédait que le tirage de 1555.

Medina rel 230x300 Nos dernières acquisitions
Medina titreB 208x300 Nos dernières acquisitions

Conçu comme un manuel d’instructions pour les navigateurs et explorateurs du Nouveau Monde « L’Art de naviguer » est le premier traité donnant des informations fiables sur la navigation près des côtes américaines. Il était basé sur les informations données par les navigateurs utilisant la route des Indes.
Pedro de Medina
(1493-1576) occupait le poste de bibliothécaire pour le Duc de Médina. Chargé de préparer l’élaboration de cartes et de précis de navigation par l’empereur Charles V, il fut nommé « cosmographe d’honneur » en 1549.

C’est à Valladolid, où il fut imprimé pour la première fois, en 1545, que le traducteur, Vincenzo Palentino, acquit un exemplaire à la demande du libraire Vénitien Pedrezano. Ainsi l’édition italienne est-elle très proche de l’originale espagnole.
L’Art de naviguer
 connut un succès foudroyant et fut très vite traduit en italien, en français et en allemand.

Les bibliographes sont unanimes à souligner l’importance du traité et l’extrême rareté de toutes les premières éditions.

« The first edition is very rare. When complete, and in good condition, it commands one of the highest prices for works on navigation. All of Medina’s editions are in fact rare”. Borba de Moraes.

Medina “was with Cortes and may be said to have been the founder of the literature of seamanship. He was entrusted by the King with the examination of pilots and sailingmasters for the West Indies, taught navigation, and was held in high esteem as a cosmographer” (Church 98).

Medina pl2 206x300 Nos dernières acquisitions
Medina pl1B 217x300 Nos dernières acquisitions

L’édition est illustrée de nombreux diagrammes et figures sur bois précisant aux navigateurs la navigation en fonction des vents, en fonction du soleil, en fonction de l’étoile du Nord, en fonction de la lune.
Deux cartes ornent en outre l’ouvrage.
« Le f. 33 est occupé par une curieuse carte dans laquelle figurent les parties du Nouveau-Monde connues à cette époque » (Chadenat).
Cette carte du nouveau monde (f. 33) est célèbre ; elle illustre les terres nouvellement découvertes en Amérique et représente avec une certaine exactitude l’isthme de Panama, les Montagnes du Mississipi, la Floride, le Golfe de Saint-Laurent, Cuba, le Mexique, le Pérou, le Brésil, l’Europe de l’Ouest, l’Afrique, …
Une seconde carte représente le monde avec les 5 continents, insérée dans la ronde des vents (f. 26).

Précieux exemplaire d’une grande pureté conservé dans sa première reliure en vélin souple de l’époque.

Prix : 17 000 €

*****

Édition originale de l’une des plus belles « Entrées » de la Renaissance.
Précieux exemplaire, l’un des rares contenant la pièce en vers de 9 feuillets d’Etienne Pasquier.

Entree Charles IX pl 195x300 Nos dernières acquisitions

[ENTRE DE CHARLES IX A PARIS]. [RONSARD]. Bref et sommaire recueil de ce qui a esté faict, & de l’ordre tenüe à la joyeuse & triumphante Entrée de tres-puissant, tres-magnanime & tres-chrestien Prince Charles IX de ce nom Roy de France, en sa bonne ville & cité de Paris… le Mardy sixieme iour de Mars. Avec le Couronnement de tres-haute, tres-illustre & tres-excellente Princesse Madame Elizabet d’Autriche son espouse, le Dimanche vingtcinquieme…
Paris, Denis du Pré, 1572.

Entree Charles IX rel 220x300 Nos dernières acquisitions
In-4 de 53 ff., (1), 9 gravures à pleine page dans le texte et une gravure dépliante hors texte ; 10 ff., 26, (2) ff. dont 1 bl., 9, (2) ff.bl., 6 gravures à pleine page dans le texte. Ex libris manuscrit sur le titre. Relié en plein veau brun granité, filet à froid encadrant les plats, dos à nerfs orné, coupes décorées, tranches mouchetées. Restaurations anciennes au dos. Reliure du début du XVIIIe siècle.

235 x 157 mm.

Édition originale de l’une des plus belles entrées de la Renaissance française contenant plusieurs dizaines de pièces de Ronsard, Antoine de Baïf, Amadis Jamyn, Jean Dorat, Du Faur de Pibrac, Pasquier,… en édition originale.
Mortimer, French, 205-206 ; Rahir, Dutuit, 676 ; Picot, Rothschild, 3117 ; Brunet, II, 1001; Pichon, 4897; Fairfax Murray, French, 152.

Un des beaux livres de fêtes français du XVIe siècle relatant le couronnement de la reine Elisabeth d’Autriche, épouse de Charles IX et fille de l’Empereur Maximilien II, qui avait eu lieu à l’abbaye de Saint-Denis, ainsi que l’entrée des souverains dans la capitale.

L’ouvrage est dû à l’échevin parisien Simon Bouquet que ses collègues de l’Hôtel de Ville avaient chargé d’ordonner la fête et de diriger l’agencement des décors ; celui-ci en avait confié la mise en scène à Ronsard et à Dorat qui en fixèrent le thème : l’heureuse rencontre de la France et de la Germanie. Ce sont ces deux poètes qui firent appel à Germain Pilon pour les sculptures, à Le Conte pour les travaux de charpenterie, et pour les perspectives et les peintures à Pierre d’Angers et à Nicolo dell’Abbate, le célèbre émule du Primatice à Fontainebleau.

L’édition comporte 16 planches sur bois à pleine page dont une dépliante, dues au tailleur et graveur en pierres précieuses Olivier Codoré, nom abrégé, selon Mariette, du valet de chambre et graveur en pierres fines du futur Henri IV, surnommé Coldoré à cause de l’abondance de colliers qu’il exhibait volontiers.

Entree Charles IX titreB 194x300 Nos dernières acquisitions
Entree Charles IX pl2B 344x300 Nos dernières acquisitions

L’illustration figure les architectures éphémères, arcs triomphaux, berceaux de lierre et de feuillage, fontaines,… dressés sur le chemin du cortège royal. Elle présente l’intérêt d’être, elle-même, « à transformations ».
Ces cérémonies avaient été retardées pendant une dizaine d’années, Charles IX ne pouvant faire son entrée solennelle dans la capitale que grâce à la récente conclusion de la paix de Saint-Germain, le 11 août 1570, qui mettait un terme provisoire à une décennie de guerres de religion.

« L’entrée du roi est ornée de 10 figures dont 9 mesurent 200 x 140 ; la dizième, plus grande (208 x 212) représente la perspective de la peinture dressée place du Chatelet. Ces bois offrent des similitudes avec ceux de l’Entrée de Henri II. L’Entrée de la reine est ornée de 6 bois formés chacun de deux parties : la partie inférieure est la reproduction exacte de la figure correspondantes de l’entrée du roi ; la partie supérieure seule a été regravée, avec des sujets différents. La reine ayant fait son entrée 23 jours après celle du roi, on avait dû conserver les mêmes décors et remplacer les allégories et inscriptions par d’autres mieux appropriées. Toute cette décoration serait de Codoré ainsi que le laisse entendre le privilège. Selon Mariette, Codoré serait le surnom de Fontenay, graveur en pierres fines de Henri IV. » (Brun, Le Livre français illustré de la Renaissance, p. 181).

Le volume comporte une remarque de premier tirage : le mot « vouloir » au f.34 v° n’a pas été ajouté à la ligne 7.

Brunet (II, 1001) mentionne « A quelques exemplaires la page ‘Simon Bouquet’ est suivie d’une pièce en vers signée E. Pasquier Parisien intitulée ‘Au Roy Congratulation de la paix faicte par sa Majesté entre ses sujets l’onzieme jour d’Aoust 1570’, 9 feuillets »
Notre exemplaire est l’un des très rares à posséder cette pièce en vers de Pasquier.

La reine étant souffrante, une autre fête fut organisée en son honneur trois semaines plus tard. Les mêmes architectures éphémères furent employées mais on les décora de nouvelles figures allégoriques.

Précieux exemplaire grand de marges et non lavé, conservé dans sa reliure du XVIIIe siècle. Les exemplaires en reliure ancienne sont rares, la plupart ayant été reliés à nouveau – et lavés par la même occasion – à la fin du XIXe siècle.

Prix : 19 000 €


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Librairiecamillesourget 372 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine