Magazine Bons plans

L’île de Mull, rien que l’île de Mull !

Publié le 10 juin 2014 par Silhouette @Laterresurson31

Quand j’habitais Lille, jamais je n’aurais envisagé de faire un voyage en Ecosse, non pas parce que l’Ecosse ne m’attirait pas mais parce que je me voyais très mal partir dans un pays célèbre pour ses « douches écossaises » où j’aurais eu pendant mes vacances une météo semblable à celle du Nord-Pas-de-Calais !… Mais maintenant que je vis sur la Côte d’Azur, je vois les choses complètement différemment.
Du coup, en fin avril, je suis partie en Ecosse. En fait non, pour être plus exacte, je suis partie sur l’île de Mull. Comme j’ai eu pas mal de réactions du style : « Quoi, tu n’as pas été au Loch Ness ? » « Tu n’as pas fait le tour de l’Ecosse ? » « Même pas un petit tour à Edinburgh ? », du coup, je vais vous expliquer les raisons pour lesquelles je n’ai visité que l’île de Mull lors de mon voyage en Ecosse.

île de Mull

1/ 1 semaine c’est court !

Je ne suis partie qu’une semaine en Ecosse, et une semaine, cela passe très vite ! Alors plutôt que de vouloir parcourir toute l’Ecosse au pas de course en avalant 300 à 400 km par jour, en passant la plupart du temps en voiture, et finalement tout survoler sans rien voir vraiment, j’ai préféré me poser à un endroit, pouvoir en profiter, avoir le temps de découvrir.
Avez-vous déjà essayé de visiter la Côté d’Opale, Paris, l’Alsace, les Landes, les Alpes et la Côte d’Azur sur une petite semaine ? Non, hé bien, en Ecosse c’est pareil ! Il faut arrêter de vouloir rentabiliser les journées en allant dans un maximum de sites en un minimum de temps : c’est contraire à l’éthique du voyage pour moi…

île de Mull sur les routes

2/ L’île de Mull est riche !

En 1 semaine, il y a largement de quoi faire et de quoi voir sur l’île de Mull. Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer entre :

  • les excursions dans les îles alentour,
  • l’ascension du Ben More,
  • les nombreuses balades dans l’île,
  • la découverte de Tobermory…

Mais au moins j’ai pu bien profiter de chaque endroit sans courir et sans avoir un timing de fou à respecter.

île de Mull, Tobermory

3/ L’observation de la faune demande du temps !

Observer et photographier macareux moines et loutres était l’objectif principal de mon voyage sur l’île de Mull. Mais pouvoir photographier les animaux dans leur environnement naturel est complètement différent d’un zoo. La chance et le hasard entrent en jeu… Aucune garantie ! Au final, j’ai réussi à photographier :

  • des macareux moines. Pour eux, cela a été très facile en allant sur l’île de Lunga.

macareux moines île de Mull

  • des loutres. Là, cela s’est révélé nettement plus compliqué car la loutre est un animal qui, en plus d’être très fugitif, est difficile à repérer ! Au passage, je dédicace cette photo à un très bon ami qui se reconnaîtra s’il passe par là…
    ;-)

loutre île de Mull

Et d’autres animaux comme :

  • des cerfs qui ont nécessité un long moment d’approche discrète

Cerfs île de Mull

  • des lapins qui ont nécessité une approche à plat ventre dans l’herbe

Lapins, île de Mull

Ces photos ont demandé du temps que je n’aurais pas eu si l’île de Mull n’avait été qu’une partie de mon programme de voyage en Ecosse. Pire, peut-être que je serais passée à côté de cette faune sauvage à toute vitesse en voiture sans la voir !

Je suis définitivement une adepte du slow tourisme, même si je sais que cela fait halluciner les gens autour de moi ! J’assume, et je m’en fiche car avoir le temps est un luxe bien plus grand que celui d’avoir la montre au poignet !…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Silhouette 4791 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines