Magazine Beaux Arts

Ciné ma différence

Publié le 23 juin 2014 par Enjeux Sur Image

cinemadesktop1_4x3

L’accès au cinéma, le loisir culturel le plus familial et populaire, est refusé de fait aux personnes autistes, polyhandicapées ou avec un handicap qui s’accompagne de troubles du comportement.
Au premier applaudissement à contre temps, au premier cri ou rire « bizarre », les regards agressifs ou apitoyés puis les réflexions, ont vite fait de faire sortir de la salle la famille qui avait osé se risquer dans un lieu public avec un enfant, un ado ou un adulte avec ce type de handicap.
C’est la volonté de lutter contre cette exclusion sociale qui ajoute une injustice supplémentaire à l’injustice du handicap et de permettre un accès aux loisirs culturels à ces personnes qui en étaient exclues qui anime Ciné-ma différence.

Film de présentation Ciné-ma différence
  Vidéo de présentation

Ciné-ma différence est une association à but non lucratif ayant pour objet de :

  • favoriser l’accès aux loisirs et à la culture des personnes en situation de handicap, par le biais du cinéma ainsi que par tout autre biais, domaine ou moyen de culture ou de loisirs
  • sensibiliser, au niveau local, national et international, sur l’exclusion de fait subie par ces personnes
  • informer les lieux de culture et de loisirs, ainsi que le public en général, sur les moyens de remédier à cette exclusion
  • conseiller, assister et former toutes personnes impliquées dans la culture ou les loisirs, afin de mettre en place une véritable accessibilité pour tous
  • réfléchir, susciter et/ou participer à des recherches et colloques en rapport avec le handicap, et/ou la culture
  • participer aux instances concernées par l’objet de l’Association.
  • -
    Ses responsables sont des parents d’enfants ou d’adultes handicapés. Ils sont engagés de longue date dans la vie associative pour faire changer le regard de la société sur les personnes en situation de handicap et permettre à celles-ci un accès harmonieux aux loisirs ordinaires.
    -
    Des professionnels du cinéma, de la culture et du handicap apportent à l’association leurs compétences et leur diversité d’approches.
    -
    Sandrine Bonnaire a bien voulu être la marraine de l’association. Grande actrice, elle possède aussi une connaissance en profondeur de l’exclusion vécue par les personnes en situation de handicap.
  • bonnaire

Né en 2005, Ciné-ma différence a adopté début 2007 une structure associative légère et formalisé dans le cadre d’un réseau national les liens avec les associations créant une séance locale.
Ciné-ma différence garantit ainsi le respect des valeurs qui fondent son action, la transmission du savoir faire acquis et la qualité des séances.

Si Ciné-ma différence aide en premier lieu des associations à monter une séance dans leur ville et à l’animer et la faire connaître, il souhaite aussi contribuer à faire prendre conscience de la réelle exclusion des personnes qui ont un handicap avec des troubles du comportement associés, des activités de loisirs et de culture, jugées par beaucoup inutiles à ces personnes en raison de la lourdeur de leur handicap ou trop difficiles à mettre en place pour elles.
Ciné-ma différence souhaite apporter une réponse parmi d’autres à découvrir, et sensibiliser acteurs politiques et culturels et grand public pour faire changer les choses en profondeur dans le domaine du droit à la culture et aux loisirs.

Comment se passe une séance ?

Les séances ont lieu le week-end, à une fréquence régulière, dans des cinémas tout public, avec une salle accessible aux personnes à mobilité réduite.

Un minimum d’aménagements techniques sont apportés : lumière s’éteignant doucement, son abaissé pour ne pas agresser les oreilles sensibles, mais l’essentiel repose en un accueil par des bénévoles formés.

Cet accueil commence dès l’entrée du cinéma. Une première information, écrite et verbale, est donnée à chaque spectateur. Des bénévoles sont présents à la porte, près de la caisse, devant et dans la salle. Les spectateurs sont salués et guidés, les quelques mots échangés permettent déjà de savoir qu’on est bienvenu, dans cet endroit étranger à beaucoup.
Une fois tout le monde installé, un responsable salue les spectateurs et explique en quelques phrases le pourquoi et les règles du jeu de ces séances un peu particulières. Cette annonce évoque des situations très concrètes pouvant survenir pendant la projection et permet, en les dédramatisant et en les rendant collectives, de détendre les accompagnants concernés et d’informer les spectateurs non handicapés présents.

Pendant le film, des bénévoles sont présents aux points clés de la salle. Visibles grâce à leurs gilets fluorescents, munis de lampes de poche, ils peuvent « entourer » un spectateur un peu stressé, rassurer les accompagnants que « non, ce n’est pas grave », et redire que si le spectateur a besoin d’une pause, ils peuvent sortir quelques minutes et revenir tranquillement ensuite.

A la sortie : quelques mots sont à nouveau échangés pour commenter et se dire au revoir.

Qu’est-ce qui s’y produit ?

L’accueil chaleureux, le fait de se sentir à sa place, l’information sur ce qui peut se produire pendant la séance et le rôle de médiateur des bénévoles, ont pour conséquence que les séances se déroulent plutôt paisiblement.

L’attention ne se focalise pas sur quelqu’un qui se lève, applaudit, crie ou rit sans raison évidente, l’absence de pression amène un retour au calme beaucoup plus rapide.

Les accompagnants, parents, frères et sœurs, sont détendus et profitent de ce moment de partage d’un loisir ordinaire.

Le public non handicapé étant informé, ses réactions d’incompréhension disparaissent.

Surtout, on y ressent très fortement le plaisir d’être là avec les autres, de voir un film ensemble et de rencontrer des gens, que ceux-ci vous ressemblent ou ne vous ressemblent pas.

Un réseau de séances de cinéma, ouvertes à tous, aménagées pour des personnes souvent exclues des loisirs culturels : personnes avec autisme ou handicaps multiples ou, plus généralement, un handicap avec troubles du comportement associés.

http://WWW.CINEMADIFFERENCE.COM

Les Vacances du petit Nicolas (en Avant-Première)

Le samedi 5 juillet 2014 à 14H30 aux Alizés de Bron

Affiche du Film Les Vacances du petit Nicolas

De Laurent Tirard
Avec Valérie Lemercier, Kad Merad, Dominique Lavanant
Durée :

En savoir plus sur le film


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Enjeux Sur Image 929 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte