Magazine Humeur

Qui sera capable de simple empathie pour les chrétiens d'Orient ?

Publié le 28 juin 2014 par Amaury Watremez @AmauryWat

Dédié à Monseigneur Barbarin qui n'a pas gardé le silence sur ces chrétiens orientaux souffrants et qui a « sauvé l'honneur »...

Un premier article par ici

image ci-dessous sur le site de la Vie, l'article bien timide qui l'accompagne est dispensable

11698_chretiens-irak_440x260.jpg
Ce soir, je suis allé à la messe anticipée du dimanche de la paroisse d’Évreux-centre, deux bonnes dames disaient des intentions de prières très belles mais encore un peu vagues, l'une d'elles était la secrétaire de l'évêque d’Évreux contacté par son intermédiaire, sans succès, il y a déjà un mois pour proposer des témoignages sur les souffrances des chrétiens d'Orient dont le mien à l'invitation même de l'évêque. Elle me fusilla du regard tout le temps qu'elle était au micro je ne sais pour quelle raison, me soupçonnant sans doute d'arrières-pensées politiques...

Si elles ont bien évoqué ces « pays du Moyen Orient » dont les dirigeants ne respectent pas leurs habitants, aucune des deux n'a invité l'assemblée à prier pour les ces chrétiens de Syrie entre le marteau, la dictature de Bachar, et l'enclume, les pseudo-rebelles qui sont surtout des djihadistes de la pire espèce, des assassins en somme, qui sont massacrés en Irak dans l'indifférence générale, qui sont persécutés en Égypte dans un silence absolue de la société européenne dont les croyants eux-mêmes.

Alors que je leur demandais pourquoi elles ne proposaient pas de prier pour nos frères et sœurs dans la Foi de ces pays en terre d'Islam, elles me répondirent qu'elles ne voulaient pas stigmatiser l'ensemble des musulmans, et qu'il n'y avait pas que les chrétiens qui souffraient dans le monde, qu'il ne fallait pas donner des intentions faisant preuve en somme de favoritisme si j'ai compris leur point de vue. Dans l'année pourtant, leur ais-je objecté, elles avaient prié pour une personne ou l'autre bien spécifiquement, pour un groupe bien précis de lépreux en Inde, pour une communauté bien identifiée en Afrique, donc pourquoi était-il impossible de prier particulièrement pour ces chrétiens orientaux ?

Qu'est-ce qui gêne tant que ça dans leur cas ?

Je pose la question ami lecteur mais comme moi tu connais la réponse : c'est la peur de passer pour des réacs, des fââchiiistes même qui osent exprimer des préventions, des nuances contre l'Islam sur ces terres des Proche et Moyen Orient, et aussi en France : on n'y parle jamais des cimetières chrétiens, des églises, des lieux de pèlerinage profanés car chrétiens. Il est aussi de ces incroyants qui ne veulent pas en parler car cela donnerait l'impression à ces « esprits forts » qu'ils fraternisent avec ces cathos tellement détestés et haïs, cela écornerait l'image qu'ils se font d'eux, une image flatteuse...

Je ne suis pas le seul à m'être heurté à un mur en évoquant ce sujet, je songe également à O.. qui est sur la paroisse de Villefrance-sur-Saône, chrétienne arménienne et catholique. Cela fait des années qu'elle essaie d'alerter les prêtres, les religieux, les religieuses, les laïcs, les communautés dites nouvelles de ce qui se passe dans les pays subissant les métastases d'un Islam radical et violent, qui s'est développé de par la responsabilité de la politique occidentale dans ces terres :

Soutien à Ben Laden avant le 11 septembre, laxisme avec les saoudiens ou les Qataris qui soutiennent le terrorisme, soutien aux Frères Musulmans de la CIA, le Hamas ou le Hezbollah considérés comme seuls interlocuteurs palestiniens valables en Palestine et au Liban, compromis avec les fondamentalistes islamiques en Occident etc...

Elle aussi n'a bien souvent rencontré qu'une indifférence marquée, qu'un silence gêné et, ou un rien de condescendance à son égard. Elle était « donquichottesque », elle était bien gentille mais enfin il n'y avait que ces chrétiens de ces pays, d'Arménie ou d'ailleurs, évangélisés selon les personnes qu'elle rencontrait par les catholiques latins. Et puis un jour, les mêmes ont entendu à la radio ou sur le Net, ce qui arrivait aux chrétiens de Mossoul entre autres, ce n'est pas que cela les émouvait vraiment, mais c'était juste un motif pour pleurnicher entre soi et oublier le tout une fois les belles paroles prononcées.

On a donc demandé à O.. de témoigner, ce qu'elle a refusé de faire car elle ne voulait pas servir d'alibi, de « bonne sauvage ». Elle avait raison, deux jours après, il n'était plus question des chrétiens de Mossoul...

Moi aussi suis-je certainement donquichottesque mais j'aimerais croire que ces articles provoquent simplement un sursaut d'empathie, de fraternité humaine...

ci-dessous le "Notre Père" en arabe


Le Notre Père en Arabe par Zaremios36


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines