Magazine Culture

Les critiques // The Leftovers : Saison 1. Episode 1. Pilot.

Publié le 30 juin 2014 par Addictedtoseries @AddictToSeries
Les critiques // The Leftovers : Saison 1. Episode 1. Pilot. Ah les pilots ! Ces épisodes dont on attend beaucoup, qui doivent en montrer suffisamment pour intéresser, pas trop non plus et en même temps, apporter quelque chose de nouveau, quelque chose d'inédit. Bref, qu'on le veuille ou non, nous attendons tous beaucoup des pilots. Parce que c'est en général notre premier contact avec une série. Parce que l'on veut être captivé dès le départ, enthousiasmé et surpris. Parce que c'est dès ces premières minutes que l'on sait si l'on va se passionner ou pas pour un univers. Et celui de The Leftovers n'échappe pas à la règle. Néanmoins, il a la chance - voire l'honneur - d'avoir été produit et diffusé sur HBO. Oui, oui, la grande HBO. La chaîne à qui l'on doit Deadwood, Entourage, Hung, The Pacific et Rome. Sans oublier les incontournables  Sex & the City, Six Feet Under, Les Sopranos et The Wire. Cette grande chaîne du câble qui nous a encore ébloui cette année avec Boardwalk Empire, Game Of Thrones, Girls, True Blood, Veep et les nouveautés True Detective, Looking et Silicon Valley. Véritable poids lourd de la télévision américaine, HBO nous épate une fois encore avec The Leftovers, drame fantastique adapté du roman de Tom Perrotta, également scénariste de la série.
Les critiques // The Leftovers : Saison 1. Episode 1. Pilot. Le pitch est simple. Ou pas. "2 % des êtres humains ont disparu de la surface de la terre sans la moindre explication, dans une sorte de ravissement. Les habitants de la petite ville de Mapleton vont être confrontés à cette question lorsque nombreux de leurs voisins, amis et amants s'évanouissent dans la nature le même jour d'automne. Trois ans plus tard, la vie a repris son cours dans la bourgade dépeuplée, mais rien n'est plus comme avant. Personne n'a oublié ce qui s'est passé ni ceux qui ont disparu. A l'approche des cérémonies de commémoration, le shérif Kevin Garvey est en état d'alerte maximale : des affrontements dangereux se préparent entre la population et un groupuscule aux revendications mystérieuses, comparable à une secte."
Les critiques // The Leftovers : Saison 1. Episode 1. Pilot. Portée par Justin Theroux, qui trouve enfin un rôle à la mesure de son (possible) talent, on peut déjà supposer que la série, ou du moins les 10 épisodes qui composent sa première saison, vont tourner autour de la famille de Kevin Harvey. Parce qu'entre Laurie, sa femme qui est entrée dans une secte, sa fille Jill qui file un mauvais coton et son fils Tom qui est aux abonnés absents, Kevin a fort à faire. Et c'est à nous de comprendre ou de supposer ce qui a pu se passer pour qu'ils en arrivent tous là où ils sont. Ce qui n'est pas une mince affaire, vu le nombre restreint d'indices qui nous est donné au cours de ce premier épisode à la durée exceptionnelle (72 minutes). Et mon petit doigt me dit que, connaissant Damon Lindelof (co-créateur de la série) et son travail sur la série LOST, nous allons devoir prendre notre mal en patience avant de dire que nous avons compris ce qui se passe entre les personnages.
Les critiques // The Leftovers : Saison 1. Episode 1. Pilot. Très mystérieux dans l'ensemble, le pilot vaut principalement pour le personnage de Kevin qui semble aussi surpris que nous face aux évènements passés et futurs. Car, même si cela est dit de manière bien confuse, le pire est sans doute à venir. Si tant est que, une fois l'épisode terminé, on ne peut que se demander ce que l'on a appris et la réponse est "pas grand chose". Toutefois, ce pilot possède des qualités certaines. A commencer par son impeccable réalisation. Peter Berg, le créateur de Friday Night Lights, a ici fait un excellent boulot. Le tout est fluide, naturel, tangible. Pas d'effets de lumière étranges à la LOST, pas de dialogue incompréhensible à la Fringe, pas de leitmotiv musical ultra stressant à la Alias. Dans l'ensemble, les acteurs ont tous été bien choisis, même si certains d'entre eux ne nous reviennent vraiment pas. Amy Brennenam, qui incarne la femme de Kevin Harvey, par exemple. Mais nous ferons avec ! Autre très bon point, la musique. Les accords et les mixages de Max Richter (déjà à l'œuvre sur Valse avec Bachir ou encore Shutter Island) sont tout simplement géniaux.
Les critiques // The Leftovers : Saison 1. Episode 1. Pilot. Si l'on ne sait pas nécessairement quoi attendre de cette série, dont la classification est très compliquée, il va sans dire que, semaine après semaine, nous allons la suivre. Peut-être justement parce que l'on ne sait pas où l'on doit être amené, parce que l'on ne voit pas déjà ce qui doit être le bon dénouement, parce qu'il n'y a pas de rand méchant tout désigné ou de vrai gentil à soutenir. Par habitude, Damon Lindelof brouille les pistes et nous laisse sceptique. Si le rythme du premier épisode est parfois lent, certaines images marquent et restent longtemps en tête. Et finalement, n'est-ce pas à cela que l'on reconnaît un bon pilot et une bonne saga de l'été ?
Note : 9/10. En bref, on commence très bien ! Par : Wyzman Rajaona

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Addictedtoseries 98484 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte