Magazine Cyclisme

Trail-Sur les Traces du Loup: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup y est

Publié le 30 juin 2014 par Marathonien67
Trail Tour National- Sur les Traces du Loup - MIZUNO
Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup y est
Il y avait du beau monde, ce samedi 28 juin pour l'édition 2014 de l'épreuve « Sur les Traces du Loup ». Près de 1500 coureurs ont pris le départ sur un parcours entièrement renouvelé. Pour cette édition, une bonne partie des sentiers battus, larges et roulants ont été remplacés par du hors-piste, avec des passages de fossés et de gués. La course phare de l'événement, longue de 33 km, comptait parmi les étapes du Trail Tour National (TTN format court). 
 
Trail-Sur les Traces du Loup: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup y est
Tout juste après l'épreuve, sur le podium, en compagnie du vainqueur Anthony Guillard ( au centre), et de son dauphin Benoit Holzerny.   

Samedi 28 juin. Au micro, Philippe Chaput, le top du top en matière de speaker passe en revue les principaux favoris de l'événement. Les organisateurs qui m'ont attribué le dossard numéro 1, m'ont du même coup élevé au rang de chef de meute. C'est un grand honneur que de porter cette pancarte de favori, mais du coup, ça met aussi un peu la pression. Même si en trail, on court d'abord pour se faire plaisir, je me dois d'assurer un bon résultat pour saluer les partenaires qui me font confiance (Mizuno en tête).  


Cinq petites minutes avant le coup d'envoi, un hélicoptère se pose sur un petit tarmac improvisé au cœur de La Ville-aux-Clercs (Loir-et-Cher), à son bord, Garou, la mascotte de la course. Une fois l'engin stabilisé, tel une star de ciné, Garou s'extirpe de son siège pour faire le show sur une piste de danse improvisée. Après quelques pas chorégraphiés et une "OLA" géante pour clôturer l'échauffement, la meute est fin prête à saigner les chemins forestiers des alentours. Les toutes dernières secondes, l'organisateur, Ludovic Chorgnon alias Ludo « le fou » étame le décompte. Et enfin, les fauves sont lâchés dans la nature.
Le départ des deux courses proposées au programme est commun. Les coureurs du 17km s'élancent en même temps que ceux du 33km, à 17h30 tapantes. Très vite, je me retrouve dans un petit paquet, avec Anthony (Guillard), Benoit (Holzerny) et une poignée d'outsiders aux dents longues.
Il pleut, il pleut, bergère, rentre tes blancs moutons / Faudrait pas qu'ils se mouillent, ou qu'ils servent de gueuleton. Les loups sont de sortie ce samedi, et ils ont un sacré appétit. Les mottes de pailles déposées au travers de la route (km2) ne sont qu'une formalité, à ceci près que je perds une de mes deux gourdes au moment du franchissement. Du coup, il va falloir que je revoie un peu ma gestion de course. Une halte à l'un ou l'autre poste de ravitaillement s'impose, ce que je n'avais pas franchement prévu de faire. Un peu plus loin, un lit de rivière à traverser. Génial. Y'a peut-être de la caillasse au fond ? Allez, tant pis, je plonge. C'est pas une séance d'entrainement, on ne réfléchit pas, on fonce tout droit.
 
Au moment où les participants du « 17km » bifurquent, nous nous retrouvons à trois devant. Seul Anthony et Benoit m'accompagnent encore. Le plus souvent, je reste un peu en retrait, mais il m'arrive de passer en tête. Les positions changent au grès des vents.
 
Trail-Sur les Traces du Loup: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup y estTout d'un coup, alors que nous avions fait le trou sur le reste de la meute, nous n'apercevons plus de rubans dans les arbres. Nous comprenons alors que nous avons fait fausse route. Pas grave petit chaperon rouge. Demi-tour. Sauf, qu'entre temps, quelques coureurs en ont profité pour prendre les devants et filer sans nous attendre. Petit à petit, sans paniquer, nous les reprenons un par un. Nous voilà de nouveau tous trois en tête de la course...
Le petit chaperon rouge n'est jamais bien loin...

Enfin, c'est ce que nous croyons. Parce que quelques hectomètres plus loin, en face de nous, nous apercevons d'autres coureurs évoluant sur le même tracé que le notre. Et ils ont une belle avance. D'ou sortent t-ils ? Comment se sont t-ils retrouvés là ? Mystère et boule de gomme. Toujours est t-il que cette situation un peu stressante nous donne des fourmis dans les jambes. Le rythme s'emballe un peu.


Il nous faudra zigzaguer un bon moment dans une végétation luxuriante avant de rejoindre le groupe de fuyards sortis de nulle part pour reprendre les rennes de l'épreuve. 
Un peu plus loin, au détour d'un chemin, nous allons encore nous égarer sans que cela ne soit trop dommageable pour nous. Juste un coureur à reprendre, ça va, c'est cool. Au total, pas loin d'un bon kilomètre de plus au compteur mais plus de peur que de mal puisque nous finirons tous les trois sur le podium.  
La pluie, par moment soutenu, trempe nos tenues. Une boue épaisse a changé la forêt en terrain de cross. Il fait sombre, la vigilance s'impose. La moindre faute se paie cash. À trop vouloir lever la tête pour un contrôle balisage, on risque de ne pas voir un piège au sol. Et des pièges à loup, il y en a beaucoup. Ludo en a disposé jusque dans le moindre recoin du circuit. Passage de gués, lit de rivière, traces en forêts, lisières, chemins calcaires, champs, fossés... pleins de surprises en tous genres nous attendent en cours de route.
 
 
Au 15eme, nous passons sur un tapis détecteur de puce. Je suis dans la foulée de Benoit, avec Anthony juste derrière. Au peu plus loin, nous sortons des sentiers battus, et courons sur une trace jonchée de petits obstacles comme nous en avons déjà rencontré quelques uns depuis le début...
 
Trail-Sur les Traces du Loup: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup y est
Soudain, au moment, où je lève la tête pour jeter un œil sur le balisage et sur Benoit qui me précède de deux, trois mètres, mon pied droit heurte un obstacle, le sol se dérobe sous mes semelles et je m'étale de tout mon long. Après un vol plané dans les fougères, ma tête heurte un tronc d'arbre. Je suis sonné, assommé, K-O à la troisième reprise.


C'est ce qui s'appelle "se jeter dans la gueule du loup" 
 
 
En passant devant moi, sportivement, Anthony me demande si je vais bien (l'homme n'est pas toujours un loup pour l'homme). Je lui réponds que « oui » tout en me relevant péniblement. Y'a pas de quoi « crier aux loups » mais je vais voir des étoiles un bon petit moment avant de retrouver mes esprits. Au cœur du domaine forestier, l'obscurité domine en pleine journée. On a beau être en été, ce ne sont pas des lunettes de soleil qu'il me faudrait, mais une lampe frontale.
Une fois remis de mes émotions, je repars environ 200m derrière mes compagnons d'échappée. Déterminé, j'hausse le ton pour parvenir à recoller. Mais le choc fut rude, j'ai les jambes en coton. Après le 20km, je perds définitivement de vue mes compagnons de route. Pire que ça, je joue à nouveau les cascadeurs, et me retrouve sur le dos dans un fourrée. À croire que j'aime bien les bains de boue. Un peu plus loin, je reste accroché dans du fil de fer barbelé. Excellent.
À environ trois bornes de la ligne d'arrivée, je finis par entendre un souffle dans mon dos. Sur un sentier monotrace, alors que je suis encore groggy par une de mes péripéties, un concurrent me double. Je perds une place au classement. Pour assurer le minimum syndical, une place sur la boite, je dois lutter ferme. Hors de question de laisser filer le podium.
Soudain, un charmant lit de rivière se pointe au travers de ma route. Quelques mètres avant de faire trempette, j'accélère la cadence, puis reprends et distance mon adversaire direct pour la 3eme place. J'essaie de marcher sur l'eau mais je n'y arrive pas... alors j'avance en montant les genoux à hauteur de la poitrine et en deux temps trois mouvements je suis sauvé des eaux. 
Après 33 bornes sous la flotte, dans la flotte, et dans une boue pas possible, une belle bagarre, trois chutes spectaculaires et quelques égratignures, une place sur le podium m'attend au bout de l'épreuve. C'est le dernier accessit. Pas vraiment ce que j'espérais, mais je m'estime heureux car ça aurait pu mal se finir avec le coup de massue que j'ai pris. J'espère que le tronc d'arbre va bien, le pauvre. Si j'avais su, je serais parti avec un casque de soldat, ca m'aurait évité de voir des tas de petits oiseaux tournoyer au-dessus de ma tête. 

Aujourd'hui c'était la guerre. Il fallait s'mettre « en mode Verdun ». Heureusement, que j'avais une faim de loup. Je me console en me disant que c'est déjà super d'avoir pu monter sur le podium de tous les trails auxquels j'ai pris part à ce jour. Les deux hommes qui me précédent sont de très bons coureurs. Je les connais bien puisque nous avons fait partie du même team. Félicitations à eux. Un grand bravo à Anthony Guillard, qui signe sa première victoire sur le circuit TTN. C'était bien lui le plus fort aujourd'hui.


Le parcours était physique malgré le faible dénivelé, comme quoi on peut faire du « vrai » trail ailleurs qu'en montagne, il suffit de s'aventurer hors des sentiers battus et d'avoir l'imagination fertile.
En regardant mes jambes, j'ai un peu l'impression de m'être fait bouffer par un tigre. Mais « tant fais pas mont p'tit loup », je me suis régalé. L'année prochaine, je reviendrais hululer sous la lune avec le reste de la meute !   
 
Trail-Sur les Traces du Loup: Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup y est
Résultats épreuve TTN 

Sur les traces du Loup 33 km:

1. A. Guillard, team Adidas, 2 h 06'22''
2. B. Holzerny, team Adidas, 2 h 06'51'' 
3. S. Baala, team Mizuno, 2 h 08'59'' 
4. G. Busseuil, Bordeaux Athle, 2 h 09'24'' 
5. B. Ramet,Touquet Opale athlé, 2 h 11'08'' 
6. N. Dode, As Laury les Aubrais, 2 h 12'56'' 
7. F. Le Bris, Queven Athlè, Q2 h 13'06'' 
8. J. Hervé, As Fleury les Aubrais, 2 h 14'42'' 
9. S. Mileo, Charleville Mézières,2 h 16'05'' 
10. G. Maldonado, 2 h 16'08'' 
11. A. Callier, As Poissy Athlè, 2 h 17'00'' 
12. S. Guillaume, As Chaingy sport, 2 h 17'18'' 
13. M. Jaunet, 2 h 20'04'' 
14. Y. Grégoire, 2 h 22'32'' 
15. D. Bernard, free run 72, 2 h 23'33''









(Remerciements à Claude et Françoise Barbault, ainsi qu'à Ludo "le fou" et toute sa bande de copains.) 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marathonien67 142 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines