Magazine Culture

Budapest. Le Mont Gellért, ou quand il s'agit de grimper une colline.

Par Feedbackbaby
Budapest. Le Mont Gellért, ou quand il s'agit de grimper une colline.
S'il y a bien une chose que je n'aime pas trop dans la vie, c'est grimper. Plus spécialement quand je suis en train de faire ma touriste. Je parle de cette douleur lancinante qui commence à se faire sentir dans les cuisses après quelques volées de marches, ce souffle qui se fait plus rare et ce sang qui afflue au visage pour vous donner un air de homard mal cuit. A Budapest, on a des collines, mais surtout du côté de Buda. Bien que cela permette de profiter de beaux panoramas sur le plat Pest, c'est au prix de fastidieux efforts que l'on gagne les hauteurs. J'avais d'abord évoqué le château royal du haut duquel on peut profiter de la vue, mais dans cet article je vais parler du mont Gellért. Cette colline surplombe la capitale avec, à son sommet, une splendide Statue de la Liberté brandissant une feuille de palmier en guise de torche. (cette statue a une histoire, mais je vous laisse le soin de la checker vous-mêmes dans les guides)
Pour y accéder, on a plusieurs choix.
Moi, j'aime traverser le pont Szabadság (prononcer [sabade-chague]) depuis Pest, que les guides traduisent par "le pont de la Liberté". Il est vert, il est beau, et c'est mon pont favori. (oui j'ai un pont favori, je sais c'est bizarre) Le pont Erszébet permet également de passer par un autre versant de la colline. Et l'on peut aussi choisir d'utiliser les souterrains et de passer sous le Danube avec le métro n°4, mais c'est selon les affinités de chacun avec les ponts. Sur les photos que j'ai prises en avril dernier, vous verrez que j'avais choisi de traverser le pont de la Liberté. (je le traverse toujours dès que j'en ai l'occasion - oui je sais que vous avez compris que j'aime ce pont). Une fois de l'autre côté, vous devez grimper la colline. Comme plusieurs chemins mènent en haut du mont Gellért, c'est au touriste de faire son itinéraire perso au travers des arbres. Arrivée au sommet, malgré mon souffle court, j'avais décidé de continuer à prendre des photos. Eh oui, je suis un peu cette touriste pénible qu'on a envie de laisser derrière soi juste par méchanceté. Je suis cette touriste qui laisse traîner son objectif sur des détails, ratant par-là même la moitié du spectacle dans la "vraie vie". Certes. J'assume. Surtout dans le cas du mont Gellért où je m'étais dit qu'il fallait bien que j'ai une "compensation" après avoir souffert le martyre dans mes courtes jambes.
Budapest. Le Mont Gellért, ou quand il s'agit de grimper une colline. Budapest. Le Mont Gellért, ou quand il s'agit de grimper une colline.
Pour les touristes plus flemmards, il est cependant possible d'accéder au mont Gellért en bus, ce qui est fort bien utile lorsqu'on décide de le visiter de nuit, afin de profiter d'une vue fabuleuse sur une Budapest illuminée. (mais moi j'ai grimpé là-bas de jour comme de nuit)(la faute aux amis qui, eux, sont faits d'acier et de muscles en béton - et qui ont sûrement une vision infrarouge puisque rien n'est éclairé sur cette colline !) Mais si vous n'avez pas peur d'être rincé-e-s pendant une visite touristique, je vous encourage à monter vous aussi jusqu'au sommet du mont, pour une excursion authentique à la récompense pleine de splendeur. Car il est vrai qu'une fois arrivé-e-s, on est loin de le regretter... !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Feedbackbaby 266 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines