Magazine Humeur

Discussion sans voiles sur le voile musulman

Publié le 29 septembre 2014 par Amaury Watremez @AmauryWat

Chaleureusement dédié à Edwy Plenel et son « Pour les musulmans » se voulant le pendant du « Pour les juifs » de Zola

image empruntée au "Bondy blog"

politique, société, voile islamique, amaury watremez, sorbonne, Edwy plenel
Dédié à Mehdi, mon meilleur copain de CE1, chez qui j'allais manger des « loukoums » pour le goûter sans que personne ne se soit jamais posé la question de nos origines respectives ni ne s'en soit offusqué ; gràce à ses parents je me suis ouvert à ces terres du Proche Orient dont je suis amoureux et à leur vraie culture, celle des histoires que Shéhérazade raconta à un sultan cruel, culture qui n'est pas celle des purotins islamistes violents, haineux et d'une bêtise sans nom mis partout en valeur dans les médias y compris dans ceux soucieux de « diversitude »...

Soyons bien clair, il se trouvera certainement des musulmans pour être d'accord avec ce que je vais écrire, et je ne généralise pas à plaisir, mais m'inquiète d'une présence de plus en plus marquée des voiles sur les têtes des femmes et des jeunes femmes musulmanes, ce qui est un profond recul comparé aux années 80 ou 90 où la question ne se posait même pas en cours de récréation dans les écoles et collèges, dans les lycées, voire en université, le voile « incomplet » n'étant pas moins inquiétant que les autres. Ce n'est pas une crainte de « serreurs de fesses effarés » que j'exprime, il suffit de regarder autour de soi dans les transports en commun, dans la rue, sur le Net. On me dira, pour les belles âmes comme Edwy par exemple, la montée de l'intégrisme est due aux français tous racistes et xénophobes.

Samedi soir, j'ai « discuté » si l'on peut appeler comme ça l'échange de soliloques avec plusieurs « touitteuriens » réagissant à l'information évoquant cette professeur d'université demandant à une étudiante si elle allait garder son « machin », son voile islamique, sur la tête, professeur copieusement injuriée, évidemment raciste et islamophobe, un « sale blanc », un « sale français » bien entendu aussi de « sale sioniste » (traiter un contradicteur de « sale sioniste » évite de se mettre en délicatesse avec la loi mais la judéophobie que cela signifie est transparente), ainsi que mon aimable personne un peu plus tard. Dans les meilleurs des cas, on m'a opposé en réponse une conception étrange de la laïcité et de la liberté qui impliqueraient que l'on pratique sa religion comme on l'entende, selon sa fantaisie, tant que l'on reste entre soi sans parler de cette idée qu'être français c'est avoir une carte d'identité en poche, ce qui est juste être citoyen français, ce qui est très différent.

Et Renan dans « Qu'est-ce qu'une Nation ? » en 1882 définit clairement la citoyenneté française qui demande à ceux qui s'en réclament une adhésion à l'unicité du territoire, à une langue (à sa culture), à des valeurs partagées. On me dira que les français « de souche » eux-mêmes n'ont plus tellement conscience de cette identité commune.

La laïcité « à la française » impliquait un compromis « a minima » pour que tous les milieux la constituant puissent vivre ensemble sans heurts. Bien sûr le problème à l'appliquer maintenant vient surtout du fait qu'elle était dirigée avant tout contre le catholicisme qui était déjà une religion très sécularisée, ce que n'est pas l'Islam qui ne connaît pas l'idée même de sécularisation. Le voile est d'ailleurs en lui-même un signe de refus net, clair, objectif, des valeurs françaises se basant sur l'idée que les femmes devraient impérativement faire preuve de « pudeur » en cachant leurs cheveux car risquant en les montrant d'exciter la lubricité des hommes qui sont tous des bêtes lubriques enragées c'est connu.

L'idée de la femme que cela sous-entend est qu'elle est donc forcément la maman ou la putain, tentatrice ou vierge pure...

Autre question brûlante, la plupart de mes intervenants défendaient le droit de porter le voile en invoquant les droits de l'homme et la laïcité républicaine mais aucun d'eux ne se reconnaissaient réellement comme français, ce qui était marqué par leurs pseudos, l'un d'eux disant « Je suis marocain », l'autre se revendiquant « algérienne » d'abord et avant tout. Que l'on ne me dise pas que c'est le racisme qui est la cause de ce rejet de l'identité française, dont leur histoire participe au cours des siècles même si cette histoire commune s'est souvent construit au travers de conflits. Hanane la porteuse de voile a eu vite fait de médiatiser son geste, à commencer par le "Bondy blog" car elle n'est pas une citoyenne lambda souffrant d'une loi sur la laïcité selon elle inique pour les musulmans, elle porte son bout de tissu par conviction, et c'est une militante.Cette discussion n'aboutit qu'à une conclusion : on en est là, et cela ne préjuge pas de lendemains qui chantent.

Et c'est ainsi qu'Allah est grand...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossier Paperblog

Magazines