Magazine Cinéma

“Paradise lost” d’Andrea Di Stefano

Publié le 05 novembre 2014 par Boustoune

Les relations avec la belle-famille, ce n’est pas toujours simple… Il y a toujours une assez forte probabilité pour que vous n’ayez pas d’affinités avec beau-papa ou que celui-ci vous en veuille de lui avoir dérobé sa fille chérie. Nick (Josh Hutcherson), un surfeur canadien venu vivre en Colombie, pensait avoir fait le plus difficile en se faisant adopter par la famille de sa dulcinée, la jolie Maria (Claudia Traisac), et notamment par son oncle, Pablo (Benicio Del Toro), le chef du clan. Mais ça, c’était avant… Avant qu’il ne découvre que l’oncle en question est un dangereux tonton flingueur.
Pablo, c’est en fait Pablo Escobar, le chef du Cartel de Medellin, ce qui en fait le plus grand trafiquant de cocaïne de la planète. L’admission dans le clan familial implique donc un certain nombre de sacrifices et de propositions qu’on ne peut pas refuser. Le jeune homme va l’apprendre à ses dépens.

Paradise lost - 6

Plutôt que de livrer un biopic classique sur le célèbre narcotrafiquant, Andrea Di Stefano a choisi de construire un récit entremêlant faits réels et éléments de pure fiction, qui lui offre plus de liberté au niveau de la narration et du travail avec les acteurs. La bonne idée, c’est d’adopter le point de vue naïf de Nick, qui découvre peu à peu l’envers de ce décor idyllique. Comme lui, on découvre tout d’abord les aspects les plus flatteurs de la personnalité d’Escobar. Un homme d’affaires avisé. Un politicien charismatique, adulé par le peuple. Un mécène généreux, finançant la construction d’orphelinats et d’écoles. Un père de famille attentionné. Un homme chaleureux et sympathique… Le portrait se fait moins glorieux au fil des minutes. On découvre qu’il a fait fortune grâce au commerce des feuilles de coca, qu’il est manipulateur, mégalomane, paranoïaque et qu’il n’a aucun scrupule à faire éliminer tous ceux qui se dressent en travers de son chemin.

Paradise lost - 3

Difficile de ne pas penser, ici,  au film de Kevin Macdonald, Le Dernier roi d’Ecosse, qui tournait autour de la relation entre le dictateur Idi Amin Dada et un jeune médecin britannique idéaliste. Les deux films sont très proches, dans l’esprit et dans la forme. Certains le reprocheront peut-être à Andrea Di Stefano. Certes, le dispositif n’est pas très original, mais encore fallait-il avoir le talent pour l’appliquer. Et force est de constater que le cinéaste italien maîtrise  totalement son sujet. Il fait monter la tension crescendo, sans abuser d’effets de style, sans recourir à des facilités dramaturgiques. C’est bien mené, joliment monté et terriblement efficace. Pour une première réalisation, on peut dire que c’est du bon travail.

Paradise lost - 5

Di Stefano est, il est vrai, bien aidé par ses acteurs. Josh Hutcherson est plutôt convaincant dans le rôle du jeune candide, happé malgré lui dans un engrenage de violence et de mort. Mais on retiendra surtout la performance de Benicio Del Toro, impressionnant dans la peau de Pablo Escobar. Peu d’acteurs auraient été capables de jouer le personnage sans sombrer dans la caricature, dans l’excès. Il a le charisme nécessaire pour rendre le personnage attachant et fascinant. Et il a dans le regard cette folie, ce côté imprévisible, qui le rend inquiétant.
C’est lui qui porte le film, chacune de ses apparitions à l’écran constituant un beau moment de cinéma.

Paradise lost - 7

Rien que pour ce beau numéro d’acteur, qui évoque intelligemment la personnalité complexe de Pablo Escobar, Paradise lost vaut le déplacement. Mais le premier long-métrage d’Andrea Di Stefano est aussi un thriller haletant, qui séduit par sa noirceur et  son nihilisme, loin du côté formaté des productions hollywoodiennes. Une belle réussite.

_______________________________________________________________________________

Paradise lost
Paradise lost
Paradise lost

Réalisateur : Andrea Di Stefano
Avec : Benicio Del Toro, Josh Hutcherson, Claudia Traisac, Carlos Bardem, Brady Corbet, Ana Girardot
Origine : Espagne, France, Belgique
Genre : le dernier roi de la coke
Durée : 1h54
date de sortie France : 05/11/2014
Note :
Contrepoint critique : Studio Ciné Live

_______________________________________________________________________________


Retour à La Une de Logo Paperblog