Magazine Bons plans

Pourquoi le Japon ne m’a pas fait vibrer ?

Publié le 23 novembre 2014 par Silhouette @Laterresurson31

Oui je sais, je vous entends déjà dire : « Comment, tu n’as pas aimé le Japon ? Mais ce n’est pas possible ? » Et pourtant c’est vrai, je n’ai pas aimé le Japon, même si j’y ai vécu des expériences intéressantes, je n’ai jamais vraiment senti cette euphorie propre aux voyages lointains. Le Japon ne me laissera pas un souvenir impérissable…

Quelques mois ont passé et désormais avec le recul je suis maintenant capable d’analyser pourquoi je n’ai pas aimé ce voyage.

1/ Trop de monde

Je savais que le Japon était très peuplé mais  je ne m’étais pas imaginé un bain de foule permanent, une impression constante d’avoir atterri au milieu d’une fourmilière. Les japonais ont beau être hyper-disciplinés, ce qui évite les bousculades, il n’empêche qu’il faut attendre partout :

  • pour aller au restaurant. Les japonais étant de nature curieuse, ils sont prêts à poireauter plus d’une heure devant un resto pour avoir une table
  • pour avoir une vue sur Tokyo. Par exemple, monter à la Tokyo Skytree revient à tester sa patience : queue monstrueuse rien que pour acheter les tickets
  • pour découvrir les sites réputés : pavillon d’or, temple de Senso-Ji, Ryonji Temple… Rien à faire, il y a du monde partout et prendre des photos sans touristes relève du défi…
  • pour faire l’ascension du mont Fuji, il faut grimper à la queue-leu-leu, trop peu pour moi qui aime les sentiers sauvages du Mercantour…

Sur place, j’ai renoncé à la découverte de plus d’un site, la faute à « trop de monde »…

monde au Japon

2/ La tradition grignotée par le modernisme

J’avais choisi le Japon essentiellement pour découvrir le Japon ancestral, j’imaginais un pays encore fortement marqué par des traditions, une architecture héritée du passé…

Là, la déception a été cruelle, le Japon au sens où je l’entendais n’existe plus, ou plutôt il n’en reste que des miettes… A l’image de ces temples magnifiques pris en sandwich entre 2 bâtiments contemporains, geishas qui n’en sont pas, anciennes maisons de thé traditionnelles transformées en boutiques, population ayant cédé aux sirènes du modernisme et de la folie consumériste…
Le Japon que j’aurais aimé découvrir n’existe plus… la société a changé, évolué, vite très vite, emportant sur son passage ce qui faisait la grandeur de ce pays à l’aura incroyable…

Japon, entre tradition et modernisme

3/ Mais où est la zenitude ?

Je rêvais  de m’immerger dans la zenitude, mais à l’instar des traditions, je n’ai jamais ressenti le côté zen dont on parle tant dans les guides et les blogs de voyage. les temples et jardins qui auraient dû incarner le zen sont dévorés par le bruit, les touristes japonais et autres qui piaillent pour  se prendre en photo partout… Au Japon, le silence est denrée rare… il est difficile de s’isoler, de pouvoir méditer dans un lieu sacré…
Quand on cherche repos et quiétude, le Japon se révèle fatigant…

Japon, jardin zen

4/ Overdose de constructions !

Je ne m’attendais pas à découvrir un Japon souffrant d’une telle sur-urbanisation… La Nature a perdu du terrain, le Japon est terriblement urbain pour moi… Et les jardins soi-disant zen des mégapoles ne suffiront pas à m’offrir cette bouffée de Nature dont j’ai tant besoin… Aussi magnifiques soient ces jardins, ils n’ont rien de sauvage, et même s’ils sont œuvres d’art ils s’apparenteront toujours à une nature domestiquée… édulcorée…

Japon, urbanisation

5/ Trop aseptisé

Certes le Japon est sûrement l’un des pays les plus sûrs du monde où une femme seule peut sans problème se balader à toute heure du jour et de la nuit.
Certes le Japon est surement l’un des pays les plus exemplaires en matière de propreté : métro hyper clean, rues sans détritus, hôtels nickel même quand le confort est sommaire, toilettes publiques bientôt plus propres et plus luxueuses que les toilettes de notre propre maison !
Certes au japon, les hommes d’affaires ont une classe indéniable… sauf qu’ils ont tous le même costard dépourvu de couleur et de la moindre touche d’originalité…
Certes le conformisme a des bons côtés…
Oui, mais le Japon est tellement aseptisé qu’il s’est vidé de ses émotions… Plus d’une fois en me baladant au Japon, je me suis surprise à rêver de marcher pieds nus sur la terre ocre d’un village de brousse à Madagascar, joyeuse en entendant les rires d’enfant dans les maisonnées…

Japon, métro clean

6/ Pas d’aventure en vue mais du tourisme

Au Japon, j’ai toujours eu la sensation de faire du tourisme, d’emprunter des chemins mille fois piétinés, de devoir renoncer à mes envies de terres sauvages, de faire ce que tout le monde fait…
Avec le recul, je me dis que ce n’est pas que le Japon n’est pas beau mais que j’ai fait une erreur de destination : ce pays ne correspondait pas à mon état d’esprit, à mes goûts, à mes envies d’immensités peuplées d’une faune sauvage… Et sur place, j’ai commis l’erreur de faire ce que l’on m’avait recommandé : les grandes villes classiques, le circuit que tout voyageur fait lorsqu’il débarque au japon pour la première fois. J’ai passé trop de temps dans les villes alors que j’aurais dû les fuir…

Résultat, les moments où le Japon m’a séduite ont été réduits à une peau de chagrin, me rendant nostalgique des fabuleuses aventures que j’ai pu vivre à Madagascar, en Afrique du Sud ou au Costa Rica…

japon tourisme

Je me suis laissée convaincre par des avis extérieurs en oubliant qu’on est tous différents… Même si cette expérience n’est pas négative, je n’ai pas aimé le Japon, et même si sa gastronomie est exceptionnelle, je ne me vois pas y retourner un jour…

Et vous, vous est-il déjà arrivé de chercher en vain la beauté d’un pays dont on vous avait tant parlé ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Silhouette 4791 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog