Magazine Culture

Nos dernières acquisitions

Par Librairiecamillesourget @CamilleSourget

L’acte initial de la Révolution Française.

Livres semaine Lettre roi Dialogue web Nos dernières acquisitions

LETTRE DU ROI ET RÈGLEMENT, pour la convocation des Etats-Généraux à Versailles, le 27 avril 1789.
Paris, de l’Imprimerie Royale, le 24 Janvier 1789.

Placard in-folio. La lettre est imprimée sur quatre colonnes séparées par un filet noir. Pts. manques de papier dus aux plis, qq. rousseurs. Encadré.

825 x 545 mm.

Précieux exemplaire de la lettre écrite par le roi le 24 janvier 1789, visant à expliciter le règlement d’élaboration des cahiers de doléances et les modalités d’élection des députés des 3 ordres à l’assemblée des États généraux qui se tiendra le 27 avril 1789 à Versailles.

Il s’agit de l’acte initial de la Révolution Française.

Double page Lettre Roi Nos dernières acquisitions

Depuis la crise commencée en septembre 1788 jusqu’à la réunion des Etats-Généraux le 5 mai 1789,  le royaume était agité par la préparation des élections. Celles-ci se déroulèrent dans un climat d’angoisse en même temps que d’espoir. La Noblesse, le Clergé et le Tiers Etat apportaient chacun leurs voix dans les assemblées de baillages d’où allait naître le principe de la souveraineté nationale. Cette grande affiche règle les modalités d’élection des députés aux Etats-Généraux et la confection des cahiers de doléances.

La convocation des états généraux est l’ensemble des actions requises pour assurer le succès des États généraux. Elle dura globalement une année, de la mi-juin 1788, avec les premières initiatives royales, à l’ouverture solennelle le 5 mai 1789. Cette période fut consacrée à la publication des directives à partir de janvier 1789, puis à leur mise en application sur tout le territoire, puisqu’il était entendu que l’habitant le plus éloigné de toutes les provinces aurait la possibilité de faire entendre sa voix.

Lettre du Roi Nos dernières acquisitions

Le roi rappelle l’objectif assigné aux futurs états :
« Nous avons besoin du concours de nos fidèles sujets pour Nous aider à surmonter toutes les difficultés où Nous Nous trouvons, relativement à l’état de nos finances, et pour établir, suivant nos vœux, un ordre constant et invariable dans toutes les parties du gouvernement qui intéressent le bonheur de nos sujets et la prospérité de notre royaume » et plus loin le roi invite à travailler à « l’établissement d’un ordre fixe et durable dans toutes les parties de l’administration. »

Face à une situation politique et financière catastrophique, Louis XVI se voit contraint de convoquer les Etats-généraux, qui seuls peuvent décider la levée de nouveaux impôts et engager la réforme du pays. Leur ouverture, le 5 mai 1789 à Versailles, marque le début de la Révolution Française.

Précieux exemplaire de la lettre du roi du 24 janvier 1789, acte initial de la Révolution Française.

Prix : 9 500 €

*****

« Le ‘Dialogue d’entre le malheustre et le manant’
fait partie des libelles mythiques des guerres de religion ».
Précieux exemplaire conservé dans sa première reliure en vélin souple de l’époque. 

Paris, 1594.

Dialogue rel Nos dernières acquisitions

[CROME ou CRUCE]. Dialogue d’entre le maheustre et le manant. Contenant les raisons de leurs debats & questions en ces presens troubles au Royaume de France.
S.l. [Paris], 1594.

In-8 de (1) f.bl., 123 ff., (1) f.bl. Relié en plein vélin souple de l’époque, dos lisse avec le titre manuscrit. Reliure de l’époque.

164 x 104 mm.

Rare troisième édition, augmentée et amplement modifiée par rapport à l’originale parue quelques mois auparavant, de ce célèbre libelle rédigé par un ligueur.
Brunet, II, 670 ; Adams, D.386.

C’est dans un contexte historique des plus troublés qu’est rédigé l’ouvrage.
Le siège de Paris interrompu par les campagnes de Henri IV contre le Duc de Mayenne avait été repris en mai 1590. Durant ce blocus la Ligue s’était employée à exciter le patriotisme des masses. L’approche du Duc de Parme avait contraint Henri IV à s’éloigner. Après les exécutions décidées par la Ligue, le Duc de Mayenne s’emparait de la Bastille, faisait décapiter quatre des seize responsables des quartiers de Paris et cassait leur conseil. Les Etats généraux étaient réunis en avril 1593. La Ligue avait vécu. Après l’abjuration, Henri IV entrait à Paris le 22 mars 1594.

La véritable édition originale du célèbre dialogue fut publiée en 1593. Notre texte date de 1594. En cette année charnière l’entrée du Roi à Paris a rendu obligatoire la suppression de passages défavorables à Henri IV et nécessaires des additions en sa faveur ou dirigées contre la Ligue et contre les Seize.
Une seconde édition de ce Dialogue, amplement modifiée, voit donc le jour au début de l’année 1594, et est réimprimée une nouvelle fois dans la même année (notre édition), puis à nouveau en 1595. Elle sera ensuite reprise dans la Satyre ménippée.
Imprimé après l’entrée du roi dans Paris, le texte notre édition a été adapté au retournement de la situation politique de la France.

Dialogue titre Nos dernières acquisitions

Ce dialogue a été attribué à plusieurs ligueurs extrémistes : à François Morin dit Cromé par P. Cayet, puis à Crucé par l’abbé Dartigny, l’un des Seize, ou encore à Nicolas Rolland, également membre des Seize.
Barbier (I, 940) explique : « J’ai trouvé sur un exemplaire la note suivante, d’une écriture du XVI esiècle : ‘ce livre a été fait par un nommé Crucé, procureur, demeurant Rue du Foin à Paris, qui était l’un des seize et a été imprimé dans Paris auparavant que le Roi Henri IV y entrast…’ ».

« Dans cette réimpression de 1594, faite peu après l’entrée du roi à Paris, le texte présente des différences sensibles. On y a supprimé plusieurs passages défavorables à Henri IV, et on y a fait des additions qui sont en sa faveur, ou qui sont dirigées contre la Ligue et contre les Seize. Voilà pourquoi, sans doute les critiques qui n’ont connu de ce dialogue que la seconde rédaction ont pu dire que c’était l’ouvrage d’un ligueur, mais d’un ligueur mécontent du duc de Mayenne. Toutefois, ces critiques sont peu d’accord sur le véritable auteur, qui serait, selon Cayet, L. Morin, dit Cromé ; selon Dartigny, Crucé, procureur, et l’un des Seize ; et enfin, selon d’autres, un certain Roland, aussi l’un des Seize de l’union parisienne. » (Brunet)

« Le Dialogue d’entre le malheustre (gentilhomme partisan d’Henri IV) et le manant (ligueur parisien) a fait l’objet d’une édition originale en 1593, de versions modifiées dans le sens royaliste dès 1594, qui devinrent pièces d’accompagnement à la ‘Satire Menippée’ dans ses éditions du XVIIIe siècle. »

« Le ‘Dialogue d’entre le malheustre et le manant’ fait partie des libelles mythiques des guerres de religion, en raison surtout du caractère extrême de sa pensée. On le cite souvent pour ses violentes diatribes contre la noblesse devenue indigne de son rang. Cromé, l’auteur maintenant bien identifié de ce pamphlet, va si loin dans son réquisitoire contre les tièdes et les corrompus que Mayenne, qui n’est pas épargné, s’emporta contre lui et le menaça. Beaucoup de critiques avouèrent aussi leur embarras devant un texte écrit par un ligueur et souvent très critique à l’égard de la Ligue. Au début de notre siècle, un historien aussi avisé que Hauser se demandait quelle était exactement la cause servie par son auteur.
(D. Ménager, Le Dialogue dans Histoire et littérature au siècle de Montaigne: Mélanges offerts à C.-G. Dubois’, 2001, pp. 97-109).

Hauser souligne l’intérêt de cet ouvrage, tant du point de vue de la philosophie politique qui y est développée que des faits relatés: “Le Manant n’est pas seulement un catholique intransigeant, c’est un démocrate révolutionnaire, un théoricien du contrat social et un adversaire de l’aristocratie… Il y a une vraie valeur historique dans le récit des événements parisiens après le meurtre de Blois. Ce texte est riche en détails personnels, en noms propres, en révélations sur les négociations secrètes avec Henri IV et sur les intrigues dont les Etats furent le théâtre” (Hauser).

L’ouvrage fut poursuivi et détruit par le duc de Mayenne.

Précieux exemplaire, grand de marges, conservé dans sa première reliure en vélin souple de l’époque.

Provenance : ex libris manuscrit et cachet Bar nabitarum s. eligii Paris sur le titre.

Prix : 3 900 €


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Librairiecamillesourget 372 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines