Magazine Culture

Nos dernières acquisitions

Par Librairiecamillesourget @CamilleSourget

Édition originale de ce précieux volume
comportant 59 pièces poétiques originales de Joachim du Bellay,
conservée dans sa reliure en vélin souple à recouvrement de l’époque.

Livres semaine Du Bellay Duduict web Nos dernières acquisitions

[DU BELLAY, Joachim] / LE ROY, Louis. Le Sympose de Platon, ou de l’amour et de beauté, traduit de Grec en François, avec trois livres de Commentaires, extraictz de toute Philosophie, & recueillis des meilleurs autheurs tant Grecz que Latins, & autres, par Loys le Roy, dit Regius. Au Roy Dauphin et à la Reine Dauphine. Plusieurs passages des meilleurs Poëtes Grecs & Latins, citez aux Commentaires, mis en vers François, par I. du Bellay Angevin. (A la fin : Achevé d’imprimer le Mardi 8 novembre 1558).
Paris, Pour Vincent Sertenas, 1559.

In-4 de (4) ff., 200 ff. Relié en vélin doré souple à recouvrement de l’époque, dos lisse orné de filets et fleurons dorés, tranches dorées. Petite restauration ancienne au rabat du plat supérieur. Reliure de l’époque.

215 x 150 mm.

Rarissime édition originale avec un titre de relais, de cette interprétation française du Banquet de Platon à laquelle Joachim du Bellay a collaboré.
Tchemerzine, III, 83 ; Graesse, Trésor de livres rares, 324 ; Picot, Catalogue Rothschild, 3213 ; Double, Cabinet d’un curieux, 10 ; Brunet, Supp. II, 252 ; J.P. Barbier, Ma Bibliothèque poétique, III, n°18.

Le mariage du Dauphin de France et de la reine Marie Stuart est célébré le 24 avril 1558 dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Cette version française du Banquet de Platon par Louis Le Roy fut offerte comme cadeau de mariage au couple royal. L’ouvrage est divisé en 3 livres, adressés respectivement au couple royal, à François de Valois et à Marie Stuart.
La seconde partie de l’ouvrage (ff. 184 à 200) contient l’édition originale de la traduction en vers français par Joachim du Bellay de poèmes de Virgile, Horace, Lucrèce, Ovide…

Du Bellay Sympose p1 Nos dernières acquisitions

« Au verso du titre on trouve un sonnet français et trois distiques latins de J. du Bellay.
Les 3 ff. qui suivent contiennent une épître ‘Au Roy-dauphin et à la Royne-dauphine’, en date de Paris, le 24 avril 1558, et l’Argument du Sympose de Platon’, par L. Le Roy.
La traduction et les commentaires de Louis Le Roy se terminent au f. 180. A la suite est une épître du même Le Roy aux lecteurs, en date de Paris, au mois de novembre 1558. Ce morceau contient de nombreux détails sur la vie de l’auteur.
Le f. 184 est occupé, au recto, par un titre ainsi conçu :
‘Plusieurs Passages des meilleurs poetes Grecs & Latins, citez aux Commentaires du Sympose de Platon, mis en vers François par I. Du Bellay Angeuin’.
Le verso contient une note de Louis Le Roy qui, parlant des vers grecs et latins cités dans les Commentaires, dit : ‘D’autant que je ne me sentais assez expert en la poësie françoise pour les traduire dignement, j’ay prié le seigneur du Bellay, tresexcellent poëte en latin et en françois, de les translater, lequel, pour l’amytié qui est de longtemps entre nous, a entrepris ceste charge, dont il s’est tant bien acquitté qu’il ne les a seulement traduictz fidelement, gardant la majesté de leurs sentences, qui est fort difficile en vers, mais aussi a représenté les traictz, figures, couleurs et ornemens poëtiques des deux plus belles langues, avec telle dexterité qu’il semble en avoir egallé les uns et surmonté les autres.’
Les fragments traduits sont au nombre de 57. Un passage de l’Art poétique d’Horace (f. 195) est emprunté à la traduction de Jacques Pelletier. » (Picot).
En fait 59 traductions de Du Bellay sont ici inédites selon J.P. Barbier.

« Le savant philosophe Louis Leroy fit cette belle traduction. Le premier livre est dédié au Roy-dauphin et à la Royne-dauphine ; le second livre à François de Valois, roi d’Ecosse et dauphin de France ; le troisième, ‘à très illustre et très vertueuse princesse madame Marie d’Esteuart, royne d’Escosse et dauphine de France. La belle et spirituelle Marie Stuart, dès son arrivée en France, s’était fait aimer des poëtes et des sçavants, qui ne lui furent pas ingrats à l’époque de ses malheurs, malgré la force de l’habitude ».  (Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, n°464).

L’interprétation du Banquet de Platon par Le Roy devient une véritable apologie du mariage qu’il décrit comme le support fondamental de la procréation et comme le moyen de poursuivre les lignées de sang de la monarchie.

Volume « précieux par son intérêt littéraire » (Double, Cabinet d’un curieux, 10).

Dans sa lettre Aux lecteurs, Le Roy explique l’importance de la redécouverte des auteurs classiques par la société pour la gloire de la langue et de l’identité françaises.

Du Bellay Sympose relB Nos dernières acquisitions
Du Bellay Sympose titreB Nos dernières acquisitions

Certains exemplaires de l’édition originale portent la date de 1558 sur le titre, d’autres celle de 1559, mais tous possèdent un privilège daté de septembre 1558 et un achevé d’imprimer de novembre 1558. Seule la date sur le feuillet de titre a été modifiée pour certains exemplaires. Tchemerzine est le seul bibliographe à citer un exemplaire portant la date de 1558 sur le titre. Brunet, Graesse ou même Picot et Double citent tous des exemplaires avec le titre de relais à la date de 1559.

Jean-Paul Barbier consacre huit pages entières à ce précieux et rarissime volume. Il décrit ainsi son exemplaire : « Exemplaire à bonnes marges (hauteur : 210 mm) » relié à la fin du XVIIIe siècle en maroquin rouge.

Précieux exemplaire à grandes marges (hauteur : 215 mm) conservé dans son beau vélin doré de l’époque, condition d’exception pour les poètes de La Pléiade.

OCLC ne répertorie aucun exemplaire avec le titre à la date de 1558, et liste 3 exemplaires datés de 1559, à la Harvard University, la Princeton University et la NY Academy of Medicine. Parmi les Institutions françaises, seule la B.n.F. possède un exemplaire avec le titre à la date de 1558.

Prix : 6 500 €

*****

Edition originale de la plus grande rareté de ce traité consacré aux cadrans solaires.

Séduisant exemplaire conservé dans sa reliure en vélin souple de l’époque. 

Blois, 1631.

Duduict titre Nos dernières acquisitions
Duduict pl2B Nos dernières acquisitions

DUDUICT, Jacques. Le nouveau Sciatere, pour fabriquer toutes sortes d’Horloges solaires sans Centre, avec une seule observation de soleil, & avec deux observations, trouver sur Mer la ligne Meridiene & la hauteur du Pole.
Blois, Gaucher Collas, 1631.

Petit in-8 de 4 pp., 46 pp., (1) f. de table des latitudes, pp. 47 à 69. 13 gravures dans le texte dont une sur le titre. Relié en plein vélin souple de l’époque, titre et date manuscrits à l’encre sur le plat supérieur, dos lisse. Reliure de l’époque.

161 x 100 mm.

Edition originale de la plus grande rareté de ce traité consacré aux cadrans solaires.
Houzeau et Lancaster, Bibliographie générale de l’astronomie, n°11441.

« A rare work » (Catalogue of the Library of M. Guglielmo Libri, I, n°2376).

Jacques Duduict ( ? – 1646) était un horloger protestant qui s’établit à Blois à partir de 1600. Il avait épousé le 19 décembre 1599 Elisabeth Dallibert. Son atelier était situé au Puy-du-Quartier et son frère Daniel était également horloger. Duduict était très savant et il écrivit en 1631 un petit traité intitulé « Le nouveau Sciatere, pour fabriquer toutes sortes d’Horloges solaires » traitant des nouvelles méthodes pour construire des cadrans solaires. Il semble être le seul horloger de sa génération à avoir renoncé à sa maitrise lorsqu’il prit sa retraite en 1645.

Duduict rel Nos dernières acquisitions
Duduict pl1B Nos dernières acquisitions

Le présent ouvrage donne des détails précis sur la manière de fabriquer des cadrans solaires, sur la manière de les utiliser, et il fournit également des tables permettant de trouver la déclinaison du soleil.

Le terme « sciatere » employé par Duduict pour désigner les cadrans solaires vient des mots grecs « skia » (qui signifie « ombre ») et « theran » (qui signifie « poursuivre »).

Le présent traité est illustré en premier tirage de 13 figures explicatives finement gravées sur cuivre probablement par l’auteur, qui a signé celle du titre.

Précieux exemplaire de ce rare traité scientifique conservé dans sa première reliure en vélin souple de l’époque.

Localisation des exemplaires en France : Avignon, Orléans, Clermont-Ferrand et Bourg-en-Bresse.

Provenance : ex libris manuscrit A. L. Emanueli sur la garde.

Prix : 8 500 €


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Librairiecamillesourget 372 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines