Magazine Humeur

Mais qui regarde Cyril Hanouna ?

Publié le 22 janvier 2015 par Amaury Watremez @AmauryWat

Desproges l'écrivait pourtant déjà dans une de ces chroniques de « les étrangers sont nuls » (en vente dans toutes les bonnes librairies aux éditions du Seuil) :

TOUCHE-PAS-A-MON-POSTE-D821.jpg
Si l'on n'aime pas une émission de télévision, il suffit tout simplement d'éteindre son poste et de prendre un livre. S'amuser avec ses enfants en attendant la Troisième Guerre Mondiale ou bien encore sortir prendre l'air tant qu'il est encore un peu respirable à la surface de cette bonne vieille Terre.

Il raillait entre autres les courriers furieux à son encontre des téléspectateurs dans les journaux après les premières « Minutes de Monsieur Cyclopède ».

Hier j'ai fait un petit test, j'ai laissé sur « fècebouc » un lien vers un article de ce blog d'élite sur Alain-Fournier et un autre vers un article sur les « Gérards de la Télévision », cérémonie satirique célébrant les pires spectacles télévisuels, ayant « récompensé » Cyril Hanouna, animateur de « Touche pas à mon poste » sur Direct8 (filiale de « Canal Pelu »). Une de ses chroniqueuses eut également droit à un « trophée », la « délicieuse » Énora Malagré, visiblement harengère de profession dans une autre vie. J'ai déjà tracé d'elle un portrait taquin (à ce lien aussi). Dans l'article concernant le présentateur du show de « D8 » celui-ci se plaignait du traitement lui étant réservé, défendant sa blonde et vulgaire acolyte montrant du même coup son absence totale et d'humour et de sens de la dérision.

Étonnant, non ?..

En lisant les commentaires sous l'entrefilet pourtant anecdotique au possible, je constatais une chose étonnante. Personne ne semblait regarder l'émission critiquée pourtant avec des mots très forts et marqués. Et personne ne semblait apprécier Cyril Hanouna croisement évident de Michel Drucker et d'un lapin crétin sous héroïne. Je me posais alors cette question : vu les chiffres d'audience extrêmement élevés de son émission, qui le regarde donc ?

Pour tenter de comprendre, ne voulant pas remettre en cause la bonne foi des internautes, ils regardent tous « Arte » en témoignent les sondages sur leurs habitudes télévisuelles, je me suis infligé, volontairement en plus, quatre minutes montre en main de « Touche pas à mon pote ». Pas plus, une vision prolongée aurait provoqué à n'en pas douter l'écoulement de mon cerveau par les oreilles.

Ce spectacle tire son succès de la pseudo-connivence prétendument instaurée avec le téléspectateur. L'animateur et ses « chroniqueurs » critiquent positivement ou défavorablement les nouvelles émissions de télévision ainsi que certains-es le font sur les réseaux sociaux ou chez le coiffeur pendant la mise en plis, chacun dans son « emploi » comme au théâtre :

L'« intello » cauteleux, Thierry Moreau, sans cesse moqué par les autres, la « jeune femme moderne », la très « fleur bleue » Énora Malagré, le « beau gosse » cultivé, Christophe Carrière, le « politique romantique », « parce qu'il le vaut bien » (cf sa mèche judicieusement coiffée), Gilles Verdez, la « vieille fille sympa », Isabelle Morini-Bosc, la « bonne copine », etc...

Le spectateur décervelé, bénévole quant à lui, se croit alors avec des amis dans son salon pouvant même avoir l'illusion d'interagir avec eux par le biais d'internet. Afin d'entretenir cette connivence frelatée et inexistante, il rit servilement aux saillies des personnages à l'écran, aux moqueries de l'animateur. Il prend fait et cause pour l'un ou pour l'autre lors des « clashs », échanges violents, surjoués pour faire monter la sauce. Cela fait du « buzz » sur le web et des subsides sonnantes et trébuchantes des annonceurs publicitaires.

Et puis « rien ne se perd » disait Lavoisier, donc de temps à autre, à la faveur d'une « critique » d'émission l'équipe fait passer un message politique ou idéologique bien dans la norme presque en douce, égratignant des auteurs pourtant populaires tel Lorant Deutsch. Je dis bien « Presque » car leur manière de procéder est toujours chaussée de gros sabots voire de semelles orthopédiques.

J'ai donc tenu les quatre minutes évoquées en début de billet et puis j'ai éteint ma télévision et me suis plongé dans un livre, en respirant le parfum des pages avec délices -les livres en ont tous un- et soulagement, loin des abîmes de médiocrité entrevues pendant ces 240 secondes...

Liens : Boulevard Voltaire, pour mon article sur Énora Malagré

Direct 8 pour les liens concernant « Touche pas à mon poste » et l'illustration sur "buzzmédias"

Libération pour le sondage télévisuel

Le Monde pour l'article sur « les Gérards de la télévision »

Dailymotion pour le « clash » entre Lorant Deutsch et Gilles Verdez


Retour à La Une de Logo Paperblog