Magazine Humeur

Confusions messianiques

Publié le 03 février 2015 par Amaury Watremez @AmauryWat

politique, société, israèl, palestine, mauvaise nouvelle, amaury watremezCet article répond à celui de Gédéon Pastoureau dans « Mauvaise Nouvelle » à ce lien, site auquel je participe également pour quelques « anti-critiques » littéraires grâce à l'indulgence de Maximilien Friche son créateur. J'ai ce texte dimanche soir, il m'a irrité énormément, je me suis néanmoins donné deux jours pour y répondre plus posément. L'auteur du texte incriminé a une vision très étriquée d’Israël, il semble méconnaître la diversité de ses communautés :

Les douze tribus traditionnelles plus la tribu « éthiopienne » perdue,

les quatorze communautés juives israéliennes, ceux qui célèbrent en yiddish, ceux qui refusent de parler hébreu, les russophones, les laïcs, ceux rejetant les rites casher, les plus libéraux élisant des femmes rabbins, ceux refusant de se mêler aux autres, etc...

Il ignore visiblement les actes généreux envers les palestiniens par des juifs émigrés là-bas soucieux de justice :

La grève des dockers de Haïfa en 1926 en solidarité de leurs collègues arabes, les premiers « kibbutzim » partageant techniques et fruit de leur labeur avec les villages alentours en Galilée, toujours dans le respect des habitants originels.

Un chrétien, s'il lit l’Évangile régulièrement, s'il l'écoute à la messe chaque dimanche, se fait sa propre image de la Terre Sainte, une image rêvée, idéalisée, embellie, c'est tout à fait normal et humain. Il a l'impression avant d'y arriver de tout connaître déjà de cette région du monde. Et il lui semble quand il l'évoque tout en comprendre sans y avoir mis jamais les pieds. Et même si d'aventure il y met les pieds ne fût-ce que deux jours, ce qu'il voit ou ce qu'il croit voir le confirmera dans ses certitudes.

Il oublie le plus souvent l'histoire turbulente des peuples y ayant vécu depuis l'entrée d'Abraham en cette Terre Promise. Il oublie aussi l'empreinte profonde en résultant :

Il est alors pris entre deux solutions :

Accepter la réalité concrète,

Aller à la rencontre de tous les peuples de Palestine et d'Israël,

OU

Nier le Réel, et essayer de faire absolument coller son point de vue même erroné, voire ses fantasmes, sur la réalité pourtant tangible sous ses yeux. Pour la plupart d'entre eux, les lieux saints deviennent un parc d'attractions biblique, un « parc à thèmes » religieux. Ils nient alors la réalité humaine autour, se voilant la face, refusant de la prendre en considération.

Selon eux l'état d'Israël fondé en 1948 sur les bases du « Foyer National Juif » de 1916 est la reconstruction tardive du Royaume hébreu de l'Ancien Testament. Le fondateur du sionisme, Theodor Herzl, s'en retournerait dans sa tombe. Le sionisme est d'abord et avant tout un nationalisme, la dernière émanation du « Printemps des peuples » de 1848. Le judaïsme a essentiellement ici un rôle de prétexte car c'est un mouvement essentiellement laïc.

Pour les juifs les plus religieux, la recréation israélienne par les hommes en 1948 est un blasphème. C'est pour eux le rôle du Messie dont ils sont encore dans l'attente.

jerusalem-trois-lieux-cultes-a-visiter-400-17419.jpg
Et bien entendu, sur cette réinvention d'Israël j'aurais pu citer Shlomo Sand ou encore Zev Sternhell, deux historiens israéliens de confession juive ayant largement écrit sur le dévoiement du sionisme.

Lors de mon séjour à Jérusalem je croisais déjà nombre de chrétiens tels Gédéon persuadés du rôle messianique de l'état d’Israël et de l'absolue nécessité de soutenir ce pays coûte que coûte, ceci devant hâter selon eux le retour du Christ sur terre pour les derniers jours. Personnellement, je suis toujours extrêmement dubitatif face à ces croyants tellement impatients de voir la Fin du Monde, surtout car étant persuadés de faire partie des « Justes » sauvés lors de l'Apocalypse. Cette croyance est née dans les milieux pentecôtistes, presbytériens, évangéliques américains, les plus riches parmi eux finançant les colons juifs dans les Territoires Palestiniens. Elle a essaimé dans les groupes charismatiques à compter des années 70.

Ainsi la « Communauté des Béatitudes » sise à Bethléem...

Loin de moi l'idée de critiquer l'aide apportée par cette communauté chrétienne en France à des jeunes en quête de Dieu, MAIS à Bethléem, de par leur certitude du rôle messianique du peuple israélien, ses adeptes finissaient par cautionner les pires iniquités car commises au nom d'« Eretz Israel ».

Ils allaient par exemple prier à la pseudo « Tombe de Rachel » sans se poser plus de questions alors que l'authenticité de ce lieu est fortement sujette à caution. Ils fermaient les yeux pudiquement sur la « création » de nouveaux « quartiers » à Jérusalem après expulsion des précédents habitants palestiniens musulmans et,ou chrétiens.

Ainsi la communauté des Sœurs de Sion à Jérusalem non loin de « la Porte des lions » ou « Porte Saint Étienne »...

Ces religieuses au demeurant sympathiques comme personnes refusaient catégoriquement d'entendre parler de Palestine et des palestiniens. Accueillant de nombreux groupes de pèlerins, elles avaient une audience importante et donc une capacité à influencer durablement les points de vue. Elles avaient pourtant à leur porte les conséquences les plus criantes de la politique de colonisation israélienne : des familles à la rue,

ou s'entassant sur trois générations dans vingt mètres carrés,

des brimades quotidiennes vécues par tous les salariés allant travailler côté occidental,

des humiliations imposées aux habitant palestiniens du quartier tel ce vieil homme de 78 ans, figure connue et aimée du quartier, pacifique, mis en joue par un soldat israélien car ayant « grillé » un feu rouge. Il fut ensuite forcé de se mettre à genoux les deux mains sur la tête...

de cette vielle femme transportant un ballot d'herbes aromatiques obligée de se coucher à terre par un autre de ces matamores courageux mais pas téméraires à l'entrée du « Mur des Lamentations » sous mes yeux. Elle voulait juste prendre un passage plus rapide étant déjà âgée...

ETC...

ETC...

Et je pourrais aussi raconter ces cultures vivrières, raisin, tomates, oliviers nourrissant de nombreuses familles rasées du jour au lendemain à côté de la colonie de « Newe Daniel », proche de la « tombe de Rachel », dans le but de construire une route privée pour les seuls colons ceux-ci ne voulant pas emprunter les mêmes voies que les palestiniens.

A ces chrétiens soutiens d'un Israël messianique, j'aimerais mettre leur nez fin juste au-dessus du trou des seules et uniques toilettes prévues pour les 3000 palestiniens passant chaque jour par le passage d'Erez pour sortir de Gaza et y rentrer selon le bon vouloir des gardes aux douanes.

Ce n'est pas seulement par amour de cet état que Gédéon Pastoureau soutient ces idées, il va encore plus loin. Pour lui « l'élection » des anciens hébreux devraient rappeler aux français l'élection de la France au rang de Fille aînée de l’Église. Il rajoute à cela une énormité en parlant de la « judéité » de Jeanne d'Arc.

Et l'oubli principal et le plus grave de cet auteur est celui de l'Incarnation du Christ justement dans notre humanité. Ce n'est pas pour rien, cela a une signification bien loin de tous les fatras intellectualisant en arrivant à justifier l'injustifiable pour prouver une thèse fumeuse. C'est d'ailleurs le plus beau en Terre Sainte pour un croyant, ces êtres humains, en particulier ces chrétiens des origines, nos prédécesseurs à la suite du Christ rejeté par les pharisiens et leurs cohortes de fidèles.

Ce genre d'auteurs de grands discours et belles phrases me rappelle aussi de cet évêque auxiliaire parisien se lançant dans un panégyrique délirant du messianisme d’Israël dans la basilique Sainte Anne n'ayant pas UN mot pour les paroissiens grecs catholiques présents ce jour là après avoir bravé les check-points à la sortie de Ramallah...

Le Christ vrai Dieu et vrai Homme, que dirait-il de ce manque absolu d'empathie et d'humanité ?

Amaury Watremez

Source des liens :

Comme sources principales de l'article j'ai choisi à dessein Wikipédia, ceci afin de démontrer la facilité de contradiction de la thèse d'un Israël « messie collectif ».

Mauvaise Nouvelle

Wikipédia.fr

Site de la Paix Maintenant

Géopolis

Site des Sœurs de Sion

Illustrations prises ici

Ci-dessous présentation de mon « Journal de Jérusalem


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines