Magazine Voyages

Tiruvannamalai, le prix du regard

Publié le 08 février 2015 par Bijoliane2
Tiruvannamalai est une petite ville du Tamil Nadu dans le sud-est de l'Inde et est connu pour l'ashram de Ramana Maharshi, grand sage indien. En 1896, à l’âge de seize ans, il défia la Mort au moyen d’une investigation pénétrante sur l’origine de son être. Connu plus tard sous le nom de Bhagavan Shri Ramana Maharshi, il ouvrit une voie directe à la quête du Soi et révéla à l’humanité l’immense puissance de la Colline sacrée d’Arunachala, le cœur spirituel du monde, qui est Shiva lui-même. Etudiez Ses enseignements, allez à la découverte de Son Ashram, et profitez des enregistrements audio et vidéo qui se trouvent ici.

Tiruvannamalai, le prix du regard

A l'ashram de Ramana, un paon sur le rebord de la grande salle du samadhi
et dans le fond la montagne sacrée d'Arunachala

Donc pour tout vous avouer, c'est un lieu absolument magique, beaucoup de monde s'y trouve actuellement, de nombreux occidentaux bien sûr mais de très nombreux Indiens également. Je n'avais encore jamais vu autant de monde... Mais nous étions un dimanche ce qui s'explique aussi.
Il y a beaucoup de sainteté dans cette petite ville de 145 mille habitants, bien des personnes qui donnent des "darshans" (terme de l'hindouisme qui signifie « vision du divin », « être en présence de la divinité » ou encore « vision de l'idole dans le sanctuaire d'un temple »), il y a des affiches collées un peu partout pour annoncer des stages, la venue d'Untel ou d'Unetelle pour vous faire accéder au divin, un peu le supermarché villageois de la prise de conscience du Soi...

Tiruvannamalai, le prix du regard

la maison de Sri Siva Shakti Ammaiyar

Après le petit déjeuner nous allons tranquillement à un darshan très fréquenté, celui de Sri Siva Shakti Ammaiyar, dit Amma la silencieuse.(photo de son site)
Tiruvannamalai, le prix du regard
Pendant une vingtaine de minutes, elle regarde ceux qui sont venus la voir et sentir son énergie (puissante). Elle ne fait que ça, elle arrive, regarde chacun puis s'en va.
En arrivant, une des personnes qui fait partie de son entourage, nous dit, voyant un groupe d'occidentaux, si vous voulez, vous pouvez avoir un darshan privé après. Quelle aubaine ! bien sûr que nous voulons en profiter. Donc à la fin du darshan public, nous montons à l'étage et le monsieur s'approche de nous avec un gros cahier ouvert et nous dit : c'est 4 000 roupies par personne. Ah ? on ne savait pas que c'était payant (à vrai dire on s'en doutait un peu mais quand même pas ce prix là, plus de 60 euros par personne pour voir la dame quelques minutes de plus, ça fait un peu cher la minute, quand même... et je dis à ce cher monsieur que je n'ai pas envie de mélanger l'Amour et l'argent. Là il descend à 3 000 roupies mais non, choqués nous redescendons les escaliers, tout en comprenant bien que l'ashram doit vivre, mais quand même. Nous pensons que Amma ne doit même pas être au courant de ce type de spéculation sur le prix de son regard...
L'après-midi nous montons aux grottes où Ramana a médité des années durant, la première, Skandasramam est un joli ermitage ombragé et situé sur la colline surplombant le Grand Temple où Bhagavan vivait de 1916 à 1922.

Tiruvannamalai, le prix du regard

L'arrivée à la seconde grotte de Virupaksha

La seconde grotte se trouve en-dessous de la première et on y accède par un beau chemin de descente avec de larges pierres. Cette grotte de Virupaksha a la forme d’un  OM et contient le samadhi du Sage Virupaksha. Bhagavan. Shri Ramana vivait ici de 1899 à 1916.  Les deux grottes sont des sites historiques préservés et maintenus par Shri Ramanasramama, qui le fait au bénéfice des visiteurs.
Les grottes fermant à 16 h 30 nous continuons le chemin de descente pour visiter le grand temple d'Arunachaleswar, construit entre le IXe et le XVe siècle.

Tiruvannamalai, le prix du regard

L'entrée du grand temple de Tiruvannamalai

Notre guide est un passionné de ce temple et nous fait passer d'une enceinte à l'autre, nous expliquant l'origine des bâtiments, ici l'un comportant 1008 colonnes et destiné à l'apprentissage de la danse classique et de la musique pour les filles pauvres qui n'étaient pas mariées à 24 ans (âge complètement rédhibitoire dans l'Inde d'avant pour continuer de penser qu'on pouvait se trouver un mari). Un autre, plus loin, avec 108 colonnes était réservé pour les filles de familles riches. Il arrivait aussi que certaines ne soient pas mariées à 24 ans mais étaient bien moins nombreuses si on se réfère au nombre de colonnes !
Ces jeunes femmes devenaient des danseuses dédiées à Shiva, au temple (et bien souvent aux brahmanes du temple).

Tiruvannamalai, le prix du regard

Le grand temple vu du chemin en montant à la première grotte

Nous admirons dans un petit temple dédié au yoga, les 44 positions de danse du dieu Shiva-Nataraja sous forme de peintures, nous évitons la gigantesque queue des fidèles qui attendent pour voir le Shiva Lingam dans le Saint des Saints au moment de la puja du soir, cérémonie d'offrande qui rend hommage à la divinité, ici Shiva. Le Lingam a une signification exotérique et une autre ésotérique. L'ignorant vénère Shiva comme une image, une marque, ce qui est l’un des sens du mot Lingam, mais le Sage scrute l'Invisible qui est Shiva Lui-même.Notre guide voudrait bien nous donner tous les tuyaux pour faire baisser notre mental et nous faire concevoir que nous ne sommes que Lumière... Il insiste beaucoup sur le fait de : comment savoir utiliser ce temple de la bonne façon et c'est passionnant.

Tiruvannamalai, le prix du regard

ce qui est aussi passionnant c'est de regarder les ouvriers sur l'échafaudage
d'une des tours en réparation (payée par les Allemands car le dernier grand
sage de Tiruvannamalai était un Allemand...)

A 19 h il fait grand nuit, nous récupérons nos chaussures à la sortie en se promettant d'y revenir demain après-midi, mais demain est un autre jour !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bijoliane2 3 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine