Magazine Côté Femmes

Mode, art, ciné, culture : mes trouvailles de la semaine #60

Publié le 01 mars 2015 par Marine Escurier @marineescurier
339ce8139d3499afeadad3fc092db343[1]

Mode, art, ciné, culture : mes trouvailles de la semaine #60

Mode, art, ciné, culture : mes trouvailles de la semaine #60

J’ai découvert le travail d’Alexandra Bruel via le site Make my Lemonade. Set-designer de métier, c’est durant ses études en design graphique qu’Alexendra se découvre une passion pour la pâte à modeler. Travaillant tous ses set avec, elle a su se faire connaître pour sa maîtrise de ce matériau plutôt singulier, mais qui permet de faire des installations géniales.

Voici le nouveau clip du groupe Django Django, First Light, qui est aussi le premier single de leur nouvel album, Born Under Saturn, prévu pour le 4 mai. Toujours aussi psyché, le nouvel opus s’annonce tout aussi génial que le premier.

céramique

J’ai été impressionnée par la finesse et l’esthétisme des céramiques de Lenneke Wispelwey, une artiste néerlandaise. De couleurs pastel et de formes géométriques, ses vases et autres créations ajoutent une touche de design scandinave à n’importe quel intérieur.

feixen

C’est grâce à un ami, Dorian, que j’ai découvert le superbe portfolio du designer graphique Félix Pfaffli, Feixen. Avec son travail pointu à base d’affiches et autres créations graphiques, ce site est une vraie mine d’or pour ceux qui recherchent un peu de nouveauté et d’inspiration.

Twelve Years a Slave est un film de Steve McQueen, sorti en 2013.

Solomon Norhup est un homme noir libre, vivant dans l’état de New York, peu avant la guerre de sécession. Enivré par deux prétendus artistes, il se retrouve emprisonné et vendu en tant qu’esclave dans une plantation en Louisiane. Pendant douze ans, il connaîtra l’enfer silencieux des esclaves noirs d’Amérique.

Puissant, cru et intense, le film nous plonge sans ménagement dans l’Amérique esclavagiste du dix-neuvième siècle. Coups de fouet, insultes, viols et coups, tel était le quotidien d’un esclave de l’époque, réduit à un objet pour le simple fait d’être né noir. Un film poignant mais magnifique qui nous rappelle l’Histoire et nous ordonne de ne pas oublier que l’enfer d’un homme est toujours causé par d’autres.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marine Escurier 1841 partages Voir son blog