Magazine Côté Femmes

Retrouver son corps après les grossesses

Publié le 16 mars 2015 par Unechambreamoi

Retrouver son corps après les grossesses

Headstand et posture du Scorpion... en progrès!


J'ai eu mes deux premiers enfants à  26 et 29 ans. Naturellement, j'ai retrouvé ma silhouette d'avant bébé au bout d'un an environ: sans faire de régime ni d'efforts particuliers... mais en mangeant correctement et en bougeant. J'ai été très sportive entre 5 et 20 ans (beaucoup de danse)... J'ai donc fait confiance à mon corps (qui a une bonne mémoire) et à mes sensations sans me faire violence, et ça a fonctionné.
 Après une année de kiné, et de gros problèmes de dos (j'ai porté un corset à l'adolescence) accentués par les grossesses, j'ai enfin réalisé, si je voulais que mon corps m'accompagne encore quelques années, qu'il fallait que je me remette sérieusement au sport.
Je me suis mise au yoga, après avoir eu un coup de cœur en suivant une amie à un cours.
Tout de suite, ça a été une révélation, je suis devenue fan.
J'ai continué à faire du yoga "normal" (pas "prénatal" mais vraiment sportif) pendant les 6 premiers mois de ma troisième grossesse, en adaptant certaines postures. J'ai du arrêter quand j'ai senti que ma circulation ralentie par la grossesse provoquait des vertiges. Ça m'a énormément manqué (frustrée) pendant la fin de ma grossesse...
Je m'y suis remise quand mon bébé a eu 5 mois, quand j'ai eu l'impression de ressentir à nouveau, à peu près correctement, les sensations de mon corps, une fois que cette impression de "convalescence" et cet état de faiblesse généralisée (la grossesse et l'accouchement sont de vrais traumatismes!) ont disparu (et après la rééducation du périnée faite, bien entendu).
Mon corps et mon esprit tout entiers réclamaient le yoga... la reprise fut un pur bonheur. C'est une discipline idéale dans beaucoup de situations, notamment pour retrouver son corps de femme après bébé.
Quand mon bébé, en novembre dernier, a eu un an, j'ai constaté que, même si mon corps s'était remusclé, raffermi, tonifié et que j'en ressentais tous les jours les bienfaits, la nature, sur laquelle je m'étais un peu trop reposée, avait moins bien travaillé que les fois précédentes puisque j'avais encore 3 ou 4 kg de trop.
 Pendant un an, avec la fatigue de la vie de famille avec trois jeunes enfants, malgré ma motivation à reprendre une activité sportive, j'avais eu tendance, c'est vrai, pour compenser des gros coups de mou ou me redonner un peu de cœur à l'ouvrage, à me réconforter un peu avec de la nourriture doudou... J'ai un peu trop farfouillé dans le placard à gouter des nains, et grignoté des petites douceurs.
J'en étais consciente, mais je ne me sentais encore pas tout à fait prête à passer à l'étape "mincir". D'autant que je n'ai jamais eu de réels problèmes de poids mais plutôt quelques kilos en trop post-grossesse... je ne m'alarmais pas. Même si je sentais que je m'en approchais petit à petit, tant les effets positifs du yoga commençaient à se constater sur mon apparence.
Il y a un mois, ce petit déclic est venu. Cela faisait des semaines que j'y pensais, mais d'un coup, et je ne sais pas comment l'expliquer, je n'ai plus supporté ce petit gras superflu autour des bras, du ventre, des fesses et des cuisses. J'étais insatisfaite de me sentir gênée par mes petites poignées d'amour en sautant ou en dansant... J'ai bien réfléchi, et j'ai décidé de continuer sur ma lancée: après un mode de vie sain et simplifié grâce au yoga, il était temps maintenant de m'occuper de mon assiette.
Cela fait 2 ans et demi maintenant que je fais du yoga, et un bon mois que j'ai modifié ma manière de m'alimenter.
J'ai déjà minci (j'ai perdu une taille de jean), et je me sens en forme, vraiment bien dans mon corps.
J'ai pensé dresser une sorte de petite liste pour récapituler mes nouvelles habitudes, ma manière de voir les choses en terme de "remise en forme", mes astuces pour me sentir bien dans ma peau.
Je ne suis ni coach ni gourou ni diététicienne ni prosélyte, cette liste n'est en aucun cas une liste de conseils à l'américaine du type "les clés du succès" mais plutôt... une liste de constats de ce qui fonctionne pour moi, de réflexes de bon sens. (A la limite si vous y voyez des conseils, considérez qu'ils me sont d'abord adressés).
Peut-être que, si vous êtes dans la même démarche que moi et que vous recherchez un peu de motivation, ils pourront vous inspirer, vous faire réfléchir ou réagir... vous pouvez bien sûr me donner votre avis ou les compléter. En aucun cas il n'y a à voir de jugement ou de portée générale dans ces petites constatations toutes subjectives. Personne n'est obligé de ressentir le besoin de mincir, ni d'être en phase avec ma conception, propre à ma morphologie, ma philosophie et à mon histoire :-)
- Passer de la volonté à la motivation.
Non, tout n'est pas question de "volonté"... la volonté d'être mieux, on la ressent tous plus ou moins... cela n'empêche pas forcément d'arrêter les mauvaises habitudes...
La motivation, c'est cette espèce de "déclic" (comme quand on arrête de fumer par exemple) qui nous fait voir, tout à coup, la colonne "avantages" plus importante que celles des "inconvénients", dans les changements qu'on imagine pouvoir accomplir, mais qu'on repousse toujours à plus tard. Une fois que la motivation est là, c'est ce qui donne l'impulsion.
- Prendre conscience de son corps, de ses limites, mettre le doigt sur les éventuels "problèmes" à résoudre.
 Se regarder bien en face, analyser où sont ses lacunes en terme d'alimentation et d'activité physique: J'ai clairement identifié les moments de la journée où je grignotais trop, les aliments "réconfort" à faible valeur ajoutée.
-Décider de ne plus être dans l'automatisme mais dans la conscience. 
Vivre, manger, respirer, faire du sport... au lieu de le faire sans y penser, prendre conscience de chaque étape de ces gestes d'apparence routiniers, et du petit miracle de se sentir vivant chaque jour:
observer son ventre se gonfler et se plaquer contre son nombril pendant la respiration abdominale, préparer son repas en y réfléchissant, concevoir son assiette, savourer chaque bouchée, sentir la nourriture sous ses dents, le croquant, le juteux, le doux, l'amer, puis suivre son chermin dans l’œsophage, savoir ce qu'on a mangé et pourquoi... observer les moindres mouvements de son corps quand on marche, quand on se penche, quand on court...
- après bébé, reprendre petit à petit conscience de son corps:
Selon moi, cela ne passe pas que par des petits chouchoutages "passifs" tels que passage chez le coiffeur ou massage, qu'on nous vend de manière un peu "passage obligé" comme une poule aux oeufs d'or du marketing... ça fait certes du bien, mais les bienfaits sont très vite oubliés.
Rien ne me semble meilleur pour le moral que de passer à l'entretien "actif" de son corps: ce ne sont pas des mains expertes qui vont changer notre propre corps, mais bien nous-même, avec du travail.
En revanche, une fois qu'on a repris soi-même le contrôle de son corps, c'est là que les bienfaits des massages me paraissent les meilleurs.
- Trouver un sport
Pour moi le yoga est idéal, puisque j'y trouve cet équilibre passionnant entre exigence et bienveillance, corps et esprit, force et souplesse.
Mes amies qui se régalent dans un sport ont choisi le Pilates, le running, le trapèze volant ou la danse... notre point commun est l'exigeance qu'on y cherche, le sérieux qu'on y met, et ce que cela nous apporte en terme de sensations: on devient accro au plaisir ressenti grâce à l'effort.
Je pense être sur la même longueur d'ondes que Marie, des Mamans testent: je me retrouve pas mal dans ses récits sur sa nouvele passion pour la course à pieds, après avoir eu 4 bébés et accumulé quelques kilos. A vous de trouver ce qui vous convient...
Le sport est, pour moi, maintenant, un devoir: mon corps est une machine, que je me dois d'entretenir si je veux qu'il m'accompagne le mieux possible tout au long de ma vie (que j'espère longue).
Je n'ai pas vraiment le choix. Il fait maintenant partie de mon quotidien et m'apporte énormement, physiquement et mentalement.
Voici une vidéo passionnante d'entrainement de yoga (sous-titrée) qui résume en tous points pourquoi j'aime tant cette discipline:

cliquer sur l'image pour lancer la video

Cliquer sur l'image pour lancer la video


- S'engager et prendre son activité sportive au sérieux
A mon avis, il ne s'agit pas de faire un sport "quand on a le temps", à la légère... mais de réellement s'y tenir. Il me parait judicieux de bannir les phrases toutes faites telles que "je ne suis pas sportive", "je suis fatiguée" ou "je n'ai pas le temps"... qui sont surtout des excuses qui ne trompent que nous.
Le corps humain est conçu pour bouger, se déplacer... pas pour être sédentaire. C'est surtout une habitude à adopter. C'est certes épuisant de se mettre au sport après des années d'inactivité... on est tous dans ce cas. Mais ce n'est pas un argument pour ne pas s'y mettre.
- Se lancer des défis, des objectifs. Rechercher le dépassement de soi.

Personnellement je m'épanouis dans les sports individuels, solitaires, qui me permettent de passer du temps avec moi-même, en silence, et de méditer. Mais comme j'ai une nature un peu feignasse, je ne me sens pas capable de pratiquer seule. j'ai besoin d'être encadrée, d'avoir un prof, d'être entourée, pour ressentir l'émulation du groupe. Ensuite seulement je peux rentrer chez moi et, équipée de ces nouveaux enseignements, pratiquer toute seule.
Les choses intéressantes, l'apprentissage, dans le yoga comme dans tout autre sport, commencent quand on sort de sa zone de confort, quand on a le réflexe de se dire "ah je n'y arrive pas, je pense que je suis au max": il me parait nécessaire de ne pas rester dans ce qu'on sait faire, de ne pas faire du sport "pour la balade", mais d'être un peu aventurier. Repousser ses limites. Je ressens le besoin de ne pas me contenter d'un entrainement routinier, sans surprises, mais j'aime l'idée de changer de prof, de méthodes, d'environnement... pour me faire surprendre et remettre en question ce que je croyais savoir (il y a moult yoga différents, autant que de profs...)
La satisfaction de s'être dépassé et d'avoir atteint des objectifs qu'on ne pensait pas à notre portée fait progresser... et prendre du plaisir.
- Être toujours dans la notion de plaisir 
C'est le plaisir qui me fait faire du yoga, comme toutes les autres sports que j'aime. L'impression de s'amuser, se passionner, apprendre, plus que "faire du sport". Le plaisir des sensations, le plaisir de sentir mon corps travailler, le plaisir des courbatures le lendemain au réveil qui me font me sentir vivante, énergique, souple comme un chat plutôt que vieille et rouillée, et celui de constater mon corps se muscler. Impossible de le faire en ressentant de la frustration! inutile de se lancer sur un coup de tête dans une séance de 300 abdos ultra-violents pour laisser tomber aussitôt dès le lendemain, dégoutée par l'effort.
Idem pour la nourriture: ne pas se lancer dans un régime frustrant, à court-terme et punitif, mais réadapter tranquillement son alimentation en suivant cette nouvelle habitude... toute la vie.
Manger ce qu'on aime, apprendre à aimer ce qu'on mange.
- Acheter beaucoup de légumes 
Toutes les semaines je fais le plein de légumes de saison au marché (févettes, pois, haricots, céleri branche, roquette, pousses d'épinards, chou romanesco, courgettes-fleurs)... presque un peu trop, même. Je me creuse la tête pendant la semaine pour faire des soupes, tartes aux poireaux, gratins de brocolis et autres salades créatives, avant qu'ils ne s'abîment.
- Ne pas monter sur la balance, ni compter les calories.
Je sais à peu près quel est mon poids, mais ça ne m'intéresse pas. Je ne cherche pas à perdre tant de kilos, mais à affiner ma silhouette. J'ai un jean étalon qui me dit si j'ai minci ou pas, mais pour moi savoir exactement combien je pèse n'est pas une information intéressante (comme savoir quel est mon signe astrologique chinois, ou mon âge "chien"). Ça ne m'apporte rien et ça a même tendance à être déprimant, voire angoissant.
Idem pour les calories... c'est comme d'avoir une montre connectée qui nous dit notre rythme cardiaque, notre énergie dépensée et le nombre de foulées réalisées. Il n'y a rien de pire pour devenir control-freak, il me semble plus efficace et sain de faire appel à son bon-sens et à l'auto-observation: Notre corps sait s'il a trop mangé, on peut alléger au repas suivant pour que l'équilibre alimentaire soit respecté sur la journée. Il faut se faire confiance, s'écouter plutôt que se fier à des technologies ou des calculs savants... c'est mon avis.
- éliminer la nourriture non nécessaire 
j'ai supprimé la nourriture-confort; c'est "juste" une habitude à prendre. J'ai supprimé le fromage, le petit chocolat (voire le demi-paquet de Petits Écoliers!) qui accompagnait mon café, les gouters et produits industriels. Je ne mange quasiment pas de produits laitiers, surtout parce que ça ne m'attire pas vraiment.
J'ai bien diminué les doses de féculents (pain, pâtes, pomme de terre... ils sont maintenant des accompagnements aux légumes, plutôt que l'inverse). J'ai diminué les parts de tarte salée, quiche, pizza... je pouvais manger une demi-pizza avant, j'en mange 1/8ème maintenant.
Je mange peu de fruits, assez de protéines et beaucoup de légumes. Il ne s'agit pas de s'affamer, mais pas non-plus de se sentir "plein" une fois le repas terminé. J'ai trouvé l'entre-deux.
Cela ne signifie pas que j'aie supprimé tout plaisir... je ressens du plaisir dans cette alimentation à chaque repas, je suis fan de légumes et de salé. Et je peux me faire plaisir avec des plats riches ou sucrés... mais ils restent exceptionnels, ne font pas partie du quotidien - alors qu'avant j'avais tendance à me lâcher un peu plus souvent- (en revanche je tiens à mon petit apéro quotidien!)
- allier nourriture et activité sportive.
C'est un cercle vertueux: après un bon entrainement de yoga, mon corps réclame de la nourriture saine. Après avoir mangé sainement, mon corps réclame de se remuer.
 - considérer son corps comme un ami:
Faire du sport, pas parce qu'on déteste son corps, mais parce qu'on l'aime!
La vie est ainsi faite, on n'a pas eu le choix, notre corps est celui qu'il est. Inutile de se morfondre ou de le punir... en revanche on peut le faire travailler, l'améliorer, le muscler, le raffermir, l'entrainer vers la bonne direction.
Lorsque je fais une séance de yoga, c'est un moment privilégié que je m'offre, un cadeau que je me fais. En aucun cas une punition que je m'inflige. Je ne peux pas fonctionner à la frustration... ça n'a aucun sens (d'où l'intérêt de trouver une bonne activité, qui nous plaise!)
Après trois grossesses, et même s'il ne m'a jamais causé de souci plus jeune, je me sens bien dans mon corps, je l'aime! (malgré ses défauts)
- L'apparence et l'esthétique sont une conséquence, pas un but
J'ai eu besoin de m'affiner et de réajuster mon alimentation, pas pour convenir à des canons de beauté, pour rentrer dans une robe taille 36 en vue d'un mariage cet été ou pour perdre 3kg avant le maillot comme me le demandent les magazines féminins!
J'ai eu besoin de perdre ce gras superflu pour me sentir à nouveau en phase avec moi, retrouver mon poids de forme, être à l'aise dans mes mouvements, pouvoir bouger, courir avec les enfants, sans me sentir encombrée par des kilos en trop, ni engoncée dans mon jean.
Ce sont les sensations de mon corps que je recherche par le sport... et la conséquence est que l'apparence physique s'améliore automatiquement, tout doucement. (et donc le moral avec)
Ce n'est pas un travail sur l'esthétique que j'ai entrepris, mais un travail de fond, en profondeur, d'entretien de mon corps comme d'une machine.

- partager et prendre du plaisir, favoriser la convivialité.
C'est difficile de changer son mode de vie seul! Le mieux est de trouver un complice, un allié... si le couple s'y met en même temps, c'est encore mieux.
Pour la nourriture, c'est la même chose. On vit en couple/en famille... le mieux est que le menu soit le même pour tous! (mon cher et tendre peut tout de même manger une tablette de chocolat à côté de moi... je reste stoïque)
Jean-Chou fait du trail, je l'encourage, et il me demande de lui faire faire du yoga en guise de préparation physique. On va se balader ensemble en montagne, et on déroule nos tapis ensemble au sommet. On parle yoga et trail ensemble. Nos passions sportives sont un vrai sujet de conversation, un nouveau projet à deux, et ajoutent à notre complicité.
Ce qui, selon les dernières études, fait plutôt bon ménage... (il n'y a qu'à taper yoga+trail sur Google pour le voir ;-)

Retrouver son corps après les grossesses

Lu dans "Nature trail" de ce mois-ci


Voilà.
Quelques petites pensées que j'ai eu envie de partager avec vous. Pas pour vous conseiller, simplement parce qu'il me paraissait intéressant d'en faire un billet.
Plus je consacre du temps et de l'amour à mon corps, plus j'en prends soin, et mieux je vais... Mens sana in corpore sano!
Le corps, le corps des femmes, le rapport au corps, la mécanique du corps, m'intéressent... et je serai curieuse d'avoir vos témoignages, vos ressentis, vos questionnements, sur ce sujet!
~~~~
"Je mange trop, sans doute pour compenser, pour me rassurer. J'ai l'estomac rempli de regrets. Le soir je m'affale devant la télévision, épuisé, avec la ferme intention de ne plus me nourrir. On mange trop dans ce pays. Trop gras, trop riche, trop. On ferait bien de n'avaler que le strict nécessaire. On s'en porterait mieux. Je suis sûr que mon corps n'a pas besoin du dixième de ce que j'ingère chaque jour. Quand je me regarde dans la glace, mon gras me dégoûte (...)
J'exhale un soupir de fatigue, je lève ma lourde carcasse et vais jeter l'emballage de la tablette de chocolat que je viens de terminer. Si je voulais, je pourrais me faire vomir, discrètement. Ça m'éviterait de grossir... J'aimerais tant avoir un corps musclé, noueux, sans graisse, et cette dégaine naturelle qu'ont les minces, sur qui tous les vêtements tombent avec intelligence. Pour me consoler de mes kilos en trop, je méprise les amoureux de leur corps, qui font de la musculation en s'admirant dans une glace. Leurs muscles sont la preuve flagrante d'un narcissisme bébête."

("Catholique anonyme", de Thierry Bizot)

http://feroce.co/yoga-plage/

Un corps et un esprit sain... magnifique video de méditation yoga (cliquer)


à lire, d'autres billets que j'avais écrits sur ce thème:
Ce corps
Ma Yogi family, et ce que le yoga m'a appris

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unechambreamoi 22397 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte