Magazine Conso

Camargue – Voyage en terre Bohème

Publié le 09 mai 2015 par A&w @GarconsFoulards

Il est des voyages que l’on attend de faire depuis longtemps, nourri au fil des mois, des années, d’images, de fantasmes colorées et chatoyants. Le sud de la France, terre infinie chargée d’ocres, de rouges et de terre de sienne en fait partie, et chaque nouveau séjour dans l’une de ses villes gorgée de soleil et d’azur est une découverte, une invitation au voyage - physique et spirituel. C’est au détour d’une escapade dans la très catalane ville de Montpellier, que nous avons eu la chance de faire notre première rencontre de la Camargue.

Camargue – Voyage en terre Bohème

© Les Garçons aux Foulards - OOTD - Camargue


Terre isolée, sauvage, presque reclus, entre étangs, rizières, salines et vignobles des Sables, tout n’y est que mystère. Des taureaux sauvages, aux mas et ses chevaux blancs, c’est tout un monde onirique qui s’offre à nous. Odeurs d’herbes folles, contrastes intense de vert et de bleu, cheveux au vent et multiples rangs de pierre pour des virées montées à dos de chevaux Camarguais jusqu’aux portes de l’immaculée Sainte Marie de la Mer. Village célébré pour ses multiples saintes depuis l’époque Médiévale, escale incontournable pour tous les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle, il est aujourd’hui le rendez-vous d’une nouvelle Bohème, venue célébrer plusieurs fois l’an la Sainte Patronne des Gitans, Sainte Sara en sa crypte Romane.

Camargue – Voyage en terre Bohème

© Les Garçons aux Foulards - Sainte Marie de la Mer


Et quelle découverte, quelle sensation que de descendre de quelques marches dans la crypte obscure de l’église romane, scintillante de centaines de luminions allumés par les fidèles ou les touristes de passage et de flâner, nus pieds, dans les ruelles blanches de chaux aux portes colorées de vert pâle et de bleu profond avant de tomber nez-à-nez face aux sublimes taureaux de Camargue, traversant la ville de l’arène à leur manade, entourés des Gardians montés à cheval – merveilleux cliché tout droit sortit d’un film des années 50 qui m’a suivit tout au long de cette journée.

Camargue – Voyage en terre Bohème

© Les Garçons aux Foulards - Sainte Sara


Coté look, le cœur vibrant, nourri de cet imaginaire fantasmagorique, l’envie d’accumuler les bijoux, les bracelets, les couleurs et les tissus légers et confortables est venue d’elle même.

Camargue – Voyage en terre Bohème

© Les Garçons aux Foulards - OOTD - Camargue


Chinos Slim clair Zara, base masculine ultra facile servant d’élément sage pour mettre en valeur les autres pièces d’une tenue et apporter une note classique, associé ici à une tunique fluide en sergé de coton fin Sandro. Immense col tunisien que l’on ne souhaite que porter ouvert pour jouer sur les contrastes de la peau nue et des multiples rangs de pierres et chaînes fines en argent.

Camargue – Voyage en terre Bohème

© Les Garçons aux Foulards - Sandro


Monomaniaque ? Totalement Addict vous avez dit ? Sans doute oui !… Année après année, le nombre de bijoux portés, associés, ne cesse d’augmenter ; racontant chacun un souvenir, un voyage, un cadeau. Des multiples chaînes et pendentifs Corpus Christi que je collectionne amoureusement et qui ne quittent jamais mon cou, aux colliers en perles de rocailles indiennes et soie orange chinés à Lisbonne, à celui en onyx noir rapporté d’un séjour à Madrid, en passant par mes Labradorites et Pierres de Lune porte bonheur signés Taylor Wave et réalisés enInde, c’est finalement toujours autour des couleurs grises, argent et noires, juste soulignés de détails or que l’histoire se raconte ; mettant en avant ce jour là l’une de mes pièces préférées – mon collier messager Ehawee.


Camargue – Voyage en terre Bohème

© Les Garçons aux Foulards - OOTD - Camargue


Histoire d’une rencontre il y a quelques années de cela, de sa jeune et talentueuse créatrice Somya Aljamali, qui venait de lancer sa collection de bijoux porte bonheur, pour laquelle nous étions totalement tombé amoureux. Amulette en cuir cousue main, apposée sur un lien tressé ou une rangée de pierres semi-précieuses, elle protège un flacon enfermant en son sain un message de paix calligraphié, toujours différent, à porter contre sa peau, exactement sur le plexus solaire, comme un précieux talisman. 

Camargue – Voyage en terre Bohème

© Les Garçons aux Foulards - Collier Messager Ehawee

Depuis Ehaweea grandit, murit et a ouvert sa première boutique au cœur du vieux Montpellier, à l’ombre de Saint Roch, saint patron de la jolie ville ensoleillée, rue du Plan d’Agde, ou elle expose ses trouvailles venant des quatre coins du monde - bijoux en pierres semi-précieuses chinées en Asie, sublimes tapis Beni Ourain tissés à la main apportés des montagnes de l’Atlas, ou objets artisanaux réalisés par des tribus Indiennes d’Amérique, Somya décline son univers bohème, chic et coloré entre ses collections de bijoux et objets de décoration du monde. Impossible de résister, et c’est paré d’un collier Navajo en perle de rocaille turquoise et soie rouge Shashiporté en bracelet multi rang que je suis reparti.

Camargue – Voyage en terre Bohème

© Les Garçons aux Foulards / Shashi - Serge Thoraval - Gag&Lou - Dinh Van - Hod

Toujours une histoire d’or, de gris et d’argent, il est venu tenir compagnie à mes autres bijoux fétiches. Fil de soie tressé de perles d’argent déniché rue de Sévigné chez Gag&Lou,jonc en vermeil clouté trouvé lors d’une expédition shopping chez Hod, lien en argent Dinh Van m’emmenottant à une très jolie rencontre amicale, et délicat et poétique fil d’argent gravé de l’atelier parisien Serge Thoraval, nous invitant à un moment d’onirisme « S’asseoir et regarder le ciel » que nous ne prenons plus suffisamment le temps de faire.


Camargue – Voyage en terre Bohème

© Les Garçons aux Foulards - Sainte Marie de la Mer

Nus pieds dans la vieille ville et sur le sable presque noir de Sainte Marie de la Mer, c’est tout de même chaussé et plutôt coloré que de Montpellier le voyage a commencé. Il est pourtant bien rare que vous me voyez ici en basket et autre chaussure de sport, mais je dois avouer avoir totalement succombé (et oui, moi aussi) à la running version ultra pop Roshe Flyknit Nike. Blanc, vert d’eau et virgule jaune fluo, la couleur prends tout son sens sous le soleil Méditerranéen.

Camargue – Voyage en terre Bohème

© Les Garçons aux Foulards - Nike Roshe Flyknit


L’autre note couleur vient des lunettes de soleil polarisées. Totalement Addict depuis l’année dernière à cette idée ultra métallisée, j’alterne selon les looks entre verre rouge, jaune, bleu et argent. Monture façon corne et verre turquoise métallisé, c’est aujourd’hui le petit coup de cœur H&M de la saison.

Camargue – Voyage en terre Bohème

© Les Garçons aux Foulards - Solaires H&M


A.
*Maille en cachemire Printemps porté sur les épaules

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


A&w 3257 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines