Magazine Cinéma

Les Poupées du diable - The Devil-Doll, Tod Browning (1936)

Par Just1 @JustinKwedi
Les Poupées du diable - The Devil-Doll, Tod Browning (1936)Victime d'un complot ourdi par ses associés, le banquier Paul Lavond est envoyé au bagne. En prison, il fait la connaissance d'un chimiste génial qui a découvert un procédé permettant de rapetisser les animaux. Les deux hommes parviennent à s'enfuir. Maintenant libre, Lavond entreprend de se venger en appliquant l'invention du chimiste à ses anciens associés, qu'il souhaite réduire à l'état de Lilliputiens.
Avant-dernier film de Tod Browning, Les Poupées du diable constitue un nouveau classique du cinéma fantastique pour le réalisateur. Le film adapte le roman Burn Witch Burn de Abraham Merritt pour une histoire mêlant habilement fantastique et récit de vengeance. C'est précisément le surnaturel qui rend la vengeance réalisable avec le bagnard Paul Lavond (Lionel Barrymore) usant de l'invention du codétenu avec lequel il s'évade pour punir ses anciens associés responsable de sa déchéance. La faculté de Browning à déstabiliser avec des images défiant la logique fonctionne à plein ici, où après la simple étrangeté de la vision de chiens miniaturisés le vrai malaise s'instaure en appliquant le principe à une malheureuse servante. Sous son allure frêle la folie du savant (Henry B. Walthall) et de son épouse et assistante Malita (Rafaela Ottiano) interpelle, le peu de cas fait de leur cobaye rendant le prodige plus dérangeant que poétique.
Les Poupées du diable - The Devil-Doll, Tod Browning (1936)Tout le film tourne autour de ces sentiments contrastés, Paul Lavond s'avérant tour à tour touchant de détresse face aux conséquences de son long emprisonnement (sa mère vivant dans la misère, sa fille jouée par Maureen O'Sullivan qui lui tient une rancœur tenace) puis impitoyable dans l'exécution de sa vengeance. Une dualité qu'on retrouve aussi dans son travestissement en vieillarde avenante qui lui permet d'amadouer ses interlocuteurs et passer entre les mailles de la police. C'est surtout dans la contradiction entre l'allure innocente et angélique des poupées et les crimes sordides qu'elles sont téléguidées à faire que Tod Browning sert les visions les plus stupéfiantes.
Les Poupées du diable - The Devil-Doll, Tod Browning (1936)Browning fit concevoir des décors gigantesques au le directeur artistique Cedric Gibbons pour un saisissant jeu sur les échelles qui donne aussi à ces séquences une aura étrange, cauchemardesque et finalement dépourvues de tout émerveillement. Cet aspect se dévoile parcimonieusement (la scène où Malita fait danser les deux poupées) par la grâce de stupéfiants effets spéciaux (hormis les ombres les incrustations son vraiment parfaite pour l'époque), mais c'est la dimension menaçante et inquiétante qui domine notamment par un crime nocturne brutal.
Les Poupées du diable - The Devil-Doll, Tod Browning (1936)La résolution jouera également sur plusieurs gammes d'émotions, le chaos pour les vrais monstres guidés par la seule expérience, l'apaisement pour les plus innocents et une belle fin ouverte où l'on peut aisément imaginer un Paul Lavond apaisé se retirer définitivement.
Sorti en dvd zone 2 français chez Warner 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Just1 4635 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines