Magazine

Ironie du sort

Publié le 16 juin 2008 par Amaury Watremez @AmauryWat

Un commentaire d'une des notes m'a fait penser à cette ironie du sort. Il y a plusieurs années, quand j'étais au collège, il y avait un élève qui était maniéré, très efféminé, sans pour autant tomber dans le style "garçon coiffeur". Il n'y avait pas d'ambiguïté. Dans chaque classe il y a toujours un élève dans ce genre là, l'homosexuel de service toujours à cancaner et ragoter avec les filles. Nous l'aimions bien malgré tout, même si nous ne pouvions nous empêcher de temps une-etude-denonce-l-homophobie-au-travail.jpgen temps de lancer ce genre de blagues tellement marrantes "qui n'est pas méchante" mais qui blesse celui qui la subit toujours un petit peu. Quelques temps plus tard, alors que j'étais à la fac, j'ai subi un moment les mêmes "suspicions" à mon égard, ainsi que le même genre de plaisanteries fines. Je l'entend encore de temps en temps, un type qui n'est pas marié à presque quarante ans, qui n'aime pas certaines choses estampillées "viriles", c'est forcément qu'il est "normosessuel", comme dit Zazie.

J'ai compris à Jérusalem combien ce genre de jugement à l'emporte pièce est dangereux, car la première personne à me faire confiance, pour être professeur de français langue étrangère, le directeur du Centre Culturel Français de Jérusalem, était un homme qui en France n'aurait été que "la folle" archétypale, alors que là-bas, on ne voyait que le bien qu'il faisait autour de lui. Alors oui, bien sûr, il y a des revendications homosexuelles pénibles, comme le mariage, ce qui est contradictoire avec leurs aspirations, il y a la "Gay pride" qui est un non sens car la plupart des couples homosexuels veulent vivre tranquilles sans forcément taper l'affiche (les chars de "drag queens" sont des concentrés d'auto-caricature). Il y a aussi ces personnes, que l'on retrouve sur certains blogs, obsédées par ces revendications à telle point que l'on peut se poser des questions sur leurs orientations ou inclinations profondes parfois. Ce qui est intéressant est que l'on retrouve toujours quelques jeunes hommes "délicats" dans les milieux traditionalistes qui se retrouvent alors dans une posture schizophrène, ce n'est d'ailleurs pas facile pour eux car la foi leur demande la chasteté et la fidèlité à l'autre, je connais un couple de femmes qui a emprunté cette voie difficile. Je me rappelle aussi enfin de ce chargé de TD croisé à la fac, homosexuel notoire, sauf pour certains des ses étudiants avec qui il jouait au rugby, ils prenaient des douches ensemble ensuite, du genre à désigner rapidement comme "pédé" le premier type un peu sensible venu sans voir celui qui était tout près d'eux, sans s'en douter une seconde.

C'est cela aussi l'ironie du sort.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossiers Paperblog