Magazine

Assumer son ignorance

Publié le 17 juin 2008 par Amaury Watremez @AmauryWat

arbre_de_la_connaissance.jpgIgnares et fiers de l'être, ce pourrait être un très belle devise pour le monde actuel. Finalement, dans cette société de haute consommation, ce qui compte le plus pour les individus, quel que soit leur âge, leur milieu, leurs orientations, c'est de consommer et continuer à consommer sans trop se soucier du reste. La culture n'est plus qu'accessoire, la littérature se réduisant à des formules chocs ou des traits d'esprit de conversations mondaines, à des chicaneries sentimentalo-égocentriques qui sont, j'emprunte la formule à Manchette, des "larmes de puce".  Si le régime venait à changer, si nous entrions en dictature, s'il n'y avait plus de libertés, finalement les individus s'en ficheraient tant qu'ils pourraient continuer à boire, manger et se reproduire ou du moins exécuter le simulacre de la reproduction. L'ignorance est à la mode, on flatte les "vrais" gens, l'intellectuel ou seulement celui qui a un peu lu est ostracisé, rejeté ou considéré comme une bête curieuse. Tous les débats sur l'Éducation, où les larmes dans la voix, des éducateurs, de saints laïcs, nous annoncent que l'ouverture avance, qu'il y a même des élèves intelligents en banlieue difficile, sans s'apercevoir du côté ségrégatif de cette remarque, sont nuls et non avenus car la connaissance est retournée maintenant aux privilégiés. C'est la possession qui prime sur tout le reste. Tout cela me vient au moment du bac, car les réflexions graves et doctes que l'on entend sur le niveau des élèves font marrer, l'éducation et les professeurs n'ont jamais été méprisés par l'institution ou le bon peuple.

Comme on le voit, l'arbre de la connaissance mis en illustration a déjà beaucoup de fruits à terre, gâtés et pourris... 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog