Magazine Cyclisme

9e Ronde Estivale de Thaon-les-Vosges: VOIR LES VOSGES ET COURIR

Publié le 24 juin 2016 par Marathonien67
9e Ronde Estivale de Thaon-les-Vosges
VOIR LES VOSGES ET COURIR

Bon, par oω commencer ? Et ben par le dιbut pardi. Ce samedi 11 juin en fin d'aprθs-midi, c'est sous des trombes d'eau que s'est disputι la 9e ιdition de la Ronde Estivale de Thaon-les-Vosges. Avec au menu un semi-marathon en individuel ou en relais de trois coureurs. Le dιpart et l'arrivιe ιtaient jugιs sur la piste d'athlιtisme du stade Robert Sayer. J'ai participι ΰ l'ιpreuve avec le marathon dans le viseur. En me disant que ηa ferait une sortie de plus au compteur.
9e Ronde Estivale de Thaon-les-Vosges: VOIR LES VOSGES ET COURIR
C'est ce qui s'appelle voir la vie en Vosges ! 
Strasbourg city. Samedi 11 juin, en dιbut d'aprθs-midi. C'est parti pour une virιe dans les Vosges. Lΰ oω les noms des villages finissent en « court ». Vomιcourt, Villoncourt, Bayecourt , Girmont et enfin Thaon-les-Vosges. Le trajet se passe sans encombre et au bout de presque deux heures de route non stop sous la flotte, nous garons notre vιhicule devant la magnifique bβtisse blanche abritant le thιβtre et dιcouvrons le stade dans lequel l'arrivιe du semi-marathon sera jugιe. Sous un ciel gris et dans une ambiance morose, je passe retirer mon pass' pour l'effort. Petite anecdote assez marrante : je constate qu'on m'a attribuι le N° 007. Sans le vouloir, je me retrouve plongι dans l'univers du plus cιlθbre agent secret de la planθte, celui des costumes noirs, des cigares, des palaces et des casinos. Et pourtant, ici ΰ Thaon, on est bien loin de la faune glamour, chic et sexy de la saga James Bond. Ce n'est pas la gentille mamie chargιe de remettre les dossards qui dira le contraire. « Je m'appelle Monde, Raymonde ! », nous lance t-elle avec un accent prononcι. 

ΐ premiθre vue, l'organisation a l'air sympa, du genre conviviale. Seul bιmol, lorsque nous demandons oω se trouve la buvette, on nous rιpond qu'il n'y en a pas. Et ce n'est pas une blague belge. Pour le cafι, il faudra repasser. En attendant le dιpart, c'est dans les travιes du stade que Carole, sa maman et moi trouvons refuge. Dans les tribunes, il n'y a pas grand monde. Tandis que la pluie tombe sans discontinuer, le coureur vosgien Stιphane Jechoux, qui a participι plusieurs fois ΰ ce semi-marathon avec une victoire ΰ la clι, me dιcrit le parcours, pendant que la mascotte (Haloa), qui ne peut pas blairer mes adversaires, lui aboie dessus avec vιhιmence.  

Il fait un vrai temps de chien. Le ciel est sombre. L'orage n'est pas loin. Le vent s'agite et le thermomθtre flirte allθgrement avec les 15 degrιs. On se croirait en plein mois de mars et pourtant nous sommes ΰ quelques jours de l'ιtι. Vivement que ηa se termine cette histoire.


Une heure avant le dιpart, accompagnι de Carole, je descends sur la piste pour mettre le moteur en route. Nous tournons une vingtaine de minutes autour de l'anneau Thaonnais, ιpargnιs par les gouttes, comme par magie. Mais l'ambiance est toujours aussi morose. Clairement, ce n'est pas aujourd'hui que nous verrons la vie en Vosges. 
ΐ dix minutes du coup d'envoi, tout le monde se regroupe aux abords de la somptueuse Rotonde. C'est de lΰ que la course va partir. Une pluie soutenue tombe sur nos casquettes mais ce n'est rien comparι au dιluge qui va s'abattre sur nous tout ΰ l'heure. Abritι sous les branches d'un arbre, je patiente avec une partie des coureurs en attendant de mettre les voiles. 
ΐ 18h00 tapante, l'officiel chargι de donner le top, lθve le pistolet vers le ciel et presse la dιtente. Et lΰ, croyez le ou pas, le coup ne part pas. Deuxiθme chance, deuxiθme ιchec. Troisiθme tentative, troisiθme claquement dans le vide. L'homme au revolver, surpris, se gratte la tempe avec le canon de son arme. On croirait presque qu'il joue au jeu de la roulette russe. C'est comme s'il n'y avait qu'une balle dans le barillet et qu'on l'aurait fait tourner au prιalable. Plus sιrieusement, l'humiditι a surement dϋ enrayer l'attirail. Finalement, au bout de quatre ou cinq tentatives infructueuses, le coup de feu finit par partir et le peloton prend ses distances sous les minces applaudissements d'un public abritι sous une rangιe de parapluies. C'est parti pour une boucle sur route passant notamment par Girmont, Chatel et Igney. Le parcours est rιputι roulant. Il longe en grande partie le canal des Vosges. 
Alors que les premiθres foulιes nous entraξnent en dehors de la commune, sur une route dιpartementale, au mκme moment, le dιluge nous frappe. D'ιnormes quantitιs d'eau s'abattent sur nos crβnes. Trθs vite, mes vκtements sont trempιs et une sensation de fraξcheur me parcourt le corps tout entier. Les grosses gouttes qui tombent, douchent l'enthousiasme et c'est au petit trot que le peloton avance. Dans le groupe de tκte, ΰ mes cτtιs, on retrouve le jeune athlθte nancιien Valentin Witz, Ludovic Laurent et le toujours vert Stιphane Jechoux. Les deux derniers nommιs vont lutter pour le titre de champion des Vosges.  
Il faut attendre le 3e kilomθtre pour voir les choses bouger. C'est ΰ partir de lΰ que Valentin Witz, vainqueur de la derniθre ιdition, et moi prenons nos distances. Ιpaule contre ιpaule, nous nous lanηons dans un mano ΰ mano qui va durer une bonne heure. 

Au 15e km, une deuxiθme grosse averse vient perturber la fκte sans toutefois freiner notre ιlan. Notre rythme de croisiθre (18km/h) ne faiblit pas, le cap est maintenu vaille que vaille. Aucun de nous deux ne cιde la moindre parcelle de terrain ΰ l'autre. A ce train lΰ, c'est au finish que les choses vont se rιgler. Et ΰ ce petit jeu lΰ, je gagne rarement.   


ΐ 1500m de la ligne d'arrivιe, mon compagnon de route place une accιlιration. N'ιtant pas en mesure de rιpondre, je le regarde prendre le large. Et c'est en solitaire qu'il entre dans un stade Robert Sayer en parti dιsertι pour entamer le dernier tour de piste et couper la ligne en vainqueur, sans κtre inquiιtι. 

Lorsque je franchirai, ΰ mon tour, la ligne d'arrivιe, une poignιe de secondes plus tard, je le retrouverai sous une forκt de micros et de camιras. Et, c'est par une franche poignιe de main que notre duel sportif s'achθvera.

Durant l'ιpreuve, Valentin m'a fait belle impression. Au niveau respiratoire, je sentais qu'il ιtait ΰ l'aise. Avec sa foulιe ιconomique, je le verrai bien tirer son ιpingle du jeu sur marathon. Reste ΰ voir comment il va gιrer la suite de sa carriθre. Mais, clairement, le jeune homme a du potentiel.

De mon cτtι, je me suis senti solide tout au long de l'ιpreuve. Cependant, malgrι une aisance certaine au train, j'ai manquι de finition. J'ai perdu beaucoup de courses ces temps-ci ΰ cause de ce manque de finish. Il va falloir que je travaille sιrieusement ce secteur lΰ avant d'aborder l'automne. Mκme ΰ mon βge, il n'est jamais trop tard.    


Dans le box d'arrivιe, Carole me tend une serviette et des vκtements secs que j'enfile de bon c½ur car j'ai comme l'impression de sortir du bain. ΐ cause des pluies torrentielles, j'ai dιbordι comme la Loire. Ce matin en prιparant mon sac de sport, j'ai pensι ΰ tout sauf ΰ prendre un peignoir. Du coup, pour la douche, je crois que je vais faire l'impasse. Aprθs un lιger footing de rιcup, je prιvois de rester au sec jusqu'ΰ la remise des prix.   

La Bonne Nouvelle c'est qu'aprθs moult recherches, je dιniche enfin une buvette. Et ben, mon vieux, c'est pas trop tτt ! Je savais bien qu'il y en avait une quelque part. Bon, aprθs, celle lΰ, fallait la trouver parce qu'elle ιtait bien planquιe (sous la tribune). Au comptoir, Dιdι me sert un " GET 27" sans alcool, sans sucre et... sans rien. Y'a tellement de flotte dans mon verre qu'on sent ΰ peine la goϋt de la menthe. Ma parole, le barman a un poil dans la main ! Trθs franchement, on s'attend ΰ trouver mieux quand on vient de s'en taper 21. J'aimerai crier mon dιsarroi mais la situation est si drτle que je prιfθre mettre de l'eau dans mon vin.

Plutτt que d'en pleurer, mieux vaut en rire. Voir les Vosges et courir, c'est mieux que voir Venise et mourir. 

 
 
 
"The Top i gotta have it" 

Ajouter cette vidιo ΰ mon blog

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marathonien67 142 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines