Magazine Journal intime

La ville est sombre et il s'endort

Par Deuxcentcinquanteetun @DeuxCent51
La ville est sombre et il s'endortLa tête emplie de songes grisLe flou surgi du présent mortEn fait n'était jamais parti
C'est comme une fête foraineOù il serait la principaleAttraction, ses amours malsainesEn sont le sujet idéal
La grande roue lui rappelantLes déboires de ses passionsLe train fantôme surgissantComme autant de sombres visions
La salle des glaces renvoieToujours cette même figureDécomposée par ses effroisSombre pâle et morne peinture
Enfin dernier le stand de tirOù son cœur est l'unique cibleVenez tous le prendre pour mireLes gains sont ses larmes sensibles
Le vent glacé balaie la brumeAu matin la fête est finieSa joie est à titre posthumeCar reviendra ce soir la nuit

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Deuxcentcinquanteetun 544 partages Voir son profil
Voir son blog