Magazine Journal intime

Ego-journal 35/

Par Deuxcentcinquanteetun @DeuxCent51
L'ivresse s'enfuie, quittant mon esprit et mon cœur dans un tourbillon de doutes et de rages. L'amour est bien présent, mais à quoi bon quand il est sans retour. Cette tempête emporte mes molécules dans des confins éloignés, s'approchant dangereusement d'un trou noir qui finira par m'absorber si je ne trouve pas une autre stabilité gravitationnelle.
Elle était mon centre de gravité, je tournais autour d'elle, tel un satellite qui aurait voulu briller de ses reflets, prouver qu'il mérite d'être ainsi dans son sillon et son voyage elliptique. Mais maintenant que qu'elle a interrompu son attraction, je me retrouve propulser dans l'espace infini. Je ne reflète plus aucune lumière et n'agit plus sur ses passions, marées de ses émois humides. Elle a changé sa course astrale, m'empêchant toutes tentatives de rester à proximité, même éloigné.
Mes particules se disloquent unes à unes, parfois percutant des météores arides, ébranlant ma propre consistance. Mon intégrité est remise en question et je n'arrive pas à retrouver une attraction qui me stabiliserait dans ma course folle. Et mon voyage me plonge inévitablement vers le centre de mon univers, où se trouve cette singularité quantique. Celle-ci désagrègera et absorbera totalement mon être, mes émotions et mes espoirs.
Je lance des écrits, comme autant d'ancres désespérées mais sans atteindre aucune cible réelle. Pour le moment, seuls mon imaginaire et ma vie rêvée maintiennent une cohérence et m'encourage à poursuivre ce chemin avec détermination.
Vivre ! Vivre encore et toujours ! Mais vivre sans repère ? Mais vivre sans objectif ? Les réponses philosophiques sont toujours les mêmes :
  • D'où je viens ? D'un état sans avenir où une déesse est passée, m'accordant son champ gravitationnel, son corps comme refuge, son âme comme repos et son cœur comme source d'énergie.
  • Où suis-je ? Perdu !
  • Où vais-je ? Je ne sais pas, toute ma logique, tout mon raisonnement s'effondre sur lui-même, préparant celui final anticipé dans cette singularité. Mon cœur et mon âme refusent ce sort prévisionnel mais ne savent pas quoi proposer. Alors j'écris, j'écris encore et encore pour tenter de ralentir ma course, me donner du temps, me permettre d'avoir un flux d'émotions et de sentiments.
Mais comment réussir quand la solitude dans cet espace vide, où seule la matière noire m'entoure, où la seule énergie est cette énergie noire qui à ce jour n'ont pas de modèle compréhensible.
J'étais intriqué quantiquement avec ma déesse, j'avais cet état symétrique et instantané, dépassant toutes les barrières de la logique, plus vite que la lumière, plus fort que la vie elle-même. je suis maintenant livré à moi-même. Certains diraient : tant mieux, tu es libre ! Mais cette liberté est un piège pour moi, car ma personnalité centrale est noire elle-même, apeurée, isolée. Elle me pousse à m'auto-détruire, poussant au plus extrêmes les champs de l'absolu, la quête de la perfection, l'âme, l'honneur et les sentiments placés en arcs-boutants de mon église. Ce chemin me pousse à être si différent, si étranger de ce monde autour de moi, que je dérive tantôt attiré par quelques planètes étrangères à mes idéaux. La vie "réelle" telle que décrite par mes homologues génétiques ne me correspond pas, je la refuse. Elle n'a, à mes yeux, aucune valeur.
Je pouvais l'accepter, avant, ayant cette attraction magique d'un amour profond et éternel, concédant des compromis. Mais rien n'est éternel, ni cet amour, et un jour, moi de même.
Ce n'est pas la mort qui m'effraie, l'attendant depuis mes 16 ans. C'est cette solitude, cette absence de conscience et d'enthousiasme qui me sont les plus douloureux. Ne plus rien ressentir serait ma mort bien avant celle de cette machine biologique qui m'héberge.
Alors, bêtement, j'écris pour espérer maintenir cette flamme qui assure mon honnêteté intérieure. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Deuxcentcinquanteetun 544 partages Voir son profil
Voir son blog