Magazine Cinéma

Gorge, Coeur, Ventre

Par Jordan More-Chevalier @KinoJmc
Gorge, Coeur, Ventre

R egards croisés dans les ténèbres et l'humanité entre deux, derrière la machine infernale, l e cadre à fleur de peau caresse le souffle et retient les âmes.

B ruits hors champ, mécanique du meurtre, l'odeur du sang ou la mort sur les mains. L'eau purifie les macules, lave les visages mais le cauchemar revient. La malédiction enveloppe les consciences, quand les cris resurgissent à la nuit tombée.

L es peaux respirent, cinéma épidermique où la chair est essence, effluve de vie - les corps possédés par la peur - viscérale - puis la vérité nue, à vif, dépecée dans les couloirs du productivisme, hachée menue, enturbannée de plastique, rendue consommable.

L a barbarie refoulée dans les marges de l'innommable, la folie derrière un rideau de pluie...

L e feu comme délivrance, étrange soulagement quand la rivière ne caresse que les plaies, il brûle comme un nouvel espoir et sur les ruines sans l'Homme, tout redevient possible.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine