Magazine Culture

La Belle et la Bête (2017) : une touche de modernité dans un indémodable

Publié le 04 avril 2017 par Marine @Marine_SLR

Cela fait plus d’une semaine que j’ai été voir La Belle et la Bête au cinéma et je n’avais pas trouvé le temps de vous en parler. Il est donc grand temps de vous parler de mon coup de cœur pour cette nouvelle version d’un dessin-animé culte. Bill Condon a su moderniser ce conte indémodable sans toucher à son âme.

La Belle et la Bête (2017) : une touche de modernité dans un indémodable

Synopsis

Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui la jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d’amour pour elle, mais victime d’une terrible malédiction.

Bande annonce

Mon avis sur La Belle et la Bête (2017)

La Belle et la Bête et moi, c’est une grande histoire d’amour. C’est un de mes Disney préférés et il semble avoir la cote au cinéma ces dernières années. D’ailleurs, en 2014, je vous avais déjà parlé de son adaptation au cinéma par Christophe Gans avec Léa Seydoux et de Vincent Cassel. Maintenant, place à la version 2017.

L’histoire

La Belle et la Bête (2017) : une touche de modernité dans un indémodable

Dans cette version de Bill Condon, l’histoire reste fidèle à celle de Disney. Je me sens un peu ridicule de vous faire un rappel de cette histoire mais peut-être vivez vous dans une grotte et donc vous ne connaissez pas l’histoire de Belle et de la Bête ? Je vais faire rapide, ne vous en faite pas. Belle habite un petit village avec son père qui est inventeur. Alors qu’il part pour une foire, seul son cheval revient à la maison le lendemain. Belle, sa fille qui en a marre de repousser les avances de Gaston (le playboy du village ndlr), part immédiatement à sa recherche. Elle le retrouve emprisonné dans un mystérieux château où les objets parlent et où le maître des lieux, La Bête n’est pas des plus commode.

Pour sauver son père, Belle accepte d’être retenue prisonnière à la place de son père. Le mystérieux château qui accueille notre héroïne est en fait sous le sort d’une sorcière. La Bête était un beau prince auparavant qui a été maudit pour avoir refusé l’aumône à une vieille femme. Seul le véritable amour pourra le faire redevenir humain et libérer tout le château du terrible sort jeté par la sorcière.

Une histoire fidèle mais pas que !

La Belle et la Bête (2017) : une touche de modernité dans un indémodable

Contrairement à la version de 2014, La Belle et la Bête de 2017 est très fidèle au dessin-animé de Disney. On retrouve la même histoire, les mêmes personnages et les mêmes chansons. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à aller le voir au cinéma. J’avais hâte de découvrir ce dessin-animé en film avec des vrais acteurs. J’ai bien sûr pris la précaution d’y aller seule afin de pouvoir chanter tranquillement dans mon coin !

Mais Bill Condon a tout de même apporté sa petite touche en ajoutant quelques détails à l’histoire. Par exemple, on en apprend plus sur la mère de Belle qui était totalement absente de la version Disney. Apprendre son histoire apporte une petite touche de drame pas déplaisante et augmente le capital sympathie du père de Belle. Par contre, le seul bémol que je vais soulever dans cet article est l’ajout de chanson. J’adore les chansons de la version Disney et j’étais ravie de pouvoir les chanter au cinéma. Par contre, je ne pense pas que c’était utile d’en ajouter de nouvelles. J’aime les Disney mais dans cette version, ça chante peut-être un chouïa trop pour moi.

Les acteurs

La Belle et la Bête (2017) : une touche de modernité dans un indémodable

Evidemment, je ne peux pas vous parler de cette nouvelle version de La Belle et la Bête sans parler d’Emma Watson. C’est une actrice que j’aime énormément et qui arrive à incarner des rôles très différents. Après l’avoir vu en amoureuse rebelle et intrépide dans Colonia, j’avais un peu de mal à l’imaginer dans le rôle de Belle. Et pourtant ! Elle est absolument magnifique dans ce rôle ! Malheureusement, je n’ai pas pu apprécier son rôle à sa juste valeur puisque j’ai été voir le film en VF (pas de VO prévue vers chez moi) et que son doublage n’est pas terrible, terrible.

J’étais contente de retrouver des acteurs que j’adore comme Dan Stevens qui joue la Bête mais qui est surtout connu pour son rôle de Matthew Crawley dans Downton Abbey. On retrouve également Luke Evans dans le rôle de Gaston (Le Hobbit, Dracula Untold) et la belle Emma Thompson (Dans l’ombre de Mary, Raison et Sentiments) dans le rôle de Mme Samovar. Je ne vais pas vous citer tout le casting, mais vous pourrez également retrouver Ewan McGregor, Ian McKellen ou encore Hattie Morahan.

Conclusion

La Belle et la Bête (2017) : une touche de modernité dans un indémodable

Pour conclure, j’ai adoré cette version de La Belle et la Bête par Bill Condon ! Je l’ai trouvé moderne tout en respectant la version Disney. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les acteurs, les costumes et à rechanter les chansons cultes de ce conte. Vraiment, je vous conseille de le voir si ce n’est pas déjà fait !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marine 1238 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine